Netflix

Extrait de l'épisode "Chute libre" de la saison 3 de Black Mirror. Netflix

L'entreprise Uber a annoncé cette semaine qu'elle interdirait bientôt les passagers dont les notes tombent sous un niveau que la compagnie juge inacceptable. Ce sera semblable au système que les chauffeurs connaissent depuis longtemps, qui affecte quelquefois leur possibilité de travailler, et qui impose un respect "à double sens", a déclaré la société dans un post de blog. Peu de temps après l'annonce de cette mesure, Twitter a été le théâtre de critiques et d'éloges sur ces règles à venir, même si la société n'a encore fourni aucun détail sur ce que seraient les notations minimales.

L'une des réactions les plus enflammées à cette annonce a été une comparaison avec un épisode de 2016 de la série Netflix "Black Mirror", qui dépeint un monde dans lequel tous les citoyens peuvent se donner des notes. Les scores des personnages ont ensuite une influence sur des choses de la vie courante telles que le logement ou le mariage. D'autres personnes ont déclaré que cette mesure prise par Uber, qui est maintenant un service presque omniprésent dans la plupart des grandes villes américaines, s'apparente au système de crédit social chinois, conçu pour récompenser et pénaliser les personnes en fonction de leur comportement.

Des inquiétudes quant à la manière dont les notes pourraient différer en fonction de l'âge, l'origine ethnique et le sexe des personnes ont également émergé.

Mais bien sûr, cette mesure a aussi trouvé des fans. L'Independent Drivers Guild, qui représente une base de milliers de conducteurs inscrits sur des applications à New York, a salué le geste d'Uber comme moyen de protéger les conducteurs, notamment suite à une violente attaque filmée cette semaine.

"Rendre les passagers responsables de leur comportement sur la plate-forme Uber est une mesure de sécurité importante pour protéger les conducteurs ainsi que les autres passagers pouvant réserver des co-voiturages via l'application", a déclaré le groupe dans un communiqué. "Bien que la plupart des passagers soient respectueux, interdire les passagers qui menacent la sécurité du conducteur, vomissent des insultes racistes, et manquent de respect ou endommagent nos véhicules est la bonne chose à faire. Pendant trop longtemps, la responsabilité a été unilatérale et c'est un pas positif pour corriger cela."

Version originale : Business Insider / Graham Rapier

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Uber a perdu 1 Md$ en seulement trois mois

VIDEO: Les propriétaires de chat vont pouvoir nourrir leur animal à distance grâce à cette gamelle intelligente