C'est qui le patron : Leclerc vend souvent ces produits en dessous du prix choisi par les consommateurs

Les distributeurs ne semblent pas toujours jouer le jeu avec C'est qui le patron... Fin 2016, Nicolas Chabanne lançait la production des première briques de lait sous cette nouvelle marque qui se voulait équitable. La philosophie d'origine était de laisser les consommateurs décider d'un prix de vente qui leur semblait correct, notamment pour rémunérer suffisamment les producteurs. Michel-Édouard Leclerc avait d'ailleurs affiché son enthousiasme et sa bonne volonté au printemps dernier, au moment de la généralisation du partenariat de Leclerc avec C'est qui le patron.

Et pourtant, on semble maintenant loin des bonnes intentions d'origine : Leclerc n'a pas hésité à faire fi du prix décidé par les consommateurs et a mis en rayon des produits à un tarif inférieur, en rognant sur ses marges. Nous avons en effet constaté des écarts de prix sur certains produits disponibles à la vente en ligne. Fin juillet, Olivier Dauvers, spécialiste de la grande distribution, s'amusait déjà à relever ces différences de prix sur l'un des sites Leclerc Drive, entre ceux conseillés et ceux proposés par le distributeur :

D'après les chiffres d'Olivier Dauvers, tous produits et tous magasins confondus, 23 % des produits C'est qui le patron vendus chez E.Leclerc étaient moins chers que conseillé, contre une moyenne tournant plutôt autour de 7 % pour la totalité des enseignes référençant la marque. Le spécialiste avait effectué un relevé le 23 juillet dernier sur tous les sites des drives :

La pizza aux 3 fromages à 2,97€ au lieu de 4,49€

Prenons un exemple très concret : la "pizza des consommateurs aux 3 fromages" au prix conseillé de 4,49€. Olivier Dauvers, que nous avons contacté, nous a indiqué que le 31 juillet, sur 181 magasins E.Leclerc qui la commercialisaient, 17% ne jouaient pas le jeu. En effet, si 150 enseignes vendaient bien la pizza à 4,49€, 31 magasins la commercialisaient moins chère. Le prix le plus bas trouvé ce jour-là était même de 2,97 € soit -34% comparé au tarif conseillé. Quelques jours plus tard, on retrouvait toujours ce prix cassé sur le site du drive :

C'est qui le patron : Leclerc vend souvent ces produits en dessous du prix choisi par les consommateurs

Capture d'écran Drive E.Leclerc du 07 août 2019.

Une précision à noter cependant : la rémunération des producteurs ne change pas même si les enseignes vendent moins cher. Le magasin achète le produit au prix fixé et il décide éventuellement de rogner sur sa marge. La réglementation européenne interdit des prix imposés et laissent donc les distributeurs libres de fixer le prix de vente des produits au sein de leurs magasins, comme l'explique le cabinet Jurisexpert. C'est pourquoi la marque C'est qui le patron communique sur des prix "conseillés" qui ont été décidés collectivement par un vote des consommateurs-acteurs.

En somme, Leclerc peut tout à fait décider de vendre les produits C'est qui le patron moins cher, en abaissant sa marge, mais le distributeur trahit ainsi la philosophie de la marque, qui cherche aussi à éduquer les consommateurs à payer le "juste prix". Contacté par Business Insider France, l'enseigne Leclerc n'a, pour le moment, pas donné suite à nos sollicitations.

'La problématique des prix est délicate'

Nathalie Roskwas, sociétaire de C'est qui le patron et en charge du développement de la démarche, nous confirme que "chaque enseigne est libre de fixer les prix en magasins" et que "la problématique des prix est délicate" pour eux. Elle précise que c'est "un sujet qui revient souvent" et que toutes les enseignes ne jouent pas le jeux des prix conseillés "même les premières qui soutenaient notre initiative". Seule solution pour la marque selon elle : laisser parler directement les consommateurs. En espérant qu'ils relaient leur mécontentement via les réseaux sociaux ou même directement en magasin, en allant voir les chefs de rayon.

Aujourd'hui, 11 millions de consommateurs achèteraient régulièrement les produits C'est qui le patron selon BFM Business, notamment l'emblématique brique de lait. L'idée originelle était de rendre du pouvoir directement aux consommateurs : ces derniers ont en effet la possibilité de participer au cahier des charges des produits vendus, de donner leur avis sur la fabrication et aussi sur le prix de vente qui doit être déterminé au plus juste pour rémunérer les producteurs à leur juste valeur. 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Les arguments de Leclerc en réponse à l'amende réclamée par Bercy

  1. Marie Thérèse Teixeira

    Leclerc

Laisser un commentaire