Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Cet étudiant élu dans une ville de 30.000 habitants explique pourquoi les partis actuels favorisent l'abstention des jeunes

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Cet étudiant élu dans une ville de 30.000 habitants explique pourquoi les partis actuels favorisent l'abstention des jeunes
© Facebook

A 21 ans, Pierre Cazeneuve est président du parti politique Allons Enfants, organisé et géré par des étudiants et jeunes actifs de 18 à 25 ans.

Se présentant comme "transpartisan", Allons Enfants a placé deux élus en 2014 au conseil municipal de Saint-Cloud , dans les Hauts-de-Seine (92), en région parisienne.

Il comprend néanmoins très bien pourquoi l'engagement politique rebute les jeunes électeurs.

Un récent sondage Odoxa-Dentsu pour France Info révèle ainsi que plus d’un jeune sur trois (34%), entre 18 et 34 ans, n’exclut pas de ne pas aller voter à la présidentielle.

Près d’un sur deux (45%) avoue ne pas voter à presque toutes les élections.

La motivation numéro 1 de ces abstentionnistes: ils ne se reconnaissent pas dans les idées et les réformes des candidats. Car la politique ne s'intéresse pas à eux, analyse Pierre Cazeneuve:

"Ces résultats ne sont pas surprenants. Pour les jeunes, il y a un problème de représentativité, de reconnaissance et de compréhension dans les partis. C'est un désintéressement de la politique pour les jeunes", explique à Business Insider France celui qui suit un double cursus Sciences Po-HEC.

S'ils se disent incapables de définir de quel parti ils se sentent le plus proches, les jeunes gens interrogés sont tout de même, selon le sondage Odoxa-Dentsu, 19% à reconnaître leur proximité avec les idées du Front national, devant tous les autres partis.

"Il y deux raisons à cela : c'est le seul parti qui met autant les jeunes au coeur du programme et de l'organisation. Ils sont visibles. Ils ont les plus jeunes sénateurs, les plus jeunes maires, les plus jeunes députés. Ensuite, les jeunes éprouvent également un ras bol politique. Ça se traduit par de l'absentéisme ou un vote pour une solution qui n'a pas été encore tentée", pense Pierre Cazeneuve.

Précisons que les positions des 18-34 ans sont très différentes selon leur sexe, leur milieu social, leur niveau de diplôme et le territoire qu’ils habitent.

Ainsi, selon le sondage, les jeunes ouvriers sont presque six fois plus nombreux que les jeunes cadres à se sentir proches du FN (34% contre 6%) et l’écart est de 1 à 4 entre les jeunes Parisiens (7 %) et leurs homologues ruraux (27%).

Découvrir plus d'articles sur :