Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Cette analyse prémonitoire de François Hollande explique peut-être pourquoi Nicolas Sarkozy n'est pas au 2e tour de la primaire de la droite

Cette analyse prémonitoire de François Hollande explique peut-être pourquoi Nicolas Sarkozy n'est pas au 2e tour de la primaire de la droite
© REUTERS/Ian Langsdon

Les Français de la droite et du centre se rendent aux urnes, ce 27 novembre 2016, pour choisir qui d'Alain Juppé ou de François Fillon sera leur candidat à la présidentielle de 2017.

Cette affiche a créé la surprise, dimanche dernier, à l'issu du premier tour de la primaire. Nicolas Sarkozy était attendu en finale mais il a été éliminé, ne réunissant que 20,6% des voix.

Il y a peut-être une explication simple pour cette élimination surprise de l'ancien président de la République. C'est l'actuel hôte de l'Elysée, le président François Hollande, qui l'a livrée aux journalistes Gerard Davet et Fabrice Lhomme.

Dans leur livre, "Un président ne devrait pas dire ça...", ils rapportent cette analyse de François Hollande, bien avant le scrutin :

"Si dans la primaire il y a beaucoup plus d'électeurs que prévu, il n'aura pas beaucoup de chances, Sarkozy, parce qu'il a un fan club, mais il n'a pas un large public."

François Hollande a bien cerné la popularité particulière de son prédécesseur. Pour lui, "ce qui est frappant avec Sarkozy, c'est qu'il est à la tête d'un fan-club. (...) Il y a des gens qui le suivent aveuglément. Amoureusement. Affectueusement." Cela représente "peut-être du monde", mais ce n'est pas assez pour remporter la primaire, prédisait déjà François Hollande en 2015.

Dans les faits, la participation au premier tour de la primaire de la droite était très élevée. Quelques 4,3 millions de personnes se sont déplacées dimanche 20 novembre 2016, contre 2,7 millions à la primaire de la gauche en 2011.

Cette consultation inédite dans l'histoire de la droite française est ainsi déjà saluée comme une "réussite démocratique" par le président par intérim du parti Les Républicains (LR) Laurent Wauquiez.

Business Insider