Publicité

Cette arme géante parvient à prendre le contrôle de drones en plein vol

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Cette arme géante parvient à prendre le contrôle de drones en plein vol
Les antennes de brouillage du DroneGun lui permettent de pirater des aéronefs volant à plus de deux kilomètres de distance. © DroneShield/Capture d'écran
Publicité

La prolifération des petits drones, discrets et peu coûteux, est un véritable défi stratégique. Les groupes terroristes comme l'État islamique ou les narcotrafiquants mexicains, qui les équipent de charges explosives, y ont de plus en plus recours pour mener des embuscades. C'est également par l'intermédiaire d'un drone kamikaze qu'a été perpétrée une tentative d'assassinat visant le président vénézuélien contesté, Nicolas Maduro, en 2018.

Cette menace pousse les forces armées comme les entreprises civiles à chercher des moyens de contre-mesure efficaces, là où la simple arme à feu est souvent inutile — voire dangereuse pour les populations dans un terrain d'opération urbain. DroneShield, une entreprise australienne, a de son côté inventé un fusil capable de neutraliser des drones en vol dans un laps de temps très court. Non pas avec des balles, mais grâce aux radiofréquences. Baptisée DroneGun, cette arme aux contours futuristes est pour le moins imposante avec 1,4 mètre de long sur 45 centimètres de haut — avec 7,3 kg, elle reste relativement légère en comparaison à d'autres armes d'épaule.

À lire aussi — Un avion de l'armée israélienne parvient à détruire des drones à l'aide d'un laser

DroneShield

Alimentées par deux batteries rechargeables au lithium-ion, les antennes de brouillage du DroneGun peuvent pirater des aéronefs volant à plus de deux kilomètres de distance. Dès l'instant où le drone est touché, le contrôle par son opérateur ainsi que la transmission vidéo sont rompus.

Atterrissage en douceur

La particularité de cette arme est sans aucun doute sa capacité de brouillage par satellite, qui force le drone à atterrir en douceur sans s'écraser — ce qui laisse ainsi la possibilité d'étudier ses caractéristiques plus en détail. Selon son concepteur, DroneGun peut également ordonner à l'aéronef de faire le chemin inverse, en retournant vers son opérateur ou son point de départ. Le "tireur", lui, doit simplement garder la cible en ligne de mire.

Selon DroneShield, cette arme peut opérer dans des températures extrêmes, allant de -20°C à 55°C.

Le DroneGun a déjà séduit à l'international : fin décembre 2020, l'entreprise australienne a annoncé avoir reçu une commande émanant "d'une importante agence gouvernementale de renseignement d'un pays des 'Five Eyes'", sans en dévoiler davantage. L'alliance des "Cinq yeux" regroupe les services de renseignement australien, américain, canadien, néo-zélandais et britannique.

Plus récemment, l'arme a été aperçue dans les rangs de la police belge lors de la visite du président américain Joe Biden à Bruxelles.

À lire aussi — Voici comment fonctionne la nouvelle arme anti-drone de l'armée américaine

Découvrir plus d'articles sur :