Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Cette carte hyper détaillée de la géologie de la Lune pourrait aider à prévoir les futurs alunissages

Cette carte hyper détaillée de la géologie de la Lune pourrait aider à prévoir les futurs alunissages
Carte géologique unifiée de la Lune avec topographie ombrée provenant du LOLA (Lunar Orbiter Laser Altimeter). © NASA/GSFC/USGS

Nous ne voyons qu'un seul côté de la Lune et, la plupart des nuits, seules des parties de celle-ci sont visibles. Mais cette semaine, les scientifiques ont publié l'une des cartes de la Lune les plus détaillées jamais créées. Cette nouvelle carte, produite par l'USGS (United States Geological Survey), combine six autres cartes géologiques statiques des différentes faces de la Lune. Une vidéo vous permet même de voir toutes les données sous forme de globe animé (voir ci-dessous).

Les taches de couleur vive à la surface de la lune différencient des caractéristiques différentes. Chaque type de caractéristique unique — crêtes de bord de cratère, crêtes de bord de cratère enterrées, fissures, grabens, escarpements, failles, creux, crevasses et linéaments — est étiqueté avec son nom officiel. Les couleurs représentent l'âge approximatif :

  • Copernicien (jaunes) : d'il y a 1,1 milliard d'années à aujourd'hui.
  • Eratosthénien (verts) : d'il y a 3,16 milliards à 1,1 milliard d'années.
  • Imbrien (violets, bleus et roses) : d'il y a 3,85 à 3,16 milliards d'années.
  • Nectarien (oranges et tannins) : d'il y a 3,92 à 3,85 milliards d'années.
  • Pré-nectarien (bruns) : d'il y a 4,5 milliards d'années (à peu près au moment de la formation de la Lune) à 3,92 milliards d'années.

La nouvelle animation et le haut niveau de détail qu'elle contient sont importants pour deux raisons : ils peuvent aider les astronautes à déterminer la meilleure façon de se poser sur la Lune, de manœuvrer autour de celle-ci et de l'explorer pendant leurs missions, et peuvent aider les géologues à en apprendre davantage sur l'histoire ancienne de la Lune.

Ci-dessous, une partie de la Lune en gros plan. Elle représente le coin sud-ouest de la plaine de lave lunaire connue sous le nom de "Mer de la Tranquillité", où Apollo 11, le premier alunissage, a eu lieu avec Buzz Aldrin et Neil Armstrong en juillet 1969.

Un gros plan de la lune.  USGS

Étudier la surface de la Lune pour y atterrir

Cette carte est à l'échelle 1:5 000 000. Les mesures topographiques ont été prises par le Lunar Orbiter Laser Altimeter (LOLA) des États-Unis et par la caméra SELENE Kaguya du Japon. Ces nouvelles mesures ont été utilisées pour unifier et améliorer six cartes géologiques différentes de toutes les faces de la Lune à partir de 2013. Les cartes géologiques statiques en deux dimensions peuvent déformer les caractéristiques réelles de la Lune sphérique.

Une vue plus précise de la topographie de la Lune permet aux astronomes de mieux comprendre ses origines. Comme la Lune n'a ni vent, ni rivière, ni tectonique des plaques — qui peut altérer ou même effacer une activité ancienne —, de nombreuses caractéristiques géologiques ont été créées dans le passé lunaire.

La compréhension de la surface de la Lune permet aux géologues d'en apprendre davantage sur les débuts de l'histoire de notre système solaire. La composition chimique de ces roches et cratères aide également les scientifiques à voir quelle était la composition chimique de la Terre à ses débuts, ce qui permet de comprendre comment la vie s'est formée.

L'USGS a également cartographié d'autres planètes de notre système solaire. L'agence a publié des cartes d'au moins une partie de chaque planète rocheuse, et de plusieurs corps rocheux ou glacés plus petits —
dont Europa, où la NASA recherche des signes de vie extraterrestre.

La carte géologique d'Europa, la plus petite des quatre lunes de Jupiter. NASA/Erin Leonard, Alex Patthoff, and Dave Senske, building on work by Ron Greeley, Thomas Doggett and Melissa Bunte

Ces cartes de la Lune de haute qualité permettraient également d'effectuer des alunissages en toute sécurité. En retour, les astronautes peuvent recueillir de précieux échantillons de roches lunaires et approfondir nos connaissances sur le satellite de la Terre.

La Nasa prévoit un grand retour sur la Lune avec le programme Artemis. Bien que l'objectif soit de faire alunir la première femme et le prochain homme à sa surface en 2024, un budget limité menace de retarder et de limiter ses objectifs ambitieux.

Version originale : Holly Secon/Business Insider

Découvrir plus d'articles sur :