L'équipe d'Alten Maroc. YouTube

L'équipe d'Alten Maroc. YouTube

Le groupe français Alten est un spécialiste du conseil en ingénierie.

Il aide des grandes entreprises de l'aéronautique, du spatial, de l'automobile, du ferroviaire, des télécoms, des médias, de la finance ou de l'énergie à concevoir des nouveaux produits, des systèmes d'information et même des usines.

L'entreprise rassemble 20.000 ingénieurs dans le monde.

Pressé par ses clients en quête de rentabilité accrue, Alten s'est résolu à avoir recours à une main-d'oeuvre moins chère à l'étranger, à l'image de ce que font les groupes de services informatiques (SSII),

"Certains clients finissent par nous demander de le faire (...) pour améliorer la productivité du projet, baisser les prix et venir récupérer une partie de la marge", a déclaré lundi à Reuters son directeur financier Bruno Benoliel.

Selon le jargon employé dans le secteur, c'est ce qu'on appelle le "offshore".

Pourtant, Alten ne le fait que prudemment. Car l'intérêt économique du recours à une main d'oeuvre étrangère n'est pas aussi évident qu'à première vue selon le dirigeant.

"Des clients d'Alten se sont montrés réticents, sachant qu'avoir à refaire une tâche peut coûter jusqu'à 20% ou 30% du budget total du projet", a souligné Bruno Benoliel.

Les constructeurs automobiles, qui assurent 20 % des ventes d'Alten, acceptent par exemple que le prototypage de pièces mécaniques soit effectué au Maroc ou bien en Roumanie mais préfèrent que la conception de logiciels soit réalisée en Europe.

"L'offshore" offre également la possibilité pour l'entreprise d'attaquer des marchés locaux comme l'Inde ou la Roumanie, 

Sa part représente 6 % des effectifs d'ingénieurs d'Alten, soit 1 200 personnes. C'est  dix fois plus qu'il y a six ans.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Tesla travaille avec une startup tech de Nantes pour former ses ouvriers

VIDEO : Voici comment le contenant des boissons gazeuses change leur saveur