Publicité

Cette magnifique vidéo de la NASA vous fait survoler Jupiter et sa lune Ganymède

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Cette magnifique vidéo de la NASA vous fait survoler Jupiter et sa lune Ganymède
Illustration de la sonde Juno en orbite autour de Jupiter. © Reuters
Publicité

La sonde Juno de la NASA transmet des photos de Jupiter à la Terre depuis 2016, mais une nouvelle vidéo montre à quoi pourrait ressembler la vue de l'intérieur de la sonde, alors qu'elle passe devant les cyclones rugissants et les tempêtes géantes de Jupiter. La séquence offre également un aperçu de la plus grande lune de Jupiter, Ganymède — un globe glacé plus grand que Mercure.

Début juillet, Juno s'est approché à moins de 1 000 kilomètres de Ganymède, ce qui représente la plus grande proximité d'un vaisseau spatial avec la lune depuis plus de vingt ans. Moins d'un jour plus tard, Juno a effectué son 34ème survol de Jupiter, prenant des photos en cours de route.

À lire aussi — La sonde Juno a transmis des photos de Ganymède, le satellite de Jupiter, une première en 20 ans

Le scientifique amateur Gerald Eichstädt a compilé les images de ces deux voyages dans une vidéo en accéléré, qui montre ce que c'est que de passer près des corps célestes. La vidéo dure trois minutes et 30 secondes, mais en réalité, Juno a mis près de 15 heures pour parcourir les plus d'un million de kilomètres entre Ganymède et Jupiter, puis environ trois heures supplémentaires pour passer entre les pôles de Jupiter.

Le voyage est visible dans la vidéo ci-dessous :

Le début de la vidéo révèle la surface cratérisée de Ganymède, marquée par des taches sombres, qui se forment probablement lorsque la glace passe directement du solide au gaz. Si vous regardez attentivement, vous pouvez voir l'un des cratères les plus grands et les plus brillants de Ganymède, Tros, entouré de rayons blancs de matière éjectée.

Lorsqu'elle a pris ces images, Juno se déplaçait à une vitesse d'environ 67 000 km/h. Mais au fur et à mesure que le vaisseau spatial se rapproche de Jupiter, il prend de la vitesse : la gravité de la planète accélère Juno à près de 209 200 km/h lors de ses survols.

La vidéo montre la surface turbulente de Jupiter émergeant des abysses de l'espace comme une peinture à l'eau. Les ovales blancs indiquent un ensemble de tempêtes géantes dans l'hémisphère sud de Jupiter, connu sous le nom de "collier de perles". Les flashs de lumière blanche représentent des éclairs.

"L'animation montre à quel point l'exploration de l'espace profond peut être magnifique", a déclaré Scott Bolton, chercheur principal de Juno au Southwest Research Institute de San Antonio, au Texas, dans un communiqué. Il a ajouté : "aujourd'hui, alors que nous nous approchons de l'excitante perspective de voir des humains pouvoir visiter l'espace en orbite autour de la Terre, cela propulse notre imagination des décennies dans le futur, lorsque des humains visiteront les mondes étrangers de notre système solaire".

Juno a déjà résolu certains des mystères de Jupiter

Une vue de Jupiter. NASA/JPL-Caltech/SwRI/MSSS, Tanya Oleksuik

Juno vole sur une orbite elliptique autour de Jupiter, s'approchant de la planète une fois tous les 53 jours. Son récent passage à proximité de Ganymède a toutefois raccourci cette orbite à 43 jours. L'objectif principal de la sonde est de mieux comprendre les origines et l'évolution de Jupiter en cartographiant ses champs magnétiques, en étudiant ses aurores boréales et australes, et en mesurant les éléments de son atmosphère, notamment la température, le mouvement des nuages et les concentrations d'eau.

Le vaisseau spatial est entré dans l'orbite de Jupiter en juillet 2016. Sa mission était initialement censée se terminer ce mois-ci, mais la NASA a prolongé la durée de vie de Juno jusqu'en 2025.

Jupiter vue depuis Juno lors de son 10ème passage. NASA/JPL-Caltech/SwRI/MSSS/Gerald Eichstadt/Sean Doran

Les précédents survols de Juno ont permis de faire d'importantes découvertes, comme le fait que la plupart des éclairs de Jupiter sont concentrés à son pôle nord. Le vaisseau spatial a également constaté que les tempêtes ont tendance à apparaître en groupes symétriques aux pôles de Jupiter et que les puissantes aurores de la planète produisent une lumière ultraviolette invisible pour les yeux humains. Mi-juillet, les mesures de Juno ont aidé les scientifiques à comprendre pourquoi ces aurores se forment en premier lieu : des atomes chargés électriquement, ou ions, "surfent" sur les ondes électromagnétiques du champ magnétique de Jupiter avant de s'écraser dans l'atmosphère de la planète.

Version originale : Aria Bendix/Insider

À lire aussi — Un astronome amateur a accidentellement enregistré un flash rare sur Jupiter

Découvrir plus d'articles sur :