Publicité

Cette photo qui reconstitue la Voie lactée aura nécessité douze ans de travail

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte


Publicité

Le photographe J-P Metsavainio a passé 1 250 heures à collecter des images pour sa mosaïque de la Voie lactée, capturant ainsi un petit morceau de la galaxie. La Voie lactée s'étend sur près de 2 millions d'années-lumière. Pour visualiser ne serait-ce qu'une petite partie de cet ensemble d'astéroïdes, d'étoiles, de planètes, de poussière et de gaz, les photographes doivent rassembler une vaste collection d'images de télescopes. J-P Metsavainio a relevé ce défi au cours des 12 dernières années.

J-P Metsavainio a commencé à prendre des clichés de la Voie lactée depuis son observatoire d'Oulu, en Finlande, en 2009. Au début du mois, il a publié une image en mosaïque de la galaxie, qui s'étend du Taureau — une constellation située à environ 2 200 années-lumière de la Terre — à Cygnus, une autre constellation située à environ 6 100 années-lumière. La mosaïque capture environ 20 millions d'étoiles au total. (L'ensemble de la Voie lactée compte des centaines de milliards d'étoiles). Elle présente également des objets difficiles à filmer, comme les restes de trois supernovas.

À lire aussi — La Voie Lactée pourrait fusionner avec une autre galaxie plus tôt que prévu

"Lorsque vous travaillez sur le même projet pendant près de 12 ans, il est facile de penser qu'il ne peut y avoir beaucoup de surprises", a déclaré J-P Metsavainio à Insider. Mais attraper les débris fantomatiques sur la caméra, a-t-il dit, était parmi les éléments les plus inattendus de son projet Voie lactée.

Le photographe a réussi à capturer les restes d'une supernova. J-P Metsavainio

Les images ont nécessité 1 250 heures de travail

Le photographe vit à environ 145 kilomètres du cercle arctique et dispose d'un observatoire privé à domicile, illustré ci-dessous. Pendant six mois de l'année, le ciel sans nuage au-dessus de sa maison est idéal pour l'observation des étoiles. Il profite de cette période hivernale pour observer des objets au télescope et les photographier. "Je travaille chaque nuit claire", dit-il.

J-P Metsavainio dit qu'il reste souvent debout tard, photographiant en silence. Une nuit donnée, ajoute-t-il, il peut observer un objet pendant quatre à sept heures, en fonction de sa hauteur dans le ciel.

L'observatoire privé du photographe se retrouve parfois enseveli sous la neige. J-P Metsavainio

Il préfère prendre des photos manuellement, en utilisant un téléobjectif à grande ouverture. "Je suis un perfectionniste en ce qui concerne mon travail", a-t-il déclaré. "Je ne veux pas manquer un seul moment clair et précieux à cause d'un petit problème de logiciel".

Au total, il a passé 1 250 heures à collecter des images pour sa mosaïque de la Voie lactée. Il a assemblé les images individuelles avec Photoshop, en utilisant les étoiles comme guide pour faire correspondre les prises de vue. Sa mosaïque utilise un code de couleurs pour représenter les éléments ionisés qui subsistent dans la galaxie : rouge pour le soufre, vert pour l'hydrogène et bleu pour l'oxygène.

L'image finale montre plusieurs nébuleuses — des nuages de poussière et de gaz dans lesquels se forment de nouvelles étoiles — situées dans différentes constellations. Cela inclut la nébuleuse de la Californie, située dans la constellation de Persée, à environ 1 000 années-lumière de la Terre, ainsi que la nébuleuse de la Grotte, située dans la constellation de Céphée, à environ 2 400 années-lumière.

La nébuleuse de la Californie. J-P Metsavainio

La mosaïque montre également le premier trou noir jamais découvert, Cygnus X-1. Mais J-P Metsavainio a déclaré que les restes de supernova sont ses éléments "absolument préférés" du projet. Il les appelle ses "trois mousquetaires".

Il a fallu trois ans pour capturer les restes d'une supernova

Une supernova est l'explosion finale d'une étoile mourante. Elle libère une quantité massive d'énergie, éparpillant des débris à travers la galaxie et laissant derrière elle une nébuleuse en expansion. Dans des circonstances normales, la poussière bloque notre vue de ces structures. "Elles sont toutes extrêmement faibles et dans un champ d'étoiles très dense", a déclaré J-P Metsavainio. "Cela rend l'imagerie presque impossible". Mais après 300 heures d'observation, il a finalement pris suffisamment de photos pour capturer les trois nuages de débris.

Une structure en particulier, le reste de la supernova W63, était une cible du photographe depuis de nombreuses années. Elle est située à plus de 5 000 années-lumière, près de la constellation de Cygnus, d'où son surnom de "coquille de Cygnus".

La supernova W63, aussi appelée "coquille de Cygnus". J-P Metsavainio

Les scientifiques n'ont pas identifié l'étoile originale qui a explosé pour former W63, mais ils estiment que la lumière de l'explosion aurait atteint la Terre il y a plus de 15 000 ans.

Il a fallu trois ans à J-P Metsavainio, de 2015 à 2018, pour collecter suffisamment de photos du seul Cygnus Shell. Capturer des objets comme celui-ci est "la raison pour laquelle je continue à faire ce travail lent et solitaire", a-t-il déclaré.

Version originale : Aria Bendix/Insider

À lire aussi — Des astronomes ont capturé de rares images d'un trou noir dévorant une étoile

Découvrir plus d'articles sur :