Publicité

Cette startup espagnole propose des voyages spatiaux en ballon d'hélium

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Cette startup espagnole propose des voyages spatiaux en ballon d'hélium
Au départ de la région d'Andalousie, dans le sud du pays, le voyage spatial durera six heures. © Zero 2 Infinity
Publicité

Fondée en 2009 par Jose Mariano Lopez-Urdiales, la startup espagnole Zero 2 Infinity envisage d'envoyer des passagers à 40 kilomètres d'altitude grâce des ballons à hélium. Le voyage est programmé pour durer six heures, au départ de la région d'Andalousie, dans le sud de l'Espagne. L'ascension durera trois heures, tandis que deux heures seront consacrées à la flottaison dans l'espace, et une heure supplémentaire à la descente. L'idée est venue à Jose Mariano Lopez-Urdiales après avoir aidé son père astrophysicien à faire flotter des ballons d'hélium au seuil de l'espace, a-t-il déclaré à Sifted.

L'objectif de ce vol de 40 km est de permettre aux passagers de faire l'expérience de "l'effet de survol", leur permettant de ressentir le vide de l'espace, la courbure de la Terre et sa couleur bleue — le tout sans entrer dans l'espace lui-même, qui est à environ le double de la distance de la Terre, à 80 km. Pour l'atterrissage, la capsule contenant les passagers se détache du ballon d'hélium et atterrit avec un très grand parachute, selon son concepteur auprès de El Economista.

À lire aussi — L'atterrissage de Perseverance sur Mars, ce sont 'sept minutes de terreur'

Il a également souligné que le vol était complètement silencieux, ne produisait aucune émission de gaz à effet de serre et ne présentait pas de risque d'explosion. La société a déjà effectué un test en 2012 en envoyant un robot humanoïde à une altitude de 32 kilomètres. À l'époque, ils déclaraient vouloir offrir des heures de vol pour que les gens puissent vivre des périodes plus longues dans l'espace.

Ils ont effectué un autre test en 2017 en lançant un prototype composé d'un ballon et d'une fusée à une hauteur de 40 kilomètres, rapporte Phys.Org.

Grâce à SpaceX, Elon Musk espère envoyer des hommes sur Mars d'ici 2026. Joe Burbank/Orlando Sentinel/Tribune News Service via Getty Images

Zero 2 Infinity n'est pas la seule startup espagnole sur le marché du tourisme spatial. EOS-X Space, fondée par Kemel Kharbachi, explore un concept très similaire et prévoit de lancer son premier vol commercial en 2023. Jose Mariano Lopez-Urdiales a accusé Kemel Kharbachi d'avoir copié le concept de sa société après avoir travaillé avec eux sur un accord de financement qui est tombé à l'eau. Des accusations niées par la partie adverse.

D'autres concepts de tourisme spatial impliquent de pénétrer dans l'espace lui-même à haute altitude. Un moment marquant a été le lancement par Space Adventures de l'homme d'affaires Dennis Tito dans la Station spatiale internationale (ISS) durant huit jours. Virgin Galactic, dirigée par Richard Branson, prévoit également des vols spatiaux à l'avenir. En 2019, elle est devenue la première entreprise de tourisme spatial à être cotée à la bourse de New York.

À lire aussi — Des astronautes testent un revêtement de surface anti-coronavirus à bord de l'ISS

SpaceX d'Elon Musk veut aller encore plus loin, en emmenant des humains sur Mars d'ici 2026 et en construisant éventuellement des colonies sur la planète rouge. Le concept de Zero 2 Infinity est proposé à environ 130 000 dollars (107 000 euros), soit un prix bien inférieur à celui de ses concurrents. Toutefois, selon Jose Mariano Lopez-Urdiales, le transport doit encore être testé par des professionnels, ce qui devrait se faire dans le courant de l'année.

La société doit également trouver 2,4 millions de dollars (1,9 million d'euros) supplémentaires, alors qu'elle a déjà réuni environ 7,2 millions de dollars (5,9 millions d'euros).

"Nous avons déjà les capsules, les permis, l'assurance et le centre de vol", a déclaré le fondateur de Zero 2 Infinity. "Il ne reste plus qu'à trouver le financement restant".

Version originale : Sandra Viñas, Jeevan Ravindran/Business Insider España

À lire aussi — L'extinction des dinosaures pourrait venir d'une comète et non d'un astéroïde, selon une étude

Découvrir plus d'articles sur :