Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Cette vidéo de l'ESA vous permet de survoler ce magnifique cratère rempli de glace sur Mars

Cette vidéo de l'ESA vous permet de survoler ce magnifique cratère rempli de glace sur Mars
Le cratère Korolev rempli de glace sur Mars. © ESA/DLR/FU Berlin

Si votre rêve est de voyager vers Mars pour y admirer ses paysages et notamment ses cratères, cette vidéo récemment publiée par l'Agence spatiale européenne (ESA) devrait vous plaire — et vous permettre de patienter jusqu'à ce que les technologies spatiales permettent d'envoyer des humains en toute sécurité sur la planète rouge. Réalisée à l'aide des images prises par la sonde européenne Mars Express lancée en 2003 et qui a atteint sa destination six mois après, cette vidéo montre le cratère Korolev, mesurant 82 km de large et au moins 2 kilomètres de profondeur, situé dans les basses terres du Nord de Mars. Cette région se trouve juste au Sud d'une large bande de terrain remplie de dunes qui encercle une partie de la calotte polaire Nord de Mars, connue sous le nom d'Olympia Undae.

Comme l'explique l'ESA dans son texte introductif, ce cratère d'impact est particulier, car il est rempli de glace d'eau — et non de neige comme on pourrait le penser — toute l'année, et il "représente un grand réservoir de glace non polaire sur Mars". Pourquoi la glace reste-t-elle stable et ne finit-elle pas par fondre ? "La glace d'eau est stable en permanence dans le cratère Korolev car la partie la plus profonde de cette dépression agit comme un piège naturel de froid. L'air au-dessus de la glace se refroidit et est donc plus lourd par rapport à l'air ambiant : comme l'air est un mauvais conducteur de chaleur, le monticule de glace d'eau est efficacement protégé contre le réchauffement et la sublimation. [ndlr : le passage d'un corps de l'état solide à l'état gazeux sans passage par l'état liquide.]"

Voici la vidéo du survol du cratère Korolev publiée par l'ESA :

Le nom "Korolev" donné à ce cratère est celui de l'ingénieur en chef des fusées et concepteur d'engins spatiaux Sergei Pavlovich Korolev (1907-1966), considéré comme le père de la technologie spatiale russe. C'est ce dernier qui a imaginé la première fusée intercontinentale russe R7, précurseur des célèbres fusées Soyouz encore utilisées aujourd'hui notamment pour le transport d'astronautes vers la Station spatiale internationale (ISS). Et c'est aussi lui qui a été responsable du premier satellite de fabrication humaine, Spoutnik en 1957, et du premier vol spatial humain du Russe Youri Gagarine en 1961.

Cette région suscite un intérêt particulier pour d'autres missions futures comme le deuxième volet du programme ExoMars de l'ESA, reporté en 2022 bien qu'initialement prévu en 2020, qui a pour objectif, entre autres, d'analyser des échantillons et d'identifier des marqueurs biochimiques (présence d'eau ou de matériaux hydratés).

Malgré la beauté saisissante de ce cratère rempli de glace, il ne faut pas oublier que l'environnement martien offre des conditions de vie rudes, comme l'avait expliqué à Business Insider France le Dr Leo Metcalfe, responsable des opérations scientifiques d'ExoMars au Centre d'astronomie spatiale européenne (ESAC) de l'Agence spatiale européenne (ESA) : "c'est un environnement bien plus hostile que l'Antarctique dans ses pires conditions, avec des températures encore plus froides, mais au moins, en Antarctique, il y a de l'oxygène". Et d'ajouter : "vous serez également exposés aux phénomènes solaires extrêmes comme les tempêtes solaires (éjections de masse coronale). Vous n'y êtes pas exposés sur Terre, car vous êtes protégés par le champ magnétique et une atmosphère plus dense."

La température moyenne y est de -60°C, et près des pôles, elle peut descendre à -125°C; l'air est composé majoritairement de dioxyde de carbone (à 95,32%); il y a des tempêtes de poussière rougeâtre d'oxydes de fer, des glissements de terre qui s'étendent sur des kilomètres...

A lire aussi — Cratères, volcans, canyons... 20 lieux à voir sur Mars si l'on pouvait déjà y faire du tourisme

Business Insider
Découvrir plus d'articles sur :