Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Cette vidéo montre la sonde Osiris-Rex prélevant un échantillon de l'astéroïde Bennu

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Cette vidéo montre la sonde Osiris-Rex prélevant un échantillon de l'astéroïde Bennu
La sonde Osiris-Rex est resté en contact avec l'astéroïde durant 6 secondes seulement. © NASA/Goddard/University of Arizona

Mardi 20 octobre, la NASA a fait atterrir un vaisseau spatial sur un astéroïde situé à 200 millions de kilomètres de là. De nouvelles images montrent le contact délicat de six secondes et le tourbillon de roches extraterrestres que la sonde a fait valser pour aspirer un échantillon. La mission, appelée Osiris-Rex, a pour but de ramener un échantillon de l'astéroïde sur Terre. Mais l'atterrissage sur l'astéroïde, appelé Bennu, n'a pas été une mince affaire.

Le terrain s'est avéré beaucoup plus rocailleux que ce que les chercheurs avaient prévu, Bennu étant recouvert de gros blocs et de champs de roches qui auraient pu facilement faire basculer un robot qui essayait d'atterrir. L'endroit le plus sûr que le vaisseau spatial pouvait trouver était encore assez accidenté. Mais la sonde Osiris-Rex semble avoir terminé sa descente de 4 heures comme prévu.

A lire aussi - Cette animation montre que le centre de notre système solaire n'est pas le Soleil

"Transcendantal. Je n'arrive pas à croire que nous ayons réussi", a déclaré Dante Lauretta, le chercheur principal de la mission, lors de la diffusion en direct de l'opération par la NASA. "Le vaisseau spatial a fait tout ce qu'il était censé faire."

Avec la caméra du vaisseau spatial pointée vers son bras de collecte d'échantillons — et la surface de l'astéroïde en-dessous — Osiris-Rex a pris des photos tout au long de l'opération. Mercredi, la NASA a diffusé les images qui en résultent, qui montrent les étapes critiques de l'opération "touch-and-go".

Dans la vidéo ci-dessus, le bras de prélèvement de l'engin spatial atterrit dans les gravats de la surface de l'astéroïde — un champ rocheux avec une poussière sableuse appelée régolithe. Une seconde plus tard, le bras projette de l'azote gazeux sur le sol, ce qui remue les débris pendant environ cinq secondes, remplissant ainsi l'espace environnant.

Dans ce tourbillon, une partie des matériaux devrait avoir circulé à travers la nacelle à l'extrémité du bras de prélèvement d'échantillons. C'est le régolithe qu'Osiris-Rex doit rapporter sur Terre.

Les astéroïdes sont faits de roches anciennes datant des débuts du système solaire, il y a 4,5 milliards d'années, et certains scientifiques pensent qu'ils ont fourni à la Terre les ingrédients essentiels à la vie. L'étude de ce matériau primordial pourrait donc aider les scientifiques à comprendre comment la vie a commencé.

La roche de cet astéroïde particulier, appelé Bennu, pourrait également aider les scientifiques à concevoir un plan pour le dévier si sa trajectoire future le mettait dans la situation où il risquerait d'avoir un impact avec la Terre.

A lire aussi - Et si un astéroïde heurtait la Terre ? Voici ce que les scientifiques ont imaginé pour sauver l'humanité

Lors de son atterrissage, Osiris-Rex a semblé écraser un rocher sous lui. C'est une bonne nouvelle, selon Dante Lauretta, car cela rend plus probable que l'engin spatial ait recueilli un bon échantillon. La roche broyée et poudreuse est plus susceptible de tourbillonner et de remplir l'instrument d'échantillonnage.

"Ces roches pourraient être très faibles par rapport à ce à quoi nous sommes habitués sur Terre", a déclaré Dante Lauretta.

La roche qu'Osiris-Rex collecte peut être très différente de tous les échantillons de roche extraterrestre que nous avons ici sur Terre. Les météorites tombent parfois à travers l'atmosphère terrestre et atterrissent sur le sol, mais elles doivent pour cela être durables. Cependant, beaucoup d'astéroïdes de notre système solaire peuvent être composés de roches plus fragiles comme celle de Bennu.

Après six secondes à la surface de Bennu, Osiris-Rex a déclenché ses propulseurs et s'est éloigné de l'astéroïde.

La NASA et son partenaire en ingénierie, Lockheed Martin, vont maintenant s'efforcer de déterminer si le vaisseau spatial a aspiré suffisamment de régolite. Pour obtenir le "OK" de retour, la sonde a besoin d'au moins 60 grammes, ce qui correspond à la masse d'un petit sac de chips.

Si elle n'en a pas réceptionné assez, la sonde essaiera à nouveau, en se posant sur un site de secours sur une autre partie de l'astéroïde en janvier.

Version originale : Morgan McFall-Johnsen/Business Insider

A lire aussi - LEurope a identifié 878 astéroïdes pour lesquels il existe un risque de collision avec la Terre dans les 100 années à venir

Découvrir plus d'articles sur :