Publicité

Chez Amazon, on démissionne si vite que les dirigeants craignent de manquer de personnel aux États-Unis

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

À l'intérieur d'un entrepôt Amazon. © Helen H. Richardson/MediaNews Group/The Denver Post via Getty Images
Publicité

Amazon a embauché des centaines de milliers de travailleurs pour des postes dans ses entrepôts, qu'elle appelle "fulfillment centers" ("centres de distribution", ndlt), mais ces employés démissionnent presque aussi vite qu'ils peuvent être embauchés, selon une enquête du New York Times publiée mardi 15 juin.

Un grand nombre des 350 000 travailleurs qu'Amazon a embauchés entre juillet et octobre sont restés dans l'entreprise "quelques jours ou quelques semaines seulement", selon le média américain. Les employés horaires avaient un taux de rotation d'environ 150 % chaque année, selon les données examinées par le Times. Cela a conduit certains dirigeants d'Amazon à s'inquiéter de la possibilité de manquer d'employés aux États-Unis, selon le rapport.

À lire aussi — Une plateforme logistique d'Amazon va voir le jour dans l'agglomération de Belfort

Amazon a procédé à une vague d'embauches en 2020 pour tenter de répondre à un pic massif de la demande pendant les périodes de confinement dues au coronavirus. Alors que les Américains se tournaient de plus en plus vers Amazon pour des articles comme les ustensiles de toilette et l'épicerie, la société a vanté à plusieurs reprises ses grandes vagues d'embauches.

Une prime à la signature de 1 000 $ pour inciter à l'embauche

En mai 2021, Amazon offrait même une prime à la signature de 1 000 dollars (825 euros environ) aux nouveaux employés — ce qui est un des symptômes des problèmes d'embauche auxquels les employeurs sont confrontés dans de nombreux secteurs mais aussi potentiellement du taux de rotation remarquablement élevé d'Amazon.

Un ancien cadre dirigeant au sein de l'entreprise, qui supervisait les efforts en matière de ressources humaines axés sur les employés travaillant dans les entrepôts, a comparé la situation du roulement des travailleurs dans les entrepôts d'Amazon à l'utilisation des combustibles fossiles. "Nous continuons à les utiliser, même si nous savons que nous nous tirons une balle dans le pied", a-t-il déclaré au Times.

Les représentants d'Amazon n'ont pas immédiatement répondu à une demande de commentaire.

Version originale : Ben Gilbert/Insider

À lire aussi — On a visité l'entrepôt de Recyclivre, l'Amazon français et écolo du livre d'occasion

Découvrir plus d'articles sur :