Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Le nombre de Français 'sans aucune activité' a légèrement baissé en juin

Le nombre de Français 'sans aucune activité' a légèrement baissé en juin
© REUTERS/Charles Platiau

Le chômage s'est retourné à la baisse en juin en France, le nombre de demandeurs d'emploi sans aucune activité refluant de 0,3% en métropole, selon les chiffres publiés mardi par le ministère du Travail.

Le nombre d'inscrits à Pôle emploi de catégorie A, c'est-à-dire sans aucune activité, a reculé de 10.900 le mois dernier, pour s'établir à 3,483 millions de personnes.

Mais sur les six premiers mois de l'année, les effectifs de la catégorie A ont progressé de 16.100 personnes et ceux de l'ensemble des chômeurs tenus de rechercher un emploi (catégories A, B et C) ont augmenté de près de 100.000 personnes et ont donc quasiment effacé le recul de l'an dernier.

En 2016, le nombre d'inscrits à Pôle emploi avait diminué de plus de 100.000 personnes pour la seule catégorie A, ainsi que pour les catégories A, B et C associées.

Muriel Pénicaud, qui avait précisé à son arrivée au ministère du Travail qu'elle ne commenterait pas les chiffres mensuels du nombre d'inscrits à Pôle emploi, a
précisé mardi matin qu'elle ferait désormais un point trimestriel sur "le chômage, la création d'emplois, le marché du travail".

Voici les principaux chiffres annoncés par le ministère du Travail pour le mois de juin 2017:

  • nombre d'inscrits de catégorie A (sans aucune activité): -10.900 à 3.483.200
  • nombre d'inscrits de catégories A, B et C (personnes exerçant une activité réduite): +1800 à 5.562.600
  • nombre d'inscrits de catégories A, B et C, métropole et départements d'Outre-mer: 5.865.700

Sur un an, le nombre de demandeurs de catégorie A en France métropolitaine recule de 1,0% tandis que le total des inscrits dans les catégories A, B et C augmente de 2,2%.

Le programme d'Emmanuel Macron prévoit de ramener le taux de chômage à 7% en 2022, sous l'effet notamment d'un assouplissement du droit du travail et ainsi d'une amélioration de la compétitivité des entreprises par une baisse de la fiscalité.

Découvrir plus d'articles sur :