Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

La Chine surveille l'activité cérébrale et les émotions de ses employés — et cette technologie aurait fait bondir les bénéfices d'une entreprise de 315M$

La Chine surveille l'activité cérébrale et les émotions de ses employés — et cette technologie aurait fait bondir les bénéfices d'une entreprise de 315M$
© Jon Woo/Reuters
  • L'armée et des entreprises chinoises expérimentent la surveillance des activités cérébrales et des émotions de leurs employés.
  • Cette "technologie de surveillance émotionnelle" permet aux employeurs d'identifier les changements d'humeur pour ajuster les heures de pause et les tâches des employés, voir les renvoyer chez eux.
  • Cette technologie améliorerait la productivité et la rentabilité, et une société affirme que ses bénéfices ont augmenté de 315 millions de dollars.
  • Cette surveillance émotionnelle s'inscrit dans un vaste réseau de surveillance par reconnaissance faciale et de censure sur internet en Chine.

L'activité cérébrale d'employés travaillant dans des usines, entreprises publiques et dans l'armée en Chine serait sous surveillance.

Elle passe par des capteurs sans fil placés dans les casquettes ou chapeaux des employés qui, combinés à des algorithmes d'intelligence artificielle, détectent des incidents sur le lieu de travail, comme des accès de rage, d'anxiété ou de tristesse.

Les employeurs utilisent cette "technologie de surveillance émotionnelle" pour ensuite ajuster la production, notamment les tâches et les pauses, pour augmenter la productivité et la rentabilité.

À State Grid Zhejiang Electric Power, dans la ville de Hangzhou, au sud-est du pays, les bénéfices ont augmenté de 315 millions de dollars depuis que cette technologie a été mise en place en 2014, a indiqué un porte-parole au South China Morning Post.

Cheng Jingzhou, le responsable en charge du programme au sein de la société, dit qu'"il n'y a aucun doute sur son efficacité" et que les données cérébrales ont permis à l'entreprise de 40.000 personnes d'atteindre des standards plus élevés.

D'après le South China Morning Post, plus d'une douzaine d'entreprises et de corps de l'armée chinoise ont utilisé un programme distinct, développé par Neuro Cap, un projet de surveillance cérébrale financé par le gouvernement, basé à l'université de Ningbo.

"[Les employés] pensaient que nous pourrions lire dans leurs pensées. Cela a entraîné de la gêne et de la réticence, au début", a indiqué Jin Ja, un professeur en neurosciences de l'université de Ningbo, à South China Morning Post.

"Au bout d'un moment, ils se sont habitués aux appareils... Ils les portaient toute la journée au travail".

Jin a également dit que les ondes cérébrales à elles-seules suffisaient à ce qu'un manager puisse prendre la décision de renvoyer l'un de ses employés chez lui.

"Dès que le système rencontre un problème, le manager demande à son employé de prendre un jour de congé ou de se mettre à un poste moins dangereux. Certaines fonctions requièrent de la concentration. Il n'y a pas de place pour l'erreur".

Un autre type de capteur, conçu par la société Deayea, utiliserait les casquettes des conducteurs de trains à grande vitesse qui relient Beijing et Shanghai. Les capteurs peuvent même déclencher une alarme au cas où le conducteur s'endort.

L'utilisation étendue de cette surveillance émotionnelle pourrait marquer une nouvelle étape dans la surveillance étatique instaurée par la Chine, qui se focalise largement sur la reconnaissance faciale et la censure croissante d'internet.

Nous ne savons pas si tous les employés sujets à cette technologie sont conscients d'être surveillés, mais même s'ils le sont, les lois autour de la vie privée en Chine ne les aideront pas à s'en débarrasser.

Ces lois, réputées pour être laxistes, ainsi que l'importance de la population, ont permis à la Chine de prendre de l'avance dans la recherche en intelligence artificielle.

D'après un rapport de CB Insights, la Chine aurait déposé plus de brevets en IA que les États-Unis en 2017.

Version originale: Tara Francis Chan/Business Insider

Business Insider
Découvrir plus d'articles sur :