Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Chocolat, foie gras, truffe... 8 conseils pour ne pas vous faire avoir lors de vos courses de Noël

Chocolat, foie gras, truffe... 8 conseils pour ne pas vous faire avoir lors de vos courses de Noël
© Unsplash/Food Photographer - Jennifer Pallian

Noël approche à grands pas et les plus prévoyants sont déjà en train d'acheter les cadeaux ou de faire leurs menus pour les repas des fêtes. C'est l'occasion de manger des produits que l'on ne consomme pas forcément au quotidien : saumon fumé, dinde, huîtres ou encore foie gras. C'est aussi malheureusement l'occasion pour certains industriels ou commerçants peu scrupuleux de tenter de vendre des produits de piètre qualité à prix élevés. L'ONG Foodwatch a décidé de dénoncer ces pratiques avec son "Calendrier du vent" : miel de montagne produit par la "famille Vacher depuis 1930" mais provenant du Chili, vinaigre balsamique à la truffe coloré via un additif, "fromage pour tartiflette" qui reprend tous les codes visuels du reblochon, sauf la recette, etc.

Au moment de faire vos courses pour Noël, il est donc plus que jamais important de savoir comment faire le bon choix. La DGCCRF (Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes) donne notamment des conseils sur son site par le biais de fiches pratiques. Cela passe évidemment par l'observation et le décryptage des étiquettes et des emballages des produits quand vous êtes en supermarché. Méfiez-vous toujours des mentions "cuisiné " ou "fabriqué en France" si vous voulez acheter des produits made in France. Chez vos commerçants, n'hésitez pas à vous renseigner et à poser des questions sur l'origine des aliments. Voici quelques conseils pour essayer de faire le bon choix lors de vos courses de Noël :

Le saumon fumé

Pixabay/PublicDomainPictures

Il existe deux types de saumon fumé : le saumon sauvage, plus cher mais plus rare, et le saumon d'élevage dont la chair est moins fine et plus grasse. En élevage, il est produit essentiellement en Norvège, en Irlande ou en Écosse. Pour avoir des informations sur le produit, il faut bien sûr vérifier l'étiquetage et notamment le nom de l'espèce, si le saumon a été pêché ou élevé, la zone de capture ou le pays d'élevage. Préférez un saumon salé au sel sec : si ce n'est pas le cas, le saumon peut avoir été plongé dans de la saumure, ce qui gonfle artificiellement sa chair d'eau.

Vérifiez également que le produit n'a pas été déjà congelé et choisissez de préférence un saumon où le mode de fumage (bois de hêtre, bois de chêne...) est précisé plutôt que la mention "fumé" sans plus d'indications. Enfin, vous pouvez regarder sa couleur : un saumon trop orangé est signe de moins bonne qualité.

Les escargots

Pixabay/skeeze

Si vous pensez que vos "escargots de Bourgogne" viennent de France, vous avez presque toutes les chances de vous tromper. Les escargots de Bourgogne (Helix Pomatia) sont pour leur grande majorité importés d'Europe de l'Est. Le ramassage intensif de cette variété en France dans les années 70 a failli causer leur extinction totale. Les tentatives d'élevage de ces gros mollusques de 40 à 55 mm se sont soldées par des échecs. On trouve donc maintenant en France des petit-gris (Helix aspera aspera) ou des gros-gris (Helix aspera maxima). Plus gros et plus charnu que le petit-gris, l'escargot gros-gris grandit plus vite : c'est ainsi le plus vendu en France.

Si vous souhaitez acheter des escargots français, vérifiez donc l'étiquette : essayez de retrouver le pays d'élevage et évitez les mentions "Escargot de Bourgogne". Attention aussi aux indications de type "cuisiné en France" qui peuvent être trompeuses, les escargots étant la plupart du temps importés.

Les huîtres

Unsplash/Tommaso Cantelli

L'huître est un produit rare qui nécessite beaucoup de soins : entre sa naissance et l'arrivée dans votre assiette, il faut compter environ 3 à 4 ans. C'est le lieu de production de l'huître, son terroir, qui détermine son goût. Autre spécificité, les huîtres creuses sont numérotées de 0 à 5 : la note de 5 est donnée aux produits de 30 à 45 grammes, alors que la note maximale de 0 aux huîtres dépassant les 150 grammes. Lors de votre achat, il faut vérifier sur les colis (ou bourriches) la présence d'une "étiquette de salubrité". Elle indique le nom du producteur, ainsi qu'une date de conditionnement qui garantit l'origine des produits.

Une date limite de consommation doit aussi figurer sur l'emballage, ne la choisissez pas trop courte. Enfin, il doit être mentionné le pays d'élevage de l'huître, ainsi que son mode de production, par exemple : "huîtres élevées en France".

La dinde

Pixabay/PublicDomainPictures

On doit l'arrivée de la dinde sur nos tables à Christophe Colomb qui en ramena avec lui de son voyage en Amérique : il découvrit ce volatil et décida de le baptiser "Poulet d'Inde", pensant être sur les côtes orientales. Véritable star des repas de Noël, il en existe de nombreuses variétés et il est souvent difficile de savoir les choisir. La qualité de la dinde dépend en grande partie de sa race : il en existe trois principales.

La "dinde noire" est l'une des plus fines : son poids varie de 3 à 5 kg et elle a les pattes noires, ainsi que des plumes. La "dinde à pattes blanches" peut atteindre jusqu'à 15 kg et elle est plus charnue. Provenant souvent d'élevages intensifs, on la trouve en grande majorité en découpes. On retrouve aussi sur les étals de la "dinde fermière" : il ne s'agit pas d'une espèce, mais de son mode d'élevage qui privilégie l'alimentation en céréales ainsi que la limitation de la densité des animaux dans leur habitat.

Si vous souhaitez acheter un produit de qualité, misez sur les labels. L'AOP (Appellation d'Origine Protégée) est particulièrement couru : il garantit à la fois l'origine géographique, la méthode de production et le savoir-faire, strictement définis par un cahier des charges précis. Le "label rouge" garantit aussi un produit de qualité supérieure.

Les coquilles Saint-Jacques

Pixabay/JacquesTiberi

La coquille Saint-Jacques est très recherchée pour sa chair (la noix) et pour son corail. En France, on la trouve essentiellement sur les côtes bretonnes ou normandes. Si vous achetez des coquilles entières, il est préférable qu'elles soient fermées, sans aucune odeur. Si elle est ouverte et que vous avez un doute, vérifiez en touchant la coquille qu'elle se referme immédiatement : cela prouve qu'elle est encore bien vivante. Si vous n'achetez que la noix de Saint-Jacques, préférez une couleur nacrée, signe de fraîcheur, et évitez les noix trop blanches. N'achetez pas non plus des noix de Saint-Jacques conservées directement sur de la glace ou en saumure : cela les gorge d'eau et réduit donc leur qualité.

Enfin, l'étiquette doit préciser le nom scientifique/latin, le mode de production, la zone de capture ou le pays d'élevage, ainsi que le nom du pays d'origine. Vous pourrez ainsi faire la différence entre les noix de Saint-Jacques françaises (Pecten maximus), celles du Canada (Platopecten magellanicus), du Chili (Argopecten purpuratus) ou encore de Chine (Clamys farreri).

Les truffes et produits truffés

Pixabay/lovepetforever

Attention aux truffes, ce "diamant noir de la cuisine" est un produit cher et pour lequel les arnaques sont légion. La reine des truffes est la "truffe noire" — ou "truffe du Périgord" (Tuber melanosposrum) — originaire de la Drôme, du Vaucluse et du Sud-Ouest. Elle se récolte en hiver. On trouve à la même époque la "truffe brumale" (Tuber brumale), nettement moins goûteuse. La "truffe blanche", plus fade aussi, se récolte à la fin du printemps et au début de l'été.

Le commerce de la truffe est très intimiste : des marchés aux truffes sont organisés lors des récoltes et des courtiers fixent le cours des produits. Il est donc compliqué pour un particulier d'acheter facilement de la truffe fraîche. Si vous l'achetez en conserve, vérifiez que la boîte porte la mention "première ébullition" : cela garantie la conservation d'un maximum d'arômes. Vérifiez également la liste des ingrédients et notamment le nom latin de la truffe.

Enfin, pour être sûrs d'avoir le vrai goût de la truffe en bouche, préférez les produits "truffés" ou "à la truffe" plutôt que ceux simplement aromatisés.

Le chocolat

Unsplash/Food Photographer - Jennifer Pallian

Les français consomment plus de 7 kilos de chocolat par an et 10% des ventes sont réalisées au moment de Noël : c'est donc un vrai produit star de cette période. Essentiellement composés de cacao, de beurre de cacao, de sucre et de lait, il est catégorisé comme suit : chocolat, chocolat au lait, chocolat blanc, chocolat fourré et bonbon de chocolat.

Pour être sûr de manger un produit de qualité, il faut donc faire attention aux ingrédients qui le composent. Comme souvent pour les aliments, moins il y en a, mieux c'est. Évitez aussi les matières grasses ajoutées (illipé, huile de palme, karité, etc.) destinées à arranger un goût pauvre et peu prononcé. Enfin, vérifiez également la teneur minimale en cacao du produit : c'est ce qui donne toute la saveur du chocolat.

Le foie gras

Pixabay/jackmac34

Le fois gras est devenu au fil des années un incontournable des tables de Noël. Selon la réglementation, il doit provenir exclusivement d'oies ou de canards. Moins coûteux à élever, les canards représenteraient plus de 95% de la production française selon l'UFC-Que Choisir. Les animaux sont gavés de façon à créer chez l'animal une stéatose hépatique, c'est à dire faire en sorte que les cellules du foie se chargent en graisse.

On retrouve en magasins 3 types de produits : le "foie gras entier", le "foie gras" et le "bloc de foie gras". Le foie gras entier, haut de gamme, est clairement le plus cher mais aussi, a priori, le meilleur. Le "foie gras", quant à lui, est une préparation réalisée avec des morceaux de lobes de foie gras agglomérés. Quant au "bloc de foie gras", il est composé d'un mélange de foie gras et d'eau : la quantité d'eau ajoutée ne peut excéder 10% de la quantité finale du produit. Pour le fois gras, le prix et la qualité varient donc fortement en fonction du type de produit choisi.

Business Insider
Découvrir plus d'articles sur :