Faire élire Trump revient à 'rendre populaire des sandales Crocs', dit le lanceur d’alerte qui a participé à créer Cambridge Analytica

Donald Trump pendant une conférence sur le rassemblement néo-nazi de Charlottesville à la Trump Tower, New York, 15 août 2017. REUTERS/Kevin Lamarque

  • Le Guardian a convaincu le jeune homme qui a inventé le système de récupération de données de 50 millions d'utilisateurs de Facebook de parler à visage découvert.
  • Il explique comment l'industrie de la mode est une bonne métaphore pour comprendre la manière dont on peut convaincre les électeurs de voter d'une certaine manière.

Facebook est dans la tourmente depuis ce week-end, en partie à cause de lui.

Christopher Wylie est le lanceur d'alerte qui a accepté de témoigner à visage découvert dans The Observer, la publication-sœur du Guardian, afin de dénoncer la récupération de données de plus de 50 millions d'utilisateurs du réseau social qu'il a participé à mettre en place.

Ce Canadien de 28 ans a contribué à la création en 2014 de Cambridge Analytica, une entreprise qui a obtenu des données sur les pages aimées par des millions de membres de Facebook.

Wylie, qui a fait des études dans la mode et les tendances, considère que cette industrie est une excellente métaphore pour comprendre la manière dont Donald Trump a été élu:

"En résumé, Trump est comme une paire de bottes Uggs ou de sandales Crocs. Comment est-ce qu'on pousse les gens à ne plus penser 'Beurk. C'est trop moches" pour en arriver au moment où tout le monde les porte? C'est le point de flexion qu'on cherchait", explique-t-il à The Observer.

C'est ce qu'a cherché à faire Cambridge Analytica avec un quiz Facebook, rempli par 320.000 utilisateurs. Mais en acceptant de répondre à ce quiz, chaque utilisateur a donné accès aux informations de tous ses amis.

Grâce aux "pages aimées", Cambridge Analytica a ensuite pu déduire les opinions politiques des utilisateurs, concevoir des modèles et faire du ciblage publicitaire extrêmement précis pour tenter d'influencer leur vote. 

Dans cette longue enquête, la journaliste Carole Cadwalladr narre le parcours de Christopher Wylie qui se décrit comme "Canadien, gay et vegan", doctorant en "tendance de mode". Elle explique la manière dont il a pu passer d'un engagement au sein du parti centriste libéraux-démocrates à 19 ans à travailler, quelques années plus tard, pour l'un des plus proches conseillers de Donald Trump, Steve Bannon.

Steve Bannon était le rédacteur en chef du site d'extrême-droite Breitbart avant de devenir directeur exécutif de la campagne présidentielle du futur président des Etats-Unis. 

Chris Wylie l'a rencontré alors qu'il tentait de prouver que son idée — cibler les utilisateurs de Facebook en fonction de leurs likes — pouvait aider à remporter des élections. Steve Bannon a été le seul à le croire.

 

Wylie décrit comment Steve Bannon a été séduit par son idée, car elle reprend la doctrine de l'entrepreneur et militant de droite Andrew Breibart, "pour qui la politique arrive en aval de la culture, donc pour changer la politique, il faut changer la culture. En cela, la mode est une excellente métaphore", souligne le lanceur d'alerte.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Tout le monde parle de Cambridge Analytica, la firme de données liée à Trump qui a siphonné 50 millions de profils Facebook — voici ce qu'il se passe

VIDEO: Voici un nouveau robot japonais — une épouse virtuelle censée tenir compagnie aux célibataires du pays

Contenu Sponsorisé

Votre entreprise fait face à des défis? Apprenez à vous adapter et à prospérer avec Agile

  1. Lr

    Info géniale, merci!

Laisser un commentaire