Chrome s'est mis à connecter ses utilisateurs à leur compte Google sans leur consentement, et un expert en cybersécurité dit que c'est terrible pour la vie privée

Le DG de Google Sundar Pichai. AP

  • Un expert en sécurité a découvert que Google avait apporté des modifications importantes aux exigences de connexion de Chrome.
  • Matthew Green a remarqué que Google connectait les utilisateurs de Chrome à leur compte Google à leur insu.
  • Les modifications apportées par Google permettent également aux utilisateurs de transférer sans le savoir leur historique de navigation à Google.
  • La société a reconnu ces modifications dimanche, mais souligne que les utilisateurs devaient consentir à une synchronisation avant le transfert des données de leur navigateur.

Pendant des années, Google a offert aux utilisateurs de Chrome la possibilité de surfer sur le web sans se connecter à son compte Google.

Mais dimanche, un expert de la sécurité a remarqué que Google avait discrètement changé son fonctionnement. Désormais, lorsque les utilisateurs se connectent à un service Google tel que Gmail, Chrome connectera automatiquement le navigateur à leur compte sans leur consentement.

Matthew Green, expert en cryptographie et professeur à l'université Johns Hopkins, indique dimanche dans un billet de blog que ces nouvelles exigences de connexion sont intégrées à la dernière mise à jour de Chrome.

Le billet de blog, intitulé "Pourquoi j'en ai fini avec Chrome", a commencé à susciter des débats dimanche soir et a également poussé les responsables de Chrome à limiter les dégâts.

En étant connecté, les utilisateurs de Chrome peuvent, sans le savoir, envoyer leurs données de navigateur à Google, selon Green. Il indique avoir contacté les responsables de Chrome. Ceux-ci lui ont dit que le simple fait d'être connecté à Chrome ne signifiait pas que les informations de navigation d'un utilisateur seraient envoyées à Google. Les utilisateurs devront toujours activer la "fonction de synchronisation" avant qu'un transfert de données ait lieu.

Et c'est là que Green, qui déclare également avoir cessé d'utiliser Chrome, a lâché certaines de ses critiques les plus sévères contre Google. Il a qualifié de "modèle sombre" la page de consentement de Chrome, un terme qui fait référence à une interface utilisateur conçue pour tromper ou induire les gens en erreur.

"Maintenant que je suis obligé de me connecter à Chrome", écrit Green, "je suis confronté à un tout nouveau menu (consentement de synchronisation) que je n'avais jamais vu auparavant."

Il suggère que cela pourrait conduire les utilisateurs à accepter des conditions par erreur. Il ajoute qu'avant le récent changement de fonctionnement, un utilisateur devait saisir ses informations d'identification pour se connecter, puis consentir à la synchronisation. Désormais, les utilisateurs peuvent d'un simple clic, parfois accidentel, transférer leur historique de navigation à Google.

Google a renvoyé Business Insider vers une série de tweets publiés en fin de soirée par Adrienne Porter Felt, ingénieure et manager en charge de Chrome.


Dans un tweet, elle confirme que Google a modifié les procédures de connexion. Elle souligne que si quelqu'un est connecté à Chrome, il doit quand même consentir à une synchronisation avant que ses données ne soient transférées à Google.

Green déclare que Google est "fou" de suggérer que les utilisateurs sont en sécurité grâce à cette page de consentement à la synchronisation.

Green écrit: "Si vous ne respectez pas mon absence de consentement sur la plus importante option de confidentialité de Chrome, (et vous ne m'avez même pas informé que vous aviez cessé de le respecter!) En quoi devrais-je vous faire confiance sur n'importe quelle autre option de consentement que vous me proposez?"

Vous pouvez lire le billet de blog de Matthew Green en entier ici.

Version originale: Greg Sandoval/Business Inssider

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Google s'installe chez Renault-Nissan-Mitsubishi et c'est une étape dans la bataille de l'exploitation des habitacles de voitures

VIDEO: Ce petit chalet auto-suffisant peut être installé sur l'eau ou sur terre