Chrome va grandement diminuer l'efficacité des bloqueurs de pub

Google pourrait limiter l'efficacité des bloqueurs de publicité. Reuters

Le géant d’internet l’avait annoncé en janvier : il veut changer les extensions de son navigateur Chrome pour améliorer sa sécurité et la confidentialité de ses utilisateurs. Google a donc décidé d’introduire une API declarativeNetRequest sur ses extensions pour remplacer l’API webRequest. Elle doit permettre d’améliorer le système de blocage des contenus intempestifs lors de la navigation internet. Avec ce système, le navigateur gèrera donc directement les contenus autorisés à s’afficher ou non et pourra améliorer sa capacité à restreindre un peu plus l’affichage de pop-ups intempestifs, vidéos automatiques ou encore écrans surchargés de bannières en tout genre sur vos écrans.

Problème, ce nouveau système, appelé Manifest V3, pourrait limiter l’efficacité des bloqueurs de pub sur Chrome. Ces derniers, tout comme le système de Google, s’appuient en effet sur la technologie NetRequest. Selon le site 9to5Google, V3 pourrait donc asphyxier les bloqueurs de publicité comme AdBlock. Car la particularité de l’API declarativeNetRequest est qu’elle regorge de limitations. Pour les utilisateurs de bloqueurs de pub cela signifierait alors que les extensions AdBlock seraient privées d’une grande partie de leurs fonctionnalités de blocage de pages internet ou de contenus publicitaires.

Google tente d’éteindre la polémique

En clair, avec son nouveau système, le géant d’internet va fortement restreindre la marge de manœuvre des bloqueurs de publicité dont les internautes sont pourtant friands. Face à la polémique, Google a affirmé à 9to5Google que son objectif "n’est pas et n’a jamais été d’empêcher ou de casser le blocage de contenu" ajoutant que "Chrome soutient l’utilisation et le développement des bloqueurs de publicité et travaille activement avec la communauté afin de créer un système filtrant permettant de préserver la confidentialité de ses utilisateurs".

Manifest V3 ne devrait cependant toucher que les particuliers. Les entreprises, elles, bénéficiant déjà d’une capacité à restreindre le contenu auquel les employés peuvent accéder. Du côté du grand public, pour continuer à profiter de la pleine efficacité des bloqueurs de pub, il faudra peut-être se tourner à l’avenir vers des méthodes payantes comme AdBlock Plus, qui ne reposent pas sur les API.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Comment certains Français piratent des chaînes payantes du monde entier grâce à l'IPTV, cette pratique qui inquiète l'Hadopi

VIDEO: Wilhelm Scream, le cri qui apparait dans plus de 100 films d'action