Publicité

Cinq choses à savoir sur le groupe Pernod-Ricard, le géant mondial de l'alcool

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Cinq choses à savoir sur le groupe Pernod-Ricard, le géant mondial de l'alcool
Avec 8,4 milliards d'euros de chiffre d'affaires et des marques comme Jameson ou Absolut Vodka, Pernod Ricard domine le marché mondial de l'alcool fort et continue à suivre les nouvelles tendances sur le marché des spiritueux. © Pixabay
Publicité

Cet été, le "petit jaune" sera encore un incontournable des terrasses et des barbecues. Deux marques, Pastis 51 et Ricard, se partagent historiquement les tables, une rivalité illusoire puisque les deux maisons se sont liées il y a 47 ans pour dominer le marché des spiritueux. Le groupe Pernod-Ricard, aujourd'hui second mondial sur le marché derrière le britannique Diageo (Guinness, Johnnie Walker, Smirnoff), est détenteur de près de 80 marques, dont 16 parmi le top 100 des alcools forts les plus vendus au monde. Malgré une année 2020 difficile, le groupe repart dans le positif avec un chiffre d'affaires en hausse de 19,1% pour le premier trimestre de l'année 2021.

La fin du couvre feu, la réouverture des terrasses et la reprise de l'économie dans de nombreux pays a donné des envies de fête. En France, sur les quatre premiers mois de l'année, les consommateurs ont acheté 648 millions de litres de boissons alcoolisées en magasins, soit 63 millions de litres de plus (+11%) que sur la même période en 2020, selon le panéliste NielsenIQ. Un retour à la consommation encourageant pour le groupe, qui au-delà de ses marques traditionnelles, veut aussi conquérir un public jeune avec de nouvelles saveurs, voire des gammes sans alcool. Si vous avez prévu de vous commander un petit jaune, une vodka ou même un rhum Havana Club, il y a de fortes chances que votre boisson soit produite par le géant français du spiritueux. Avant de consommer, voici 5 choses à savoir sur le groupe Pernod-Ricard.

L'abus d'alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération.

À lire aussi — De George Clooney à Kendall Jenner, pourquoi les stars lancent toutes leur marque de tequila

Une alliance historique entre les créateurs du pastis

Pixabay / HeikeSchauz

Le pastis est un alcool bien français, et son origine est liée à l'interdiction en 1915 d'une autre boisson considérée comme trop forte et dangereuse pour la population, l'absinthe. Les patrons de bar sont alors à la recherche d'un nouveau spiritueux et c'est à ce moment qu'arrive, Paul Ricard — jeune commercial marseillais de 23 ans — avec un mélange d'anis étoilé, d'anis vert et de réglisse, le tout avec un slogan fort : "Ricard, le vrai pastis de Marseille". La boisson prend alors un nom : le pastis, du provençal "patisson" et de l'italien "pasticchio" (mots voulant dire "mélange).

L'autre grand distributeur est la famille Pernod, issue du Doubs, et déjà dominante sur le marché des spiritueux en France. L'entreprise cherche elle aussi à se relancer depuis la prohibition de l'absinthe avec une recette à base d'anis. A la sortie de la guerre, en 1951, Pernod lance son alcool le plus célèbre "Pastis 51". Les deux groupes se feront la guerre jusqu'en 1975, date de la fusion entre les deux entreprises.

Le Ricard, la boisson la plus vendue en France

Pixabay

On parle ici en valeur évidemment. La bouteille référence de Ricard d'une contenance d'un litre est celle qui engrange les plus hauts revenus au rayon liquide dans les hypermarchés. Quatorze millions de bouteilles ont été vendues en 2020 en grande surface pour un chiffre d'affaires total de 280 millions d'euros sur une année. On trouve derrière l'eau minérale Cristaline, avec 241 millions packs de 6 x 1,5 l vendus pour un chiffre d'affaires à 249 millions d'euros. Coca-Cola complète le podium avec 89 millions de bouteille 1,75 l vendues avec un CA qui monte à 164 millions d'euros.

Un géant mondial, détenteur de 80 marques d'alcools

Pixabay

La fin des années 1990 et le début des années 2000 seront marquées par une ambitieuse politique d'expansion du groupe français. En 1992, Patrick Ricard signait un accord avec l'homme fort de Cuba, Fidel Castro, pour commercialiser le rhum historique de l'ile, le Havana Club, à l’international. Entre 2005 et 2008, le fabricant de pastis acquiert ses concurrents mondiaux, d'abord Allied Domecq et ensuite Vin & Spirit. Aujourd'hui les parts de volumes vendues par le groupe sont largement dominées par les whiskys indiens Imperial Blue et Royal Stag, la vodka Absolut arrive en troisième. Parmi les autres produits phares, on peut citer le whisky Ballantine’s, le rhum Havana Club et la marque Jameson.

À lire aussi —Cognac, armagnac... De nouvelles taxes américaines inquiètent le secteur des vins et spiritueux

Pernod-Ricard, un champion du cognac et du whisky

Pixabay

Les trois premiers marchés du groupe sont les États-Unis, la Chine et l'Inde avec dans chaque pays, une large préférence pour les alcools bruns. Les Américains raffolent du Cognac – une bouteille sur deux est vendue outre-Atlantique – tout comme en Chine, où les ventes progressent chaque année. Martell, une maison historique et reconnue dans le monde, rachetée en 2001 par Pernod-Ricard, fait le bonheur du groupe à l'étranger. Pernod-Ricard n'hésite pas à étendre son empire avec de nouvelles marques au succès local, en 2019, le géant français a fait l'acquisition de deux nouvelles entreprises : le whisky texan Firestone & Robertson Distilling Co. et le bourbon Rabbit Hole. En Inde, Imperial Blue, lancé par Pernod-Ricard en 2002, connait un succès fulgurant, jusqu'à se hisser aujourd'hui dans le top 3 des whisky les plus vendus du pays.

Nouvelles recettes bio et boissons sans alcool

Pernod-Ricard

Pernod Ricard veut éviter de passer à côté de la nouvelle génération. Les spiritueux anciens (Lillet, Chartreuse) retrouvent la cote chez les 25-35 ans, et pour cause, ils se marient parfaitement dans des cocktails originaux que veulent découvrir les millennials. En mai 2020, Pernod-Ricard lançait deux nouvelles variantes de son pastis, "Ricard fruité Bio Citron" et "Ricard fruité Bio Amande". Des alcools plus légers, doux et aux notes d'agrumes, labellisés agriculture biologique et en vente dans toutes les boutiques de la chaîne Nicolas. Le message est clair : toucher les jeunes actifs urbains. Le groupe expérimente aussi depuis 2018 un gin sans alcool, baptisé Ceder, d'abord lancé au Royaume-Uni et étendu depuis un an à la France. En mai, l'entreprise s'est inspiré d'une tendance venue des États-Unis, les Hard Seltzer, une boisson alcoolisée pétillante et sucrée aussi forte que la bière. Pernod-Ricard a ainsi lancé sa propre marque Bewiz, dans l'espoir d'être les pionniers d'une nouvel apéritif, un peu comme les fondateurs du pastis il y a près d'un siècle.

À lire aussi — Crocs : les 8 choses à savoir sur les chaussures 'les plus moches du monde'

Découvrir plus d'articles sur :