Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Cityscoot gagne la bataille de Paris face à Coup qui arrête son service de scooters en libre-service

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Cityscoot gagne la bataille de Paris face à Coup qui arrête son service de scooters en libre-service
© Business Insider France/Valentin Etancelin

Dans des métropoles congestionnées par le trafic automobile, les entreprises de la micro-mobilité ont certainement de l'avenir. Mais pour l'instant, le marché est si jeune qu'il est difficile pour elles de trouver un modèle économique rentable même dans une ville laboratoire comme Paris, idéale en terme de clients potentiels et de taille. Dans la capitale française, après l'arrêt de services de vélos en libre-service et de nombreuses flottes de trottinettes électriques, c'est au tour de Coup, startup de scooters en libre-service, d'arrêter les frais. Dans un message sur Twitter, la filiale du groupe industriel allemand Bosch a annoncé sa fermeture, deux ans après son arrivée.

Coup n'a jamais réussi à trouver un modèle économique rentable "sur le long terme", nous indique-t-on, face à la concurrence de l'entreprise française Cityscoot, présentée comme l'une des 40 pépites françaises de la tech par le gouvernement. Pionnier à Paris, Cityscoot est peu à peu montée en puissance depuis juin 2016, avec notamment le soutien financier de la RATP. En cet automne 2019, sa flotte était près de deux fois plus grande que celle de Coup à Paris, avec 4 000 scooters accessibles via un simple smartphone, contre 2 200 pour l'entreprise équipée de deux roues Gogoro au look racé. Ces dernières semaines, Cityscoot venait d'abattre un argument de taille dans sa course au leadership en signant un partenariat avec Uber pour permettre la réservation directement depuis l'app de l'entreprise américaine.

A lire aussi — Uber teste dans deux pays l'enregistrement audio des trajets

"Coup prévoit de cesser ses activités à Berlin et Tübingen (Allemagne) d'ici mi-décembre 2019", indique-t-elle dans un communiqué et "à Paris et Madrid prochainement", sans préciser de date. Contactée, la direction de la filiale française n'était pas disponible pour un commentaire. Les 120 salariés, dont 25 à Paris, ont appris la nouvelle aujourd'hui. L'entreprise précise que le service de e-scooters peut être utilisé jusqu'à l'arrêt de l'activité et que si vous avez des minutes non consommées dans le cadre d'un pack de minutes prépayées, elles vous seront remboursées.

Découvrir plus d'articles sur :