Cityscoot lève 40M€ auprès de la RATP au moment où le scooter en libre-service arrive à Nice — la Suisse et l'Italie seront les prochains

Cityscoot

La startup parisienne de scooters électriques en libre-service Cityscoot a annoncé mardi avoir levé 40 millions d'euros auprès de la RATP, d'InVenture Partners et de ses actionnaires historiques LeasePlan et la Caisse des Dépôts.

Ce tour de table doit financer le développement du service dans trois nouvelles villes en France, en Suisse et en Italie. Il intervient aussi au moment où Cityscoot tente dans la ville de Nice sa première excursion en dehors de Paris et sa région. Les tests débutent ce mois-ci avant que l'offre ne soit généralisée en mars. 

Dans le cadre de ce développement, Cityscoot va porter sa flotte à 5000 scooters. Une vraie accélération sur sa feuille de route: début 2017, Cityscoot comptait passer sa flotte à 1000 scooters 50 cm3 en mars 2017 avant d'atteindre 3000 en 2020.

Cityscoot avait inauguré le premier, en juin 2016 à Paris, le principe de "free floating" qui a depuis été adopté par de nombreuses autres acteurs de la mobilité partagée, comme Coup, Gobee.bike et ses pléthoriques concurrents.

Lancé à Paris en juin 2016, Cityscoot a levé 55 millions d'euros à date. 

Dans un communiqué, la RATP a déclaré  que cette prise de participation s'inscrit dans une stratégie d'investissement dans le véhicule électrique: 

"La complémentarité avec le Groupe RATP s'illustre déjà à travers des discussions pour la mise en place d’un partenariat industriel autour du rechargement des batteries et de la mobilité électrique. En effet, le Groupe RATP s'est engagé dans une évolution technologique et écologique majeure avec l’objectif de disposer d’un parc de bus 100% propre à l'horizon 2025."

La régie des transports parisiens vient aussi de réinvestir dans la startup de covoiturage WayzUp, désormais Klaxit.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Ce moyen de transport électrique gagne du terrain à Paris car il contourne une contrainte essentielle d'Autolib

VIDEO: Les desserts de ce chef cuisinier ressemblent à s'y méprendre à des pizzas, hamburgers et hotdogs