La France détrône l'Allemagne. L'Hexagone est devenu le pays du G20 le plus attractif pour les investissements dans les énergies renouvelables, selon Allianz.

L'assureur allemand établit un classement annuel des 19 pays membres du G20, en fonction de leur attractivité pour les investissements dans les infrastructures électriques à faible émission de carbone. 

Son rapport publié le 26 novembre, une semaine avant le début de la COP 24 à Katowice, en Pologne, évalue les investissements nécessaires, aujourd'hui et demain, pour adopter une trajectoire conforme à l'Accord de Paris sur le climat, qui fixe pour objectif une hausse des températures limitée à deux degrés Celsius.

Allianz s'intéresse notamment à la stratégie climatique et énergétique déployée par chaque pays, les mécanismes de soutien spécifiques et transparents mis en place, les conditions de la concurrence avec les énergies fossiles, l'influence des lobbies opposés aux énergies renouvelables. L'assureur prend également en compte le niveau de l'inflation, l'ouverture aux investisseurs étrangers et la sécurité juridique.

Les Etats européens dominent la classement. Mais Allianz souligne "l'absence de stratégies à long terme en matière d'énergies renouvelables dans la plupart des pays du G20" et estime qu'ils doivent investir "886 milliards de dollars par an dans le secteur de l'énergie pour espérer atteindre les objectifs de l'Accord de Paris".

Voici les 15 pays du G20 qui favorisent le plus l’investissement dans les énergies renouvelables, selon Allianz:

15. Turquie (+3 places) 

Istanbul, Turquie. Wikimedia commons/Moyan Brenn

La Turquie, avec l'Inde, le Brésil et la Chine, fait partie des pays émergents qui ont sensiblement accru leurs capacités en énergie solaire issue du photovoltaïque.

14. Mexique (+1)

Temple maya. Pixabay/Connectingdots

Peu de pays ont ralenti leur déploiement des énergies solaire et éolienne. Le Mexique en fait néanmoins partie, selon Allianz, tout comme le Japon et les Etats-Unis.

12 ex aequo. Corée du Sud (-8) 

Quartier de Myeong-dong à Séoul. Pixabay/tragrpx

12 ex aequo. Afrique du Sud (pas de changement) 

Le Cap. Pixabay

11. Australie (-2) 

Comme aux Etats-Unis, le gouvernement australien soutient peu les énergies renouvelables et a diminué le budget alloué au secteur.

10. Inde (+1) 

L'Inde a multiplié par deux ses capacités en énergie solaire en 2017, et l'éolien a
également progressé dans le pays.

Mais avec 11 milliards de dollars investis dans les énergies renouvelables, pour une population supérieure à 1,3 milliard d'habitants, l'Etat indien est loin du minimum de "160 milliards de dollars annuels nécessaires pour atteindre les objectifs climatiques" de l'Accord de Paris, précise Allianz.

8 ex aequo. Etats-Unis (-2) 

Les Etats-Unis, qui ont annoncé vouloir quitter l'Accord de Paris, ont perdu deux places en raison de la politique mise en œuvre par Donald Trump et de la réduction du budget fédéral alloué au développement des énergies renouvelables. 

"En conséquence, le nombre de nouvelles installations éoliennes et solaires a chuté en 2017. Au cours de cette période, les États-Unis ont investi 57 milliards de dollars dans les énergies renouvelables, soit seulement un tiers des 158 milliards de dollars requis pour se conformer aux objectifs de l'accord de Paris sur le climat", indique Allianz.

8 ex aequo. Brésil (+5) 

REUTERS/Sergio Moraes

Avec l'Allemagne et la France, le Brésil fait partie des pays du G20 affichant des ambitions suffisantes, en termes d'infrastructures déployées chaque année dans le renouvelable, pour parvenir à décarboniser le secteur de l'énergie au niveau exigé par l'Accord de Paris.

7. Canada (+3) 

6. Japon (stable) 

Rue de Tokyo, Japon. Pixabay/Cegoh

5. Chine (-1) — 52 points

Shanghai. Pixabay

Les investissements dans les énergies renouvelables ont atteint 132,6 milliards de dollars en Chine l'année dernière, soit plus du double que les sommes investies aux Etats-Unis. Mais les besoins en énergie du pays sont plus conséquents, alors qu'il compte plus de 1,4 milliard d'habitants.

L'environnement de plus en plus favorable aux énergies renouvelables se traduit par une présence accrue de grandes entreprises spécialisées dans le secteur, souligne Allianz.

4. Italie (+4) 

La place d'Espagne, à Rome. Wikimedia Commons/Michael Paraskevas

3. Royaume-Uni (-1) 

Au Royaume-Uni, le marché de l'énergie solaire s'est effondré suite à des réformes politiques, selon le professeur Niklas Höhne, directeur général du NewClimate Institute, cité par Allianz.

2. Allemagne (-1) 

Wikimedia Commons/benchfrooser

1. France (+2)

La France, l'Allemagne et le Royaume-Uni offrent "les meilleurs cadre politique et environnement de marché, deux critères essentiels pour des investissements durables et des projets complexes tels que les centrales solaires et les parcs éoliens", estime Allianz.

Mais ils souffrent toutefois de lacunes. "Les appels d'offres pour de nouveaux projets manquent par exemple en France", souligne Niklas Höhne. Et en Allemagne, les investissements dans l'énergie éolienne pourraient diminuer en raison de nouvelles règles de mise aux enchères.

Si Allianz place la France en tête des pays les plus attractifs pour les investissements dans les énergies renouvelables, Oxfam pointe de son côté les mauvais élèves que sont les banques françaises, dans un rapport publié le 24 novembre. Selon l'ONG britannique, elles continuent à financer massivement les énergies fossiles. Pire, entre 2016 et 2017, elles auraient réduit leurs financements à destination des énergies renouvelables pour augmenter de 1,8 milliard d'euros les sommes injectées dans les énergies fossiles. 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Voici les 30 pays et territoires les plus chauds de la planète

VIDEO: Voici comment savoir si vous êtes accro aux réseaux sociaux