Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Les 21 pays d'Europe où la mortalité liée à la pollution de l'air est la plus importante

Les 21 pays d'Europe où la mortalité liée à la pollution de l'air est la plus importante
© REUTERS/Yves Herman

L'impact de la pollution de l'air sur la santé a été longuement sous-estimé. De nouveaux travaux de la Société européenne de cardiologie, portant sur des chiffres de 2015, ont revu en forte hausse la surmortalité liée imputable à la mauvaise qualité de l'air. Celle-ci serait responsable de 8,8 millions de morts dans le monde, soit presque deux fois plus (4,5 millions) que ce que les scientifiques pensaient jusqu'alors.

L'étude de "réévaluation de la charge de morbidité cardiovasculaire due à la pollution de l'air ambiant en Europe à l'aide de nouvelles fonctions de rapport des risques" ("Cardiovascular disease burden from ambient air pollution in Europe reassessed using novel hazard ratio functions") menée par le professeur Jos Lelieved de l'Institut allemand de chimie Max-Planck à Mayence et d'autres scientifiques a été publiée par l'European Heart Journal mardi 12 mars 2019.

S'appuyant sur une nouvelle méthode statistique, alimentée par un grand nombre d'études de cohortes dans de nombreux pays et utilisant une base de données et une gamme d'expositions beaucoup plus complètes que les précédentes évaluations, les chercheurs ont réévalué la surmortalité cardiovasculaire attribuée à la pollution atmosphérique en Europe.

D'après leurs calculs, la pollution atmosphérique réduit l'espérance de vie moyenne en Europe d'environ 2,2 ans avec un taux de mortalité annuel moyen de 133 pour 100 000 habitants, contre une moyenne mondiale de 120 morts pour 100 000 habitants, et ce malgré le fait que les contrôles soient plus stricts en Europe qu'ailleurs.

"Nos résultats impliquent que le remplacement des combustibles fossiles par des sources d'énergie propres et renouvelables pourrait réduire considérablement la perte d'espérance de vie due à la pollution atmosphérique", indiquent les auteurs du rapport.

Ils suggèrent de baisser rapidement le seuil d'exposition aux particules fines, actuellement fixé à 25 microgrammes par mètre cube (deux fois et demi les recommandations de l'Organisation mondiale de la santé).

En Europe, huit pays déplorent moins de 100 morts liés à la pollution pour 100 000 habitants. Les pays nordiques sont particulièrement moins exposés au phénomène, (contrairement aux pays de l'Est, très touchés). Parmi eux, l'Islande est en tête avec 43 morts pour 100 000 habitants, suivi de la Norvège (62), l'Irlande (65) et la Finlande (73). La France est le 10e pays où la mortalité liée à la pollution est la moins forte d'Europe (105).

Voici, à l'inverse, les 21 pays européens où la mauvaise qualité de l'air est responsable du plus de morts pour 100 000 habitants en 2015 :

21. Macédoine du Nord — 131 morts pour 100 000 habitants

REUTERS/Ognen Teofilovski

20. Autriche — 132

REUTERS/Leonhard Foeger

19. Moldavie — 133

Wikimedia Commons/Serhio/CC

18. Italie — 136

REUTERS/Yves Herman

17. Malte — 137

REUTERS/Darrin Zammit Lupi

16. Portugal — 138

PIxabay

15. Bosnie-Herzégovine — 140

Unsplash/Faruk Kaymak

14. Slovaquie — 142

Wikimedia commons/Dguendel

13. Biélorussie — 147

REUTERS/Vasily Fedosenko

12. Grèce— 150 (149,99)

REUTERS/Cathal McNaughton

11. Pologne — 150 (150,42)

REUTERS/Kacper Pempel

10. Allemagne — 154

REUTERS/Kai Pfaffenbach

9. Lettonie — 155

Wikimedia commons/Stryn

8. République Tchèque — 161

com/mendhack

7. Lituanie — 166

com/Mantas Volungevicius

6. Serbie-et-Monténégro — 168

Wikimedia commons/Orjen

5. Ukraine — 171

Flickr/Juanedc

4. Croatie — 175

Unsplash

3. Roumanie — 184

Pixabay/Maura24

2. Hongrie — 188

Pixabay/falco

1. Bulgarie — 211

Pixabay
Découvrir plus d'articles sur :