Pepsi

REUTERS/Jacky Naegelen

La semaine dernière on a appris que Pepsi allait enfin lever le pied sur le sucre. Cet intérêt soudain du géant des sodas pour la nutrition n'est pas vraiment une surprise.

Lundi dernier, PepsiCo annonçait que, d'ici 2025, deux tiers de ses boissons auraient 100 calories de sucres ajoutés en moins par ration de 35 cl. Actuellement, ces boissons sucrées représentent 40% de l'offre Pepsi.  

Si l'annonce peut surprendre pour un spécialiste du soda, elle s'inscrit dans une tendance plus large dans le secteur des boissons, qui cherche à redresser les ventes alors que la consommation de soda recule.

En 2015, le volume total de soda consommé aux Etats-Unis a baissé de 1,2%, après un repli de 0,9% en 2014, rapporte Beverage Digest. Le volume de Coca-Cola consommé par les Américains a chuté de 1% en volume, celui de Pepsi de 3,2%.

Ce déclin du soda s'explique principalement par le fait qu'il y a de plus en plus d'études scientifiques qui prouvent l'impact néfaste de la consommation excessive de sucre. Or, les Américains consomment 30% de sucre de plus par jour qu'il y a 30 ans, selon l'Obesity Society. De plus en plus, on s'intéresse aux dangers de l'excès de sucre.

Résultat, Pepsi et Coke cherchent à relancer les ventes en diversifiant leur offres avec du thé, du café et de l'eau en bouteille.

En avril, la patronne de Pepsi, Indra Nooyi, annonçait que moins de 25% du chiffre d'affaires de l'entreprise venait désormais du soda — soit autant que ce que lui rapporte sa division "naturelle", qui inclut l'eau en bouteille et les boissons sans sucre.

Nooyi considère que de mettre le cap sur des produits destinés à des consommateurs soucieux de diététique est une façon de préparer le portefeuille de marques de Pepsi à l'avenir, en le "réorganisant pour capitaliser sur l'intérêt croissant des consommateurs pour la santé et le bien-être". 

Pepsi, camion, livraison

Un camion de livraison Pepsi en Caroline du Nord, 26 septembre 2016. REUTERS/Mike Blake

Coca-Cola s'essaie à une relance similaire.

"Depuis 2000, les ventes en volume de boissons plates sont passées de 10% à près de 30% aujourd'hui", déclarait le directeur opérationnel James Quincey en juillet.

L'entreprise investit désormais dans les jus, le thé, le café et l'eau en bouteille.

Même lorsqu'il s'agit de vendre des sodas, Pepsi et Coca-Cola trouvent des moyens de diminuer sucre et calories.

Une méthode des entreprises de sodas pour lutter contre un repli de la consommation est de réduire la taille des canettes et des bouteilles. De plus petites bouteilles, par exemple, contiennent moins de calories au total que les grandes bouteilles, ce qui peut les rendre plus attractives pour le consommateur. Elles coûtent aussi plus cher au centilitre.

En 2015, par exemple, une canette de 25 cl de coca générait 1,60 dollars de chiffre d'affaires par achat, quand une bouteille de 2L ne rapporte que 0,18 dollars. Le rapport est de presque 1 à 9.

Dans les faits, certaines réductions de sucre de Pepsi viendront donc de plus petits flacons — pas de boissons moins sucrées.

Coca-Cola

Des bouteilles de Coca-Cola pour le marché thaïlandais. Wikimedia Commons

Car Coca-Cola et Pepsi n'abandonneront jamais totalement les sodas qui portent leurs noms.

Cependant, les bidons de 2L de Coke et Pepsi ne sont plus le nerf de la guerre pour ces deux groupes. Les géants du soda doivent réduire la part de sucre dans leurs boissons pour survivre — au moins pour répondre aux besoins du marché à défaut de se préoccuper de la santé des consommateurs.

 

Version originale : Kate Taylor/Business Insider

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Le youtubeur Poisson Fécond et le maïs OGM: "On peut dire que j'ai participé à une campagne de lobbying"

Tri, covoiturage... 9 Français nous décrivent leurs gestes quotidiens pour l'environnement