Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Coca-Cola suspendrait la vente de ses boissons dans les Intermarché et Netto pour faire pression sur le distributeur


Un véritable bras de fer entre distributeur et industriel commence. Coca-Cola aurait décidé de suspendre la vente de ses produits dans les magasins Intermarché et Netto selon une information de LSA. Cette décision, à l'initiative du géant américain de la boisson, concernerait l'ensemble de sa gamme : Coca-Cola bien sûr, mais aussi Fanta, Sprite, Fuzetea, Honest, Tropico, Caprisun et Monster. LSA a pu se procurer une note du président d'Intermarché, Thierry Cotillard, à l'attention de ses équipes expliquant les causes de ce désaccord. D'après lui, Coca-Cola chercherait à faire pression pour qu'il revienne sur certaines de ses récentes décisions. Il précise dans ce document qu'il s'agit d'un "(...) arrêt brutal et sans préavis des livraisons" causant d'ores et déjà "(...) des ruptures sur ces produits" dans certains points de vente.

L'origine de cet arrêt des livraisons, toujours selon la même note, serait un "désaccord sur les gammes". Thierry Cotillard explique : "Coca-Cola veut nous contraindre par tous les moyens à détenir une gamme 2020 que nous ne souhaitons pas". Dans un marché des softs qui serait en baisse de -3,2% sur les 12 derniers mois, le président d'Intermarché assure que ses "clients souhaitent (...) des produits plus sains pour préserver leur santé sur le long terme". Afin de défendre ce qu'il appelle le "Mieux manger", le distributeur aurait signifié dès cet été aux industriels de la catégorie Sodas qu'il souhaitait "prendre de vrais partis pris dès 2020 afin de réduire la place de certains sodas en faveur des produits qui incarnent les nouvelles tendances, plus saines, moins sucrées".

'Nous n'acceptons pas qu'une multinationale entrave nos convictions' assure le président d'Intermarché

Thierry Cotillard assure dans cette note que "(...) Coca-Cola a été informée très en amont et dans les règles d'une réduction de ses gammes". Il revendique également sa liberté par rapport aux industriels : "nous sommes (...) libres de nos choix d'assortiments". Coca-Cola ne semblerait pas prendre les choses de la même manière et aurait donc décidé de manière unilatérale de couper ses livraisons. Toujours dans cette même note, le président d'Intermarché estime que "Coca-Cola abuse de sa position dominante dans le but de nous contraindre à détenir l'ensemble de ses produits".

La firme américaine menacerait également le distributeur de revenir sur l'accord portant sur les conditions de vente de ses produits si Intermarché maintenait sa décision, ce qui pourrait avoir comme conséquence "(...) une augmentation de prix moyenne de plus de 60% des produits Coca-Cola". Le distributeur semble en tout cas prêt à se battre et à ne pas céder face à la pression de l'industriel : "nous n'acceptons pas qu'une multinationale entrave nos convictions, bafoue nos valeurs d'indépendance (...)". Intermarché ne s'interdit pas une potentielle action en justice.

La réponse de Coca-Cola à Intermarché

Contacté par Business Insider France, la direction d'Intermarché assure ne faire "aucun commentaire sur le sujet". La direction de Coca-Cola vient par contre de faire une réponse, publiée par nos confrères de LSA. La firme américaine assure que les déclarations d'Intermarché sont "inexactes". Coca-Cola précise : "nous ne sommes à l'origine ni d'une quelconque rupture de nos relations commerciales avec Intermarché, ni d'une quelconque tentative d'imposer nos gammes". Le contrat avec le distributeur aurait pris fin au 31 décembre 2019 et aucun accord n'aurait été trouvé pour les conditions de commercialisation des produits pour l'année 2020 selon l'industriel.

Coca-Cola indique également que "dans l'attente de la position d'Intermarché (...) sur les conditions applicable (...) à compter du 1er janvier 2020, nous avons mis les livraisons en attente". L'industriel finit sur une note d'apaisement en assurant "être bien entendu prêts à livrer dès que nous serons parvenus à un accord(...)" et que "nous continuons de privilégier le dialogue avec Intermarché".

Découvrir plus d'articles sur :