Ev Williams, qui a co-fondé Twitter, s'est plus ou moins excusé pour le rôle du réseau social dans l'élection de Donald Trump.

"Le rôle de Twitter là-dedans, c'est une très mauvaise chose", a-t-il déclaré lors d'une interview au New York Times. "S'il est vrai qu'il ne serait pas devenu président sans Twitter, alors oui, je suis désolé."

Trump a dit à Fox News en mars dernier que l'une des raisons pour lesquelles il a gagné était Twitter.

"Je vais vous dire quelque chose à propos de Twitter", avait-il dit, "je pense que je ne serais peut-être pas là sans Twitter."

Trump a expliqué que ses comptes sur Twitter, Facebook et Instagram lui donnent sa propre "forme de média" où il peut parler directement au peuple américain, contourner la presse qu'il critique fréquemment pour ce qu'il considère être une couverture biaisée.

Pourtant de nombreuses personnes qui travaillent dans ces entreprises et dans la Silicon Valley en général ne sont pas fans de Trump. Plus de 100 entreprises s'étaient vigoureusement opposées au décret anti-immigration, par exemple.

Des DG de la tech ont également été ciblés par des pétitions en ligne qui les sommaient de ne pas travailler avec lui.

L'un des soutiens les plus visibles de Trump dans la Silicon Valley est le milliardaire investisseur Peter Thiel, qui a aussi blagué sur le rôle de Twitter dans le Times en janvier dernier :

"Ce qui est fou c'est que chez Twitter, tout le monde a bossé pour Trump pendant un an", a-t-il affirmé, "même s'ils pensaient qu'ils travaillaient pour Bernie Sanders" [l'ancien candidat à l'investiture démocrate, ndlr].

Le président Donald Trump en réunion avec le DG d'Intel Brian Krzanich à la Maison-Blanche, le 8 février 2017. REUTERS/Joshua Roberts

Aujourd'hui, Ev Williams dirige sa propre entreprise, la plateforme de blogs Medium, bien qu'il reste membre du conseil d'administration de Twitter ainsi qu'un actionnaire majoritaire.

Ce n'est pas la première fois qu'il a mentionné publiquement Twitter et Trump. Il en a fait une blague le mois dernier, lorsqu'il faisait un discours à l'université du Nebraska.

Williams a comparé l'envie de l'industrie de la tech de tout "démocratiser" (mettre les technologies dans les mains de tous) au mythe grec de Prometheus qui vole le feu aux Dieux pour le donner aux humains:

"On oublie souvent que Zeus était tellement en colère contre Prometheus qu'il l'a enchaîné à des rochers pour que des aigles puissent se nourrir de ses entrailles pour l'éternité", a-t-il souligné en rigolant.

"Certains diraient que c'est ce qu'on mérite pour avoir donné le Pouvoir des Tweets à Donald Trump."

Ni Twitter ni Medium n'ont immédiatement répondu à la demande de commentaire de Business Insider US.

Version originale : Julie Bort/Business Insider

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : 'Je n'écris pas tous mes tweets' — Trump parle de sa manière d'utiliser le réseau social

VIDEO: Comment différents objectifs d'appareil photo déforment votre visage