Publicité

Cognac, armagnac... De nouvelles taxes américaines inquiètent le secteur des vins et spiritueux

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Cognac, armagnac... De nouvelles taxes américaines inquiètent le secteur des vins et spiritueux
© Unsplash/Carl Ibale
Publicité

Les professionnels français du secteur des vins et des spiritueux ont de quoi être inquiets. De nouvelles taxes américaines entrent en vigueur ce mardi 12 janvier : des droits de douanes de 25% s'appliqueront désormais aussi aux vins en vrac, aux vins de plus de 14 degrés et aux spiritueux comme le cognac ou l'armagnac, selon Le Figaro. Jusqu'ici, seuls les vins "tranquilles", c'est-à-dire non effervescents de moins de 14 degrés étaient concernés, les champagnes et autres vins mousseux étant exemptés de droits de douanes spécifiques.

"C'est dramatique pour la filière viticole française qui avait exporté pour 1,2 milliard d'euros en 2019", estime César Giron, président de la Fédération des Exportateurs de Vins et de Spiritueux (FEVS) en France. "C'est comme si on rayait de la carte la production viticole de toute l'Occitanie ou de toutes les Côtes de Provence", s'alarme-t-il. "Et c'est très grave pour le cognac", précise-t-il. Les États-Unis sont en effet un marché vital pour ce spiritueux, où près d'une bouteille sur deux produites en France y est vendue.

À lire aussi — Le prix d'une pinte de bière n'est pas du tout le même à Paris, Madrid ou Berlin

Un secteur déjà fragilisé en 2020

Les exportations d'alcool vers les États-Unis ont déjà souffert sur les dix premiers mois de l'année 2020, probablement à cause la fermeture des bars et restaurants dûe à la pandémie de Covid-19 : les exportations de vins non effervescents ont reculé de 8% en volume et de 25% en valeur sur la période, soit 740 millions d'euros de pertes, selon les chiffre du Figaro. Ces nouvelles taxes sont donc un coup de massue supplémentaire pour les producteurs français.

Des aides aux viticulteurs pourraient être rapidement décidées par le gouvernement. Le ministère de l'Economie envisagerait de leur faire bénéficier de l'indemnisation à hauteur de 20% du chiffres d'affaires mensuel mise en place fin 2020 pour les entreprises affectées par la crise sanitaire. Bercy souhaite aussi que l'Europe s'en mêle : un courrier va être adressé à la Commission européenne pour "exiger un travail européen sur des mesures de compensation".

Le litige entre Airbus et Boeing à l'origine de ces nouvelles taxes

Ces nouvelles taxes sont la conséquence du litige qui oppose les États-Unis à la France : estimant que l'Union européenne a prélevé trop de taxes sur les produits américains dans le cadre du contentieux entre Boeing et Airbus, l'administration Trump a décidé de durcir ses droits de douanes sur les alcools et spiritueux. Le conflit entre les deux avionneurs dure maintenant depuis 2004, Airbus et son concurrent américain Boeing estimant chacun que les aides publiques versées aux deux groupes sont trop importantes et donc illégales.

En octobre 2019, les États-Unis avaient été autorisées par l'Organisation mondiale du commerce (OMC) à imposer des taxes sur près de 7,5 milliards de dollars (6,8 milliards d'euros) de biens et services européens, une sanction record. Les États-Unis imposent depuis des droits de douane à hauteur de 15% ou même 25% sur certaines produits. De son côté, l'Union européenne avait réagi en taxant certaines exportations américaines à même hauteur, comme certains produits agricoles (blé, tabac, fruits...), agroalimentaires (chocolat, alcools forts) ou manufacturés.

À lire aussi — Carrefour, Monoprix... Ces enseignes s'allient avec Too Good To Go pour écouler leurs stocks de produits de fêtes

Découvrir plus d'articles sur :