Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Coinbase devrait devenir la première la plateforme de cryptomonnaies à entrer en Bourse aux Etats-Unis

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Coinbase devrait devenir la première la plateforme de cryptomonnaies à entrer en Bourse aux Etats-Unis
Le fondateur et CEO de Coinbase, Brian Armstrong, lors d'une conférence au Hilton Midtown le 15 mai 2019, à New York. © Steven Ferdman/Getty Images

Coinbase, la principale plateforme d'échanges de cryptomonnaies, a déposé des documents confidentiels pour s'introduire en Bourse auprès de la Securities and Exchange Commission (SEC), le régulateur américain des marchés financiers, a annoncé la société jeudi 17 décembre, déclenchant officiellement le processus pour entrer en Bourse dans les prochains mois. Le groupe se prépare à une offre publique initiale depuis juillet, selon Reuters. Coinbase serait ainsi le première plateforme de cryptomonnaie américaine à s'introduire en Bourse.

La société a été fondée en 2012 par l'actuel CEO et administrateur au conseil d'administration Brian Armstrong et le directeur du conseil Fred Ehrsam. La société a levé 525 millions de dollars à ce jour et a été valorisée pour la dernière fois à 8 milliards de dollars, selon Pitchbook. La nouvelle intervient alors que le bitcoin atteint des niveaux records, affichant un prix de 23 770,85 dollars jeudi, les valeurs des autres cryptomonnaies grimpant dans son sillage.

Le dépôt de Coinbase fait suite à une série d'autres entrées en Bourse et de dépôts de documents pour s'introduire. Plusieurs startups, y compris DoorDash, Airbnb, Affirm, Roblox et Wish, ont déposé une demande d'entrée en Bourse ou se sont introduites cette année.

Alors que le bitcoin s'envole, Brian Armstrong a mis en garde les nouveaux arrivants sur la cryptomonnaie dans un article de blog publié mercredi. "Bien qu'il soit formidable de voir les marchés rebondir et les agences de presse porter leur attention sur cette classe d'actifs émergente avec un nouveau regard, nous ne pouvons pas insister suffisamment sur l'importance de comprendre qu'investir dans les crypto n'est pas sans risque", a-t-il écrit.

Ces derniers mois, le patron a été confronté à des réactions négatives de la part de ses employés sur la politique de l'entreprise. En juin, Brian Armstrong a refusé de dire "Black Lives Matter" lors d'une réunion, jugeant la déclaration "source de division". Et en septembre, le patron a déclaré à ses employés qu'il souhaitait que l'entreprise se concentre sur sa mission d'élargir l'accès aux cryptomonnaies, ce qui signifie que l'activisme est une distraction sur le lieu de travail selon lui.

À la suite de cette note de service, 60 employés, soit environ 5% des effectifs de la startup, ont volontairement démissionné de l'entreprise. Et en novembre, d'anciens employés noirs ont déclaré au New York Times qu'ils avaient fait l'objet de commentaires racistes. D'autres ont déclaré au Times que des employés blancs étaient promus contrairement aux travailleurs noirs, bien qu'ils aient moins d'expérience.

Version originale : Isabella Jibilian/Business Insider

À lire aussi — Le bitcoin atteint un nouveau record en dépassant les 20 000 dollars pour la première fois

Découvrir plus d'articles sur :