Publicité

Comment Amazon va changer son offre alimentaire et s'associer avec Monoprix

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Comment Amazon va changer son offre alimentaire et s'associer avec Monoprix
Amazon va changer l'organisation de son offre alimentaire en France en s'associant avec l'enseigne Monoprix. © Amazon
Publicité

Lors de son arrivée sur l'alimentaire en 2015, le géant américain Amazon faisait office d'épouvantail pour les distributeurs traditionnels français comme Leclerc, Carrefour ou Casino. La promesse était alléchante, selon LSA : 34 000 références en boissons, produits alimentaires d'épicerie, de beauté et d'hygiène, le tout avec de nombreuses promotions. L'équivalent du nombre d'articles présents dans un hypermarché de grande taille. Mais surtout livrés avec la capacité logistique d'Amazon, c'est-à-dire rapidement, notamment dans les grandes villes françaises.

Plus de cinq ans après, le bilan est plus nuancé et l'épouvantail de l'époque est en train de corriger le tir. Si le groupe américain ne communique pas officiellement ses chiffres de vente, et ce quelle que soit son activité, Amazon a décidé de réorienter son organisation sur la vente de produits alimentaires dans l'Hexagone. Jusqu'à maintenant, pour acheter du Coca-Cola, des couches ou du mascara sur le site américain, il fallait passer par l'option Prime Now, un service de livraison payant garantissant la livraison en moins de deux heures. On pouvait retrouver sur le site à la fois les "boutiques" Monoprix, Naturalia et Truffaut, mais aussi une entrée "Amazon".

À lire aussi — Après Amazon, Jeff Bezos espère coloniser le système solaire avec sa société Blue Origin

L'arrêt d'Amazon Retail pour l'alimentaire en France est confirmé

En effet, jusqu'ici, le groupe achetait en direct des produits alimentaires et d'hygiène et les revendaient sur sa plateforme via son service Amazon Prime Now, accessible à Paris et une partie de la banlieue parisienne, à Bordeaux, Lyon ou encore Nice. Pour y arriver, Amazon utilisait 10 entrepôts en France dédiés exclusivement à la livraison des produits alimentaires. En parallèle, le groupe proposait également d'autres boutiques et donc d'autres produits des trois autres enseignes citées.

Mais depuis quelques semaines, les choses sont en train de changer. Comme l'a confirmé un porte-parole d'Amazon France à Business Insider France, l'un de ses entrepôts, situé dans le 18ème arrondissement de Paris, va changer son organisation pour devenir une sorte de station de livraison consacré à la livraison via mobilité douce : véhicules électriques, vélo cargo, etc. Autre changement, de taille celui-ci, d'ici le mois d'avril prochain, Amazon Retail va s'arrêter en France pour les produits alimentaires, le géant de l'e-commerce va stopper l'achat et la vente de ce type de produits, laissant tomber ainsi son rôle de distributeur alimentaire.

'Notre ambition est toujours hyper forte sur l'alimentaire', assure Amazon France

En ce moment, les boutiques cohabitent ce qui peut faire poser des questions légitimement aux clients : sur une même commande via la boutique Amazon et celle de Monoprix, vous pouvez avoir deux livraisons en fonction de la disponibilité des articles choisis pour chaque enseigne. Le tir va donc être corrigé dans les semaines qui viennent avec la mise en place d'un partenariat de grande envergure avec l'enseigne Monoprix. Amazon va donc quasi uniquement s'appuyer sur l'offre de Monoprix en proposant à terme 7 000 références, dont 1 600 vendues sous les différentes marques propre Monoprix.

L'objectif ? "Proposer le plus rapidement possible le plus de produits possibles dans un maximum d'endroits", selon un porte-parole d'Amazon France. Ce partenariat avec l'enseigne française devrait permettre au groupe américain de se déployer encore plus sur le territoire français, devenant de nouveau un simple logisticien qui se désengage de son rôle de distributeur alimentaire.

À lire aussi — Voici un aperçu des somptueuses propriétés immobilières de Jeff Bezos aux États-Unis

Est-ce un signe de l'affaiblissement et de retrait du géant américain sur l'alimentaire dans le pays ? "C'est totalement le contraire", assure un porte-parole d'Amazon France. "Notre ambition est toujours hyper forte sur l'alimentaire, d'autant plus avec le contexte sanitaire actuel, on ne veut surtout pas réduire la voilure. L'association avec Monoprix nous permettra de développer notre maillage dans toute la France". Il assure même que "des développements" vont être annoncés par le géant du e-commerce dans les semaines à venir.

Le temps de livraison, futur nerf de la guerre pour la livraison de courses en centre-ville

Mais est-ce pour autant un réel avantage pour le consommateur quand on sait que Monoprix a de son côté sorti également l'artillerie lourde sur le sujet de la logistique ? Pour le client de région parisienne, il peut en effet y avoir un doute. Avec son entrepôt logistique flambant neuf situé en région parisienne, l'enseigne française prépare une commande de 50 articles en 6 minutes grâce à des robots ultra-performants. Ce qui lui permet de livrer les courses aux domiciles des clients tous les jours, même le dimanche, entre 6h et 23h et ce à J+1 de la commande passée en ligne.

Même si Monoprix veut étendre à terme ce service à toute la France, cela reste néanmoins insuffisant pour concurrencer la logistique d'Amazon Prime Now. "Notre force, et la raison du succès d'Amazon dans l'Hexagone, ce sont les délais de livraison les plus courts possibles offerts aux clients", confirme ainsi le porte-parole du groupe américain. Amazon continuera donc à livrer les courses des produits alimentaires de Monoprix en 2 heures, là où l'enseigne mettra au minimum 24h avec ses propres moyens logistiques, pourtant plus performants.

Mais d'autres acteurs de la livraison rapide à domicile des courses alimentaires arrivent sur le marché. La semaine dernière, la startup Cajoo, qui vient de lever 6 millions d'euros, a annoncé pouvoir livrer certains clients des arrondissements centraux de Paris en moins de 15 minutes. Avant de déployer son service dans les grandes villes françaises. Des concurrents pour Amazon ? Comme à son habitude, le groupe américain n'a pas souhaité commenter cette initiative, expliquant qu'il préférait se concentrer sur ses clients plutôt que ses concurrents.

Objectif, Amazon Fresh ?

Amazon France pourrait bien réserver d'autres surprises dans les mois qui viennent sur le sujet de l'alimentaire. Le lancement du service Amazon Fresh, par exemple ? Cette fonctionnalité, lancée en version beta aux États-Unis en 2017, est maintenant présente en Europe et notamment en Allemagne, à Berlin ou à Hambourg, mais aussi à Londres et à Milan. Amazon Fresh propose la livraison de produits frais comme des fruits ou des légumes, des œufs ou du pain, ou encore des surgelés, produits qui ne sont actuellement pas proposés sur le site américain pour des questions de logistique.

De quoi se poser légitimement la question pour la capitale de l'Hexagone. "Toutes les options sont sur la table et aucune n'est écartée pour le moment, confirme un porte-parole d'Amazon France. "Des réflexions sont en cours", précise-t-il. Les choses pourraient donc encore bouger pour l''offre alimentaire d'Amazon en France dans les mois qui viennent.

À lire aussi — Market place, cloud gaming, Amazon Prime... il n'y a pas que le e-commerce qui rapporte à Amazon

Découvrir plus d'articles sur :