Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Le directeur du design de Devialet nous explique comment il a fait pour miniaturiser la nouvelle enceinte et conserver une technologie audio unique

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Le directeur du design de Devialet nous explique comment il a fait pour miniaturiser la nouvelle enceinte et conserver une technologie audio unique
© Devialet

Il a fallu trois ans à Devialet, créatrice de l'enceinte haut de gamme Phantom, pour créer son nouveau produit Phantom Reactor afin de s'adresser au plus grand public.

Phantom Reactor — qui cible les fans de musique — est vendue à 990 euros.

Après le très haut de gamme avec Phantom, Devialet continue de descendre dans des gammes plus accessibles, même si on est encore loin d'un produit grand public. La télévision, les box internet et les voitures sont également les secteurs ciblés pour démocratiser sa technologie.

Le défi pour les concepteurs de Devialet a été de miniaturiser "la meilleur enceinte connectée au monde" tout en gardant la même qualité de son.

A l'issue de la conférence de presse de lancement du produit, Business Insider France a rencontré l'un des trois cofondateurs et le directeur du design et du produit de Devialet, Emmanuel Nardin. Il nous a expliqué ce qui se cache en terme d'architecture derrière Phantom Reactor.

Business Insider France: Quelle est l'idée de départ derrière le design de Phantom Reactor ?

Emmanuel Nardin: L'idée était de capitaliser sur le succès de Phantom et de sa ligne iconique et de son marketing. On ne voulait pas partir d'une feuille blanche. On a travaillé à faire une Phantom plus compacte, plein de features (caractéristiques, ndlr) qui permettaient de la segmenter par rapport à Phantom. Le travail du design a été de faire une sorte d'homothétie mais aussi d’améliorer la qualité perçue. Quand on change d'échelle de produit, on est sur d'autres valeurs de jeu entre les composants et de plans de joints qui doivent disparaître. On doit améliorer aussi un certain nombre d'aspects qui permettent d'avoir une qualité perçue au top.

Combien de temps vous a pris ce processus de création ?

C'est un long travail de collaboration avec les ingénieurs. On accompagne tout le process. Pour les designers, c'est une dizaine de mois mais il faut rajouter une année et demi d’accompagnement, de discussion, d'optimisation. Dans l'équipe de designers, il y a une dizaine de personnes qui gèrent à la fois les produits et l'expérience client en boutiques.

Combien de versions existe-t-il avant d'arriver au résultat final ?

Il y en a pas mal. Je dirais qu'il y a plusieurs dizaines d'itérations — de la première maquette creuse jusqu'aux derniers prototypes.

Quelle est la chose la plus compliquée en terme de design sur un objet oblongue comme Phantom ?

On dit toujours qu'en design, le plus difficile c'est de faire simple. La simplicité s'exprime par toute la technicité qui est dissimulée. Il y a très peu de composants visibles, très peu d’aspérités, c'est très épuré. C'est très difficile à faire.

Business Insider France/Thomas Giraudet

A l’origine, l'architecture du produit est co-sphérique, c'est-à-dire que tous les hauts-parleurs sont montés sur un même centre de gravité. La forme inventée pour accompagner cette donnée acoustique a été de faire un objet avec le moins d'arêtes vives possibles — des interruptions et variations de plans qui créent des perturbations dans l'émission sonore.

>>>> Découvrez l'univers Business Insider France sur Instagram

Et après, il fallait faire un design sympathique. La rondeur c'est aussi l'expression de la compacité. Un objet rebond paraît plus ramassé. Il faut aussi exprimer la notion de puissance tout en dissipant l'énergie. Le radiateur est important. C'est pour ça qu'il a été traité de façon brute afin de faire ressortir le côté musclé. Il ne faut pas le cacher. Il faut montrer: il raconte cette performance de puissance. Tout ça mis bout à bout a permis de créer l'objet.

Découvrir plus d'articles sur :