Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Comment fonctionne le dispositif d'entraînement en réalité augmentée à 433 M€ de l'armée américaine

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Comment fonctionne le dispositif d'entraînement en réalité augmentée à 433 M€ de l'armée américaine
© US Army

L'armée américaine travaille avec des entreprises, en particulier Microsoft, afin de mettre au point un dispositif de réalité augmentée pour donner aux soldats et aux escadrons un accès à des outils qui leur permettront de s'entraîner au combat comme jamais auparavant. L'ancien secrétaire à la défense Jim Mattis avait déclaré que les troupes américaines devaient livrer "vingt-cinq batailles sans effusion de sang" avant leur premier combat. La réalité augmentée devrait ainsi leur permettre d'atteindre cet objectif.

Le Système intégré de renforcement visuel (IVAS), un "affichage tête haute" (HUD) polyvalent, est un projet de système de premier plan pour l'équipe du Soldier Lethality (SL) du Army Futures Command. Mais l'équipe de l'Environnement d'entraînement synthétique (STE) étudie actuellement des façons d'utiliser cette technologie pour aider les soldats à s'entraîner en vue de futurs combat. Microsoft a signé, à l'automne dernier, un contrat de 480 millions de dollars (433 millions d'euros) pour développer le casque de réalité augmenté IVAS.

"Le financement a soutenu la capacité de l'armée à lancer le développement des premiers ensembles de capacités IVAS et du banc d'essai pour évaluer les capacités critiques et leur intégration dans l'environnement global de formation synthétique", a déclaré à Business Insider US une porte-parole du groupe STE.

Lors d'un récent événement organisé par l'IVAS à Fort Pickett, en Virginie, Business Insider US a pu observer comment dans quelle mesure l'IVAS allait être utilisé comme outil de formation pour les soldats.

US Army

Au cours de l'événement, un exercice centré sur le soldat a été effectué afin de montrer le développement de cette technologie. Une équipe composée d'un journaliste de Business Insider US, d'un autre reporter, du général John Murray, chef du Commandement de l'avenir de l'armée, du vice-chef d'état-major de l'armée, le général Joseph Martin et de James McPherson, qui est le sous secrétaire de l'armée, a effectué un raid dans un bâtiment complètement vide. Mais pour ceux d'entre nous qui possédaient les casques expérimentaux IVAS, des HUD basés sur l'HoloLens de Microsoft, le bâtiment était loin d'être inoccupé.

Il y avait des combattants ennemis programmés pour tirer sur nos positions et se mettre à l'abri lorsqu'on leur répondait, des civils qui répondaient aux ordres vocaux, et même des animaux, dans notre cas des chiens et des chèvres. Équipés d'armes modifiées avec des traqueurs spéciaux, nous pouvions faire feu et lancer des grenades dans l'espace numérique. Après seulement cinq minutes d'instruction, nous étions en plein combat, les généraux menaient l'assaut et les cris de "Grenade !" et "Je l'ai eu !" résonnaient dans les couloirs. Nous pouvions voir le crépitement des armes à feu, les explosions de grenades mais aussi les impacts de balles sur les murs. On entendait les râles des ennemis blessés.

Bien que ce combat simulé eut été fascinant, le débriefing, qui a débuté quelques minutes seulement après la fin du raid, fut beaucoup plus intéressant.

US Army

Nous nous sommes rassemblés autour d'une table vide, qui était loin de l'être pour ceux qui portaient encore les casques IVAS. Au centre se dressait l'immeuble que nous venions d'attaquer, en version 3D. À l'intérieur se tenaient des petites personnes représentant les membres de notre équipe. Avec la possibilité, comme pour un film, d'avancer l'action, de la reculer ou bien de faire une pause, nous avons vu notre équipe progresser dans l'immeuble. Nous pouvions voir de manière précise dans quelle direction chacun progressait et si nos fusils pointaient dans la même direction ou non. "Si vous êtes un chef d'escouade, vous pouvez vraiment comprendre comment celle-ci se déplace dans cet espace", explique un responsable de l'Armée à Business Insider US.

À lire aussi — Le progrès technologique pourrait permettre aux soldats américains de contrôler des armes par la pensée

Dans ce même espace numérique, il y avait aussi un tableau d'affichage en réalité augmentée où l'on pouvait voir les statistiques de chaque membre de l'équipe (le nombre d'ennemis ou de civils tués, s'ils ont été touchés ou non, etc). Vous pouvez également voir comment un ennemi a été tué, en particulier qui a tiré et où la balle s'est logée. Les entraînements à l'aide de la réalité virtuelle existent depuis des années, mais la configuration expérimentale actuelle n'a rien à voir avec ce qui existait auparavant. L'armée cherchait à atteindre ce résultat depuis plus d'une décennie, mais la technologie n'était tout simplement pas disponible jusqu'à aujourd'hui.

"Il s'agit d'un retour d'expérience comme ils n'en ont jamais eu", a déclaré Maria Gervais, directrice de l'équipe interfonctionnelle de STE. "C'est une méthode viable pour l'entraînement au combat rapproché." Alors que l'armée poursuit le développement de cette technologie, elle a l'intention de l'étendre à l'échelle de l'ensemble de l'institution. Elle souhaite également accroître le réalisme du dispositif, en particulier sur les matières afin que de minces barrières en contreplaqué ne puissent plus servir de protection contre une grenade.

"Il s'agit d'une technologie de pointe", a déclaré le général James McConville, le chef d'état-major de l'armée, aux élus du Congrès plus tôt cette année, expliquant que le système intégré de renforcement visuel et les environnements de formation en réalité augmentée allaient "transformer notre façon de former les soldats et celle dont nos forces opèrent au combat". "Cela va permettre à nos soldats d'entrer dans la réalité augmentée et de s'entraîner pour une mission qu'ils sont sur le point d'accomplir ", a ajouté le général. "C'est une perspective très excitante."

Cet article de Ryan Pickrell a d’abord été publié sur BI Prime.

Découvrir plus d'articles sur :