Publicité

Comment interpréter les taux d'efficacité des vaccins contre le Covid-19

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Comment interpréter les taux d'efficacité des vaccins contre le Covid-19
Un volontaire reçoit une injection pour un vaccin potentiel contre COVID-19 à l'hôpital Baragwanath le 28 juin 2020 à Soweto, en Afrique du Sud. Le vaccin, développé par l'Institut Jenner de l'Université d'Oxford, inoculera 2 000 Sud-Africains. © Felix Dlangamandla/Beeld/Gallo Images via Getty Images
Publicité

95%, 94.5%, 70%. Beaucoup de chiffres ont été lancés ces derniers temps, vantant l'efficacité des différents vaccins contre le coronavirus, sur la base d'essais effectués sur des dizaines de milliers de volontaires dans le monde entier. Mais que signifient réellement ces pourcentages ? L'efficacité d'un vaccin mesure sa capacité à prévenir la maladie dans le cadre d'un essai clinique. On parle aussi d'efficacité vaccinale lorsque ce concept est appliqué à la manière dont un vaccin fonctionne pour le grand public.

Quoi qu'il en soit, cette "efficacité vaccinale" mesure l'efficacité d'un vaccin dans la prévention des maladies. Ainsi, plus le pourcentage d'efficacité est proche de 100, plus un vaccin est efficace pour garder les personnes vaccinées en bonne santé. Les vaccins contre la polio, par exemple, avec plus de 99 %, sont presque parfaits. Les vaccins annuels contre la grippe, qui sont généralement efficaces à 40-60%, ne sont pas aussi efficaces pour stopper complètement la maladie, mais ils peuvent rendre la grippe ou une autre maladie comme le coronavirus moins grave si la personne qui a reçu le vaccin tombe malade par la suite.

A lire aussi — Le médecin en chef de Moderna avertit que le vaccin n'empêchera pas la transmission du virus

Les performances de chaque vaccin contre le coronavirus

Kirsty O'Connor/PA Images via Getty Images

Pour le moment, les vaccins contre le coronavirus semblent très efficaces pour prévenir les maladies futures, selon les essais que les fabricants de vaccins ont menés dans le monde entier ces derniers mois.

Le vaccin de Pfizer est efficace à 95 % pour prévenir les infections, a indiqué la société, après avoir recruté plus de 43 000 volontaires pour tester son nouveau vaccin à ARNm. Un examen préliminaire d'un sous-ensemble de milliers de ces participants suggère que le schéma de deux injections est très efficace pour prévenir la maladie : seuls 8 cas confirmés de coronavirus ont été diagnostiqués jusqu'à présent dans le groupe vacciné par Pfizer, alors que 162 cas de coronavirus ont été trouvés dans le groupe de contrôle, a déclaré la société dans un communiqué.

Le vaccin en deux temps de Moderna a montré une efficacité similaire de 94,5%, a rapporté la société la semaine dernière, avec plus de 30 000 personnes inscrites dans des essais basés aux États-Unis. Une première analyse de 95 cas de coronavirus chez les participants aux essais de Moderna a révélé 90 cas parmi les personnes témoins qui ont été "vaccinées" avec un faux vaccin placebo, contre seulement 5 cas parmi ceux qui ont reçu le vrai traitement, a déclaré la société.

Lundi 23 novembre, AstraZeneca a également participé à la course aux résultats du vaccin, en vantant l'efficacité de 70 % de son vaccin à deux doses lors des essais. Il est intéressant de noter qu'un groupe sélectionné de participants qui n'ont reçu qu'une demi-dose lors de leur première injection, puis la deuxième injection complète un mois plus tard, semble mieux s'en sortir que les autres dans cette étude : le vaccin semble efficace à 90% dans le groupe ayant reçu la première demi-dose, alors que chez les participants qui ont reçu les deux doses complètes, l'efficacité du vaccin est inférieure à 62%.

Les vaccins ne seront vraiment efficaces que s'ils atteignent la plupart des gens, et cela pourrait prendre la majeure partie de l'année 2021

Schott

Le Dr Anthony Fauci, directeur de l'Institut national américain des allergies et des maladies infectieuses, a récemment déclaré au New York Times que pour obtenir une immunité collective contre le coronavirus, protégeant ainsi les populations contre une importante épidémie, les vaccins comme ceux de Pfizer ou de Moderna devraient atteindre plus de 70 % de la population.

A lire aussi — Covid-19 : on serait beaucoup trop peu à avoir des anticorps pour atteindre l'immunité collective, selon l'Inserm

Bill Gates est d'accord. lI a déclaré dans un talk-show que "nous n'avons pas besoin que tout le monde prenne le vaccin". "Avec ce niveau d'efficacité, si nous pouvions atteindre 75 % de la population, alors nous bloquerions la propagation de la maladie", prédit-il.

Aux États-Unis, par exemple, la distribution du vaccin prendra probablement la majeure partie de l'année prochaine, selon les estimations de Morgan Stanley et d'autres. Mais Anthony Fauci a averti que l'efficacité n'est qu'une partie de cette équation. Un vaccin très efficace, s'il n'est pas largement utilisé, ne fonctionne pas bien. "Ce que je souhaite, c'est que l'écrasante majorité des gens soient vaccinés afin que nous puissions vraiment écraser cette épidémie", a-t-il déclaré au New York Times. "A l'approche de l'automne 2021, nous pourrions être proches d'un certain degré de normalité du point de vue économique : ouvrir des entreprises, organiser des événements sportifs, c'est faisable."

Il reste des questions sans réponse sur le fonctionnement exact de ces nouveaux vaccins, auxquelles nous n'aurons probablement pas de réponses tant qu'ils n'auront pas été largement distribués à des centaines de milliers de personnes.

Il est possible que les vaccins contre les coronavirus ne procurent pas une immunité stérilisante totale, ce qui signifie que les personnes vaccinées pourraient encore obtenir la réplication du virus dans leur corps et le transmettre à d'autres personnes, de manière asymptomatique, même après la vaccination, tout en paraissant et en se sentant en parfaite santé.

Mais, même si cela devait être le cas, le fait de disposer de vaccins aussi efficaces et largement disponibles réduira considérablement le nombre de décès et de maladies provoqués par ce virus jusqu'à présent, et devrait améliorer les conditions de la pandémie dans le monde entier l'année prochaine.

Version originale : Hilary Brueck/Business Insider

A lire aussi — Moderna, AstraZeneca, Pfizer... Quels sont les vaccins contre le Covid-19 les plus avancés ?

Découvrir plus d'articles sur :