Comment investir son argent en Bourse en 2021

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Comment investir son argent en Bourse en 2021
Des entreprises devraient rebondir en Bourse, d'autres poursuivent leur ascension. © Pixabay

2021 ne tournera pas la page de la pandémie. Mais après une année 2020 chaotique sur le plan économique et sanitaire, qui n'a toutefois pas empêché les marchés financiers américains d'atteindre des sommets, cette nouvelle année devrait amorcer une transition et offrir des perspectives plus positives. L'arrivée d'un vaccin efficace contre le Covid-19 devrait favoriser la reprise de l'économie mondiale et l'activité des entreprises.

En outre, les mesures de relance budgétaires des Etats et les politiques monétaires accommodantes des banques centrales (taux bas, injections de liquidités via des rachats massifs de titres de dette) continueront de soutenir l'économie et d'amortir les chocs. Toutefois, une vague de faillites — dont l'ampleur reste incertaine — est aussi attendue, frappant les entreprises les plus fragilisées et notamment les plus petites. L'année 2021 devrait aussi voir une reprise de l'emploi et "les niveaux records d'épargne des ménages devraient faire grimper les dépenses des consommateurs dans le monde entier", estime Pictet AM.

À lire aussi - 7 choses à savoir avant d'investir son argent en Bourse

Réinvestir dans les valeurs cycliques, comme l'automobile

L'avenir semble être aux voitures hybrides et électriques. Joenomias/Pixabay

"Si les dépenses dans les services resteront en-deçà des niveaux d'avant la pandémie, ce secteur devrait lui aussi reprendre des couleurs", ajoute le gérant de fonds. Dans ce contexte d'amélioration progressive de l'économie, les particuliers qui veulent investir en Bourse ne doivent pas hésiter à acheter des valeurs cycliques, soit des actions d'entreprises dont l'évolution du cours est particulièrement liée à la conjoncture. "Les valeurs cycliques qui seront sensibles à l'impact positif du déconfinement sont repondérées en portefeuille depuis l'été dernier", précise Groupama Asset Management.

"Il s'agit d'entreprises européennes issues par exemple des secteurs de la construction, de la chimie, de l'automobile et qui bénéficieront de l'effet de report, partiel ou total, des achats de consommation des agents économiques", explique la société de gestion d'actifs. L'automobile reste toutefois confrontée à des changements structurels importants. Les constructeurs capables de s'adapter facilement aux nouvelles normes et pleinement investis dans l'hybride et l'électrique, à l'image de Tesla, devraient mieux s'en sortir.

Les énergies renouvelables devraient surperformer

Les énergies renouvelables bénéficient du soutien des plans de relance dans le monde. EdWhiteImages/Pixabay

L'élection de Joe Biden, qui souhaite un retour des Etats-Unis dans les Accords de Paris, ainsi que le "pacte vert" européen devraient en outre entraîner "une surperformance des secteurs liés à l'environnement, notamment des énergies propres", souligne Pictet AM. "Partout dans le monde, les investissements verts feront partie intégrante des plans de relance budgétaire, alimentant une reprise économique forte et synchronisée", ajoute le gestionnaire d'actifs.

Le WilderHill new energy global innovation Index permet notamment de suivre des entreprises spécialisées dans les énergies renouvelables, cotées en Bourse, à l'image de Neoen, Albioma ou McPhy en France.

D'une manière générale, les activités liées l'environnement, mais aussi les secteurs de la santé et des nouvelles technologies semblent porteurs. "Nous identifions des sociétés à fort potentiel dans les secteurs de l'innovation (IT, spécialistes du numérique, du hardware ou de la 5G), de la santé et des biotechnologies ou encore des infrastructures (utilities, biens d'équipement) qui ont un grand rôle à jouer dans les transitions environnementale et numérique et vont être soutenus par les plans de relance", précise Gaëlle Malléjac, directrice des investissements chez Groupama AM.

Rebond des entreprises pénalisées par la crise

Le siège social d'Accor, à Issy-les-Moulineaux. Maibp85/ Wikimedia Commons

Investir dans des entreprises durement affectées par la crise peut aussi être opportun. "Toutes les sociétés qui ont souffert du Covid, dans le tourisme et dans l'aviation, pourraient rebondir en 2021", estime Florence Barjou, directrice des investissements chez Lyxor AM, filiale de la Société Générale. En sortie de crise, c'est le moment d'investir dans des sociétés qui apparaissent sous-valorisées sur le marché, selon elle.

Il faut alors disposer d'un portefeuille diversifié, entre des entreprises sous-valorisées, dites "value", et des sociétés pour lesquelles les investisseurs peuvent attendre une forte croissance, dites "valeurs de croissance", à l'image des Gafa. Ces valeurs-là ont tendance à surperformer pendant les périodes de crises, rappelle Florence Barjou, comme on a pu le constater sur les marchés américains en 2020.

Il ne faut pas pour autant se désengager totalement de leur capital. Si des entreprises comme Amazon, Apple ou Microsoft apparaissent chères en Bourse aujourd'hui, elles devraient poursuivre leur tendance à la hausse en 2021. "Les changements de mode de consommation qui ont été accélérés en 2020 devraient perdurer. Ces entreprises ont énormément de cash et des bénéfices qui augmentent vite", explique Florence Barjou.

Miser sur le dynamisme de la Chine

Shanghai, centre financier de la Chine. Atlantios/Pixabay

"Pour 2021, le potentiel de rebond des actions semble plus important en Europe qu'Outre-Atlantique dans la mesure ou les économies 'physiques' (industrielles et cycliques, plutôt caractéristiques du Vieux Continent) seront plus sensibles au rattrapage que les économies 'digitales' (davantage caractéristiques des Etats-Unis)", estime Groupama AM.

À lire aussi — 350 000 emplois supplémentaires pourraient être détruits en 2021

Le gérant de fonds identifie des opportunités "sur les valeurs exposées aux marchés émergents, en particulier asiatiques et chinois". Parmi elles, il retient notamment des entreprises "sensibles à la consommation", comme l'automobile, le luxe ou encore les spiritueux. Et des sociétés présentant des business modèles à l'échelle locale, "qui seront moins sensibles aux risques sur les chaines d'approvisionnement et bénéficieront du retour à la régionalisation des échanges", explique Gaëlle Malléjac.

"Les marchés émergents seront le moteur de la reprise économique en 2021, emmenés par la Chine", assure de son côté Pictet AM. "Les actions chinoises devraient encore tenir le haut du pavé l'année prochaine, soutenues par des mesures de stimulation continues de Pékin." La Chine est déjà la seule grande économie en croissance en 2020 malgré la pandémie.

La dette des pays émergents plus attrayante

La ville de Sao Paulo, centre financier du Brésil. Lteixeira/Pixabay

Outre les actions, certaines obligations (titres de dette) peuvent offrir des perspectives de rendement intéressantes en 2021. "Une année caractérisée par une croissance mondiale saine et une intensification du commerce international devrait aller de pair avec une bonne santé des obligations en devise locale des marchés émergents", avance Pictet AM. Et d'ajouter : "Ces dernières font partie des rares actifs obligataires offrant un rendement supérieur à 4%."

De plus, les devises des marchés émergents, "sous-évaluées de près de 25% par rapport au dollar américain" selon Pictet AM, devraient progresser "au gré du redressement de l'économie mondiale et de l'apaisement des tensions commerciales sous l'administration Biden". La dette chinoise en renminbi devrait ainsi connaître "une année très solide", profitant de son rendement attrayant par rapport aux obligations des pays développés.

L'or pourrait regagner ses plus hauts

Les lingots d'or pourraient voir leur valeur augmenter en 2021. Stevebidmead/Wikimedia Commons

Le dollar devrait à l'inverse perdre de son attrait, la relance budgétaire et les liquidités massives injectées dans l'économie américaine par la Fed favorisant une pression à la baisse sur la devise.

Pour compléter ses investissements et diversifier son portefeuille, l'or constitue enfin un actif intéressant. L'once d'or devrait continuer à grimper pour toucher de nouveau les 2 000 dollars d'ici la fin 2021, selon Pictet AM. Un sommet déjà atteint début août 2020.

À lire aussi - Voici comment et pourquoi investir dans l'or, cet actif pas comme les autres

Découvrir plus d'articles sur :