Les aéroports sont aménagés pour guider les passagers à travers les zones commerciales, depuis le moment où les gens garent leur voiture au parking jusqu'au moment où ils atteignent la porte d'embarquement. En moyenne, les voyageurs dépensent entre 11 dollars et 140 dollars pour chaque passage à l'aéroport. En 2017, les dépenses dans les aéroports ont atteint 40 milliards de dollars. Les prix de vente sont souvent gonflés pour compenser la réduction des bénéfices des aéroports, de sorte que vous pourriez payer une majoration de 200% pour une simple bouteille d'eau dans certains aéroports.

Ci-dessous, une transcription de la vidéo.

Narrateur : Avez-vous déjà été coincé dans un aéroport en étant déshydraté et affamé ? Vous avez déjà dépensé une fortune en billets d'avion et en frais pour vos bagages, et curieusement vous finissez par acheter une tablette de Toblerone géante et une bouteille d'eau à 5 dollars.

Vous n'êtes pas seul. Les dépenses dans les aéroports ont atteint 40 milliards de dollars en 2017. En moyenne, les voyageurs dépensent entre 11 dollars et 140 dollars pour chaque passage à l'aéroport. Mais toutes ces dépenses ne sont pas entièrement de votre faute. 

Les aéroports sont spécifiquement conçus pour guider les passagers à travers des zones qui rapportent de l'argent. 

D'abord, il y a le parking. En 2018, le coût moyen d'une semaine de stationnement à l'aéroport était de 96 dollars. Londres Heathrow et l'aéroport d'Abu Dhabi, aux Émirats arabes unis, sont les plus chères, puisqu'ils faisaient payer respectivement 249 dollars et 235 dollars, pour sept jours.

David Slotnick : Le stationnement est assez lucratif. Le stationnement à court et à long terme coûte des fortunes absolues. C'est évidemment une énorme source de profit pour l'aéroport. C'est un espace vide, en gros.

Narrateur : Vous êtes maintenant prêt pour l'enregistrement et la sécurité. Même si les voyages sont de plus en plus faciles dans le monde entier, les passagers arrivent quand même tôt pour prendre l'avion. 2 heures et 17 minutes avant le décollage, en moyenne. En accélérant l'enregistrement et la sécurité avec les bornes numériques, ainsi que les scanners de bagages, les aéroports peuvent permettre aux voyageurs de passer plus de temps dans les zones qui rapportent de l'argent après la sécurité. 

Maintenant, vous vous retrouverez dans la “zone de calme”.

David Slotnick : Un des trucs les plus intéressants que j'ai vu est l'idée d'avoir un endroit calme juste après la sécurité. Vous passez donc la sécurité, vous avez le temps de vous ressaisir, de remettre votre portefeuille dans votre poche, votre téléphone portable, de remettre vos chaussures, de vous assurer que tout va bien, puis d'aller faire du shopping. C'est juste une façon de rendre les gens un peu plus enclins à dépenser de l'argent.

Narrateur : Souvent, la première chose que vous voyez après la sécurité est la zone de duty free. Il faut passer par là pour arriver à votre porte d'embarquement. Vous remarquerez même que, dans certains aéroports, comme celui de Londres Heathrow, par exemple, le chemin dans les zones duty free vire sur la gauche. Ça laisse plus d'espace pour les magasins sur la droite. Selon la société de conseil Intervistas, ça leur permet de faire des bénéfices car la majorité des gens sont droitiers et passeront plus de temps à regarder vers la droite. Et même si le duty free signifie que les taxes étrangères sur les marchandises sont supprimées, cela ne signifie pas nécessairement que les produits sont moins chers.

David Slotnick : Le duty free peut vous faire économiser beaucoup d'argent si vous achetez de l'alcool ou des cigarettes, qui sont généralement des produits très taxés. Pour ce qui est des jouets, des appareils électroniques ou même de certains aliments, ils ne sont pas taxés aussi lourdement, alors même s'il n'y a pas de taxes, le prix global est plus élevé.

Narrateur : Et vous n'êtes pas les seuls à vous faire avoir en achetant une tablette de Toblerone géante. Le marché mondial des produits hors taxes est une énorme industrie évaluée à plus de 67 milliards de dollars en 2018, selon un rapport de Coherent Market Insights.

Une fois que vous en avez terminé avec le duty free, vous vous retrouvez dans la zone commerciale, entourés d'encore plus de choix de restaurants et de magasins. Si vous êtes dans un aéroport européen, c'est ici que vous serez probablement forcé d'attendre. Les aéroports comme Londres Heathrow et Gatwick n'annoncent les portes que 25 à 90 minutes avant le vol, ce qui oblige les passagers à rester dans la partie centrale de l'aéroport, et il y a des panneaux stratégiquement placés qui indiquent les temps de marche vers les portes et les emplacements des portes afin de vous détendre. Sans parler des fauteuils de massage, des spas, des bassins et des atriums. Tout ce qu'il faut pour vous détendre. Car les études montrent que si les passagers sont 1% plus satisfaits, les ventes dans les aéroports augmentent de 1,5%.

Avec deux heures à tuer avant le décollage, il se peut que vous ayez faim. Même les restaurants sont conçus avec de grandes fenêtres, de la musique relaxante et des prises électriques pour vous satisfaire et vous donner envie de dépenser. Mais, bien sûr, ces restaurants ne sont pas bon marché. À Los Angeles International, il y a une marge de 18% sur la nourriture. Et bien que certains aéroports, comme le Seattle-Tacoma, fassent en sorte que les prix soient équivalents à ceux pratiqués à l'extérieur de l'aéroport, ils s'attendent à ce que vous finissiez par dépenser plus car vous pensez payer moins.

Les prix élevés s'expliquent en partie par le fait que les restaurants paient des loyers élevés aux aéroports, généralement un loyer mensuel et jusqu'à 15% des revenus bruts. Pour les restaurants Checkers, le loyer dans les aéroports américains est 50% plus cher que dans leurs emplacements traditionnels en briques et mortier. Pour compenser les loyers élevés, les restaurants des aéroports sont devenus plus élaborés.

David Slotnick : Donc, il n'y a pas seulement des chaînes de restaurants, comme Applebee's ou Buffalo Wild Wings. Il y a des alternatives comme les steakouses et des établissements qui ressemblent plus à des beaux restaurants, ou des bars à huîtres, des bars à cocktails.

Narrateur : A Portland International dans l'Oregon, il y a une distillerie qui fabrique du whisky sur place et propose des dégustations. A l'aéroport Narita de Tokyo, le restaurant Sushi Kyotatsu change le menu du jour en fonction du poisson frais provenant du marché Tsukiji. Des endroits comme ces derniers peuvent facilement faire payer quelques dollars de plus pour l'expérience.

Puis, votre porte finit par être annoncée. Au cours de la longue promenade à travers le terminal, vous passez devant des magasins équipés de présentoirs placés en diagonale, de sorte que vous pouvez voir toutes les marchandises depuis le hall. Les allées sont suffisamment larges pour que vous puissiez manipuler vos bagages et, comme c'est souvent le cas dans les restaurants d'aéroport, les prix sont gonflés pour compenser ce qui est versé aux aéroports. Cela signifie que vous pourriez payer une majoration de 200% pour une bouteille d'eau dans certains aéroports.

Vous avez votre goûter et votre magazine trop chers, mais si vous voyagez dans un autre pays, vous devrez échanger de l'argent. Il y a toujours un bureau de change à l'aéroport, mais, en général, il est préférable d'attendre d'être à l'extérieur, car les taux de change de ces bureaux sont de 10 à 26% plus élevés, sans compter les frais de service.

David Slotnick : Vous ne trouverez jamais un taux de change pire, sauf peut-être dans un  bureau de Times Square.

Narrateur : Et même une fois à votre porte d'embarquement, il y a encore beaucoup de magasins pour acheter des articles de dernière minute.

David Slotnick : C'est l'idée d'avoir les magasins au même endroit que les portes elles-mêmes. Si vous voulez attendre près de votre porte, vous êtes toujours juste à côté des magasins. Vous ne risquez pas de rater les annonces.

Narrateur : Enfin, vous montez à bord de votre avion, peut-être un peu frustré à l'aéroport par vos dépenses fastueuses. Mais pensez à cela : les aéroports ne gagnent pas énormément d'argent avec toutes ces majorations. Les aéroports coûtent cher à exploiter. Parmi les aéroports européens, 47% ont perdu de l'argent en 2018. Mais soyons réalistes. Certains aéroports vous font dépenser plus parce qu'ils peuvent se le permettre. 

David Slotnick : C'est énervant, mais c'est la réalité. C'est la théorie du public captif, où les gens n'ont pas vraiment le choix. Vous avez tout le temps du monde, vous vous ennuyez, qu'est-ce que vous avez de mieux à faire ? Faire du shopping.

Produit par Steve Cameron/Business Insider

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Pourquoi les constructeurs automobiles dépensent des millions de dollars dans des concept cars qu'ils ne fabriqueront peut-être jamais