Publicité

Comment les champignons hallucinogènes endommagent votre cerveau

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte


Une molécule présente dans les champignons hallucinogènes aiderait à lutter contre la dépression
Publicité

Plus de 180 espèces de champignons hallucinogènes produisent une molécule psychoactive, la psilocybine. Lorsque vous l'ingérez, votre intestin la convertit en une autre substance chimique appelée psilocine, qui déclenche des changements dans le cerveau.

Elle augmente l'activité du cortex visuel, ce qui entraîne des modifications de la perception et diminue l'activité du réseau cérébral produisant l'expérience de "la mort de l'ego". Les chercheurs pensent que c'est la combinaison de ces effets qui fait de la psilocybine un outil efficace pour lutter contre la dépression et la dépendance, ce que confirment aussi les recherches.

Ci-dessous, une transcription de la vidéo.

À lire aussi — La vente de drogue sur Snapchat et Instagram fait des ravages chez les adolescents américains

Narrateur : Voici la carte d'un cerveau humain typique, et voici la carte d'un cerveau sous psilocybine, le composé psychoactif des champignons magiques. Toutes ces nouvelles connexions que vous pouvez voir ne font pas seulement voyager les gens. Elles sont aussi la raison pour laquelle la psilocybine est l'une des drogues les plus discutées aujourd'hui dans certains cercles médicaux. Dans le monde entier, plus de 180 espèces de champignons produisent de la psilocybine, probablement comme stratégie de défense. Les scientifiques pensent que la psilocybine peut freiner l'appétit des insectes prédateurs comme les fourmis, de sorte qu'elles se sentent rassasiées bien avant de manger tout le champignon. Les humains, d'un autre côté, eh bien, ils trébuchent.

Matthew Johnson professeur de psychiatrie à l'université Johns Hopkins : La psilocybine est un psychédélique classique, c'est-à-dire qu'elle fait partie de la même catégorie que des drogues comme le LSD et agit sur le cerveau de la même façon.

Narrateur : Lorsque vous prenez de la psilocybine, votre intestin la convertit en une autre substance chimique, connue sous le nom de psilocine, qui se lie aux récepteurs de la sérotonine appelés 2A, et les experts pensent que c'est ce qui déclenche ce qu'ils appellent l'avalanche neuronale. Il s'agit essentiellement d'un effet domino de différents changements dans le cerveau. Vous avez une augmentation de l'activité dans le cortex visuel, ce qui entraîne des changements dans votre perception, puis une diminution de l'activité dans le réseau du mode par défaut, ce qui entraîne une perte d'ego.

Matthew Johnson : Et c'est peut-être pour cela que les gens rapportent souvent à haute dose un profond sentiment d'unité, de transcendance au-delà d'eux-mêmes.

Narrateur : Mais peut-être le plus important, la psilocybine augmente la connectivité entre les différentes régions du cerveau.

Matthew Johnson : En raison de l'activation des récepteurs, il y a un changement profond dans la façon dont les différentes zones du cerveau se synchronisent les unes avec les autres.

Narrateur : Pensez-y comme à un orchestre. Normalement, le cerveau comporte différents groupes musicaux qui jouent chacun indépendamment.

Matthew Johnson : Un sextuor ici, un quatuor là. Celui-ci joue du jazz. Celui-ci est classique, et un certain nombre d'autres.

Narrateur : Mais une fois que la psilocybine entre en jeu, c'est comme si vous aviez soudainement un chef d'orchestre.

Matthew Johnson : Il y a donc cette communication entre des zones qui sont normalement cloisonnées et qui font leur propre truc.

Narrateur : Les scientifiques pensent que c'est une combinaison de ces effets qui rend la psilocybine si utile pour combattre la dépression et la dépendance. Lorsque de nouvelles zones du cerveau commencent à se parler, par exemple, vous pouvez avoir de nouvelles idées sur de vieux problèmes. C'est pourquoi certains experts décrivent le tripping comme une version condensée de la thérapie par la parole. Et puis dissoudre votre ego, dit Johnson...

Narrateur : Et il y a en fait un nombre croissant de recherches pour le prouver. Dans deux études publiées en 2016, les chercheurs ont donné à des patients cancéreux souffrant de dépression une forte dose de psilocybine, et même six mois plus tard, au moins 80% d'entre eux ont montré une diminution significative de l'humeur dépressive. Et les recherches sur la dépendance sont tout aussi prometteuses. Dans une étude dirigée par Johnson, 15 volontaires ont pris de la psilocybine pour arrêter de fumer, et après six mois, 80 % d'entre eux avaient perdu l'habitude, contre un taux d'environ 35 % pour la varénicline, qui est largement considérée comme le meilleur médicament pour arrêter de fumer. Pourtant, malgré ces résultats, la psilocybine figure toujours sur la liste des drogues de l'annexe I, une catégorie réservée aux composés qui n'ont pas d'usage médical actuellement reconnu et qui présentent un fort potentiel d'abus. La consommation récréative de champignons magiques comporte certains risques.

Matthew Johnson : Un exemple dramatique serait de conduire sous l'influence de la psilocybine ou de l'utiliser d'une manière qui interfère avec votre travail, vos relations familiales ou votre travail scolaire, par exemple.

Narrateur : Mais pour autant que les scientifiques le sachent, l'utilisation à long terme n'endommage pas le cerveau de la manière dont d'autres drogues peuvent le faire, et selon au moins une étude, c'est en fait la drogue la plus sûre qui existe. En 2018, par exemple, seulement 0,3 % des personnes ayant déclaré en avoir pris ont eu besoin d'un traitement médical d'urgence, contre 0,9 % pour l'ecstasy et 1,3 % pour l'alcool. Pris dans leur ensemble, c'est la raison pour laquelle certains États du pays ont fait campagne pour décriminaliser la psilocybine, notamment Denver qui, en mai 2019, est devenu le tout premier à y parvenir.

Version originale : Nathaniel Lee and Benji Jones / Insider

À lire aussi — Voici 7 produits au CBD, le dérivé du cannabis dont tout le monde parle

Découvrir plus d'articles sur :