The Swifty Swine Racing Pigs start down the track during the 100th anniversary of The Eastern States Exposition in West Springfield, Massachusetts, U.S. September 21, 2016. Picture taken on September 21, 2016.

REUTERS/Lisa Quinones

On connaît enfin les associations parlementaires françaises infiltrées par les lobbies.

Grâce à un rapport de la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP), créée en réaction à l'affaire Cahuzac, on découvre l'existence d'au moins 41 clubs parlementaires.

Certains sont des associations loi 1901, mais d'autres ont été fondés et sont gérés par des sociétés de relations publiques. Et d'autres encore ne révèlent pas leur statut.

Un registre obligatoire pour les groupements d'intérêts publics et privés devrait voir le jour dans la loi Sapin 2 sur la transparence et la corruption, dont la discussion à l'Assemblée nationale s'est terminée ce jeudi 29 septembre.

C'était d'ailleurs l'une des dix recommandations en juin dernier de la HATVP pour encadrer ces relations opaques.

Ces clubs parlementaires déclarent faciliter les échanges entre députés, sénateurs et acteurs privés autour de déjeuners, dîners ou colloques. Leur budget peut monter jusqu'à 400 000 € par an.

Par leur nature mondaine, ces clubs sont de bons outils pour les groupes d'intérêts liés à la gastronomie. Pas étonnant dans un pays qui a vu l'Unesco inscrire le repas gastronomique des Français au "patrimoine immatériel de l’humanité".

Voici six clubs que nous avons choisi pour leurs dénominations sans équivoque.

Le Club de la Table française est l'un des plus courus avec 304 membres. François Hollande en a fait partie.

Il est co-présidé par Bruno Le Roux, président du groupe PS à l'Assemblée nationale.

Son objet : La valorisation de la gastronomie française, "de la fourche à la fourchette" selon son slogan.

Ses soutiens financiers se nomment l'ANIA, la Fédération des fromagers de France, Danone Eaux, Gault & Millau, Grey Goose ou Pernod Ricard.

Le Club vive le foie gras a 11 ans cette année. Il fait souvent pression quand il s'agit de lutter contre le boycott du foie gras à l'étranger.

Le Club des amis du cochon défend les intérêts de la filière porcine. Notamment face à la grande distribution.

L'Observatoire de l'œuf compte seulement 19 membres. Il réfléchit "à la compétitivité de la filière pondeuse".

Le Club des parlementaires amateurs de havanes est présidé par André Santini. Parmi ses 50 membres, Patrick Balkany. Il ne déclare aucun objet ou soutien financier.

En 2013, l'émission "Cash Investigation" avait pointé du doigt les liens entre le Club des parlementaires amateurs de havanes et le cigarettier British American Tobacco.

L'association nationale des élus de la vigne et du vin défend les intérêts du champagne et des autres vignobles français.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

VIDEO: Voici une technologie innovante pour retirer les mauvaises herbes de son jardin — sans se salir les mains