Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Comment les oeuvres crypto pourraient bouleverser le marché de l'art traditionnel

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Comment les oeuvres crypto pourraient bouleverser le marché de l'art traditionnel
Une partie de "The Bitcoin Angel" de Trevor Jones. © Trevor Jones

L'art NFT a soudain fait la une des médias du monde entier, et son impact sur la scène artistique "traditionnelle" pourrait perdurer. Les NFT, ou jetons non fongibles, sont plus simples qu'ils n'y paraissent. En gros, un NFT fournit une "preuve de propriété" sous forme de blockchain sur un objet auquel le jeton est attaché. Cela peut être n'importe quoi, du mème de Nyan Cat aux "moments" virtuels de la NBA, en passant par un album à venir des Kings of Leon.

Des célébrités comme Grimes et Mark Cuban s'y sont également frotté. "J'ai le sentiment que ça va devenir beaucoup plus gros !" Trevor Jones, un artiste formé aux beaux-arts avec un accent sur le dessin et la peinture, a donné son sentiment à Insider lors d'une Interview : "Surfez sur cette vague crypto !" Trevor Jones, qui est artiste à plein temps depuis 2015, se considère comme un "peintre traditionnel", mais s'est intéressé à la porosité entre l'art et la technologie au cours de la dernière décennie, notamment en explorant l'espace artistique NFT depuis 2019.

En raison de sa formation, tous les travaux de Trevor Jones sur le NFT commencent encore par une peinture "physique" traditionnelle. Et jusqu'à présent, cette formule lui a valu un succès massif : ses œuvres se sont vendues entre 40 000 et 180 000 dollars (entre 33 600 et 151 200 euros) chacune, a-t-il révélé à Insider. Le mois dernier, il a vendu 4 157 pièces de son "Bitcoin Angel édition ouverte" en sept minutes pour 777 dollars (653 euros) chacune, soit un total de 3,2 millions de dollars (2,7 millions d'euros).

À lire aussi — Tout savoir sur les jetons NFT, ces objets virtuels à collectionner qui se vendent des millions

Les NFT pourraient remplacer le marché de l'art tel que nous le connaissons

Malgré son passé d'artiste "traditionnel", Trevor Jones prédit que cette vague d'artistes NFT pourrait faire disparaître le marché de l'art qui existe depuis longtemps.

"Ce marché de l'art numérique ne fait que se développer, et il pourrait très facilement prendre le dessus sur le marché de l'art (physique) de 67 milliards de dollars (56,3 milliards d'euros environ, ndlt) dans un avenir pas trop lointain", a déclaré Trevor Jones à Insider. "Les marchés de l'art traditionnels, les galeries et les maisons de vente aux enchères qui ne voient pas cela et ne se préparent pas deviendront obsolètes dans 10 à 15 ans".

Une partie de "Tom Hanks beating the shit out of coronavirus" de Mike Winkelmann, autrement connu sous le nom de "Beeple". Beeple

Mike Winkelmann — également connu sous le nom de Beeple, un artiste numérique NFT au succès fulgurant dont les ventes et les reventes se chiffrent en millions de dollars — pense que les galeries vont en fait s'occuper de ce marché émergent.

Comme l'explique Mike Winkelmann, des entités comme les musées et les maisons de ventes aux enchères sont des "gardiens" du monde de l'art. Et à mesure que le NFT se développera, le "bruit" qui accompagne la possibilité de produire "à bon marché ou facilement" des œuvres d'art augmentera également. "Je ne pense vraiment pas que ce sera la fin des galeries ou la fin d'un certain niveau de conservation", confie-t-il à Insider.

Pour les galeries traditionnelles, ce pivot pourrait remplacer les œuvres encadrées par des écrans vidéo suspendus qui afficheront ces nouvelles œuvres numériques, une idée que Mike Winkelmann explore déjà.

Sergio Scalet, de Hackatao, un duo artistique pop NFT basé en Italie, pense également que les conservateurs et les experts en art seront essentiels dans cette scène émergente afin de raconter les histoires des œuvres. Il estime que cela pourrait créer un lieu de rencontre entre le NFT et le monde de l'art traditionnel.

"Au début, le monde de l'art traditionnel sera probablement sur la défensive, mais comme nous pouvons le voir par la création de nombreuses nouvelles technologies et applications, le pont [entre les deux] est en train de se faire", a déclaré Sergio Scalet à Insider. "Peut-être que ces entités plus anciennes [comme les galeries] devraient s'adapter et trouver un moyen d'exister dans ce nouvel espace".

Et il semble que le monde de l'art traditionnel soit déjà en train de pivoter rapidement. Auparavant, ces œuvres d'art (souvent numériques) auraient probablement été rejetées par les espaces artistiques traditionnels. Aujourd'hui, ils font des pieds et des mains pour obtenir une part du gâteau de l'art NFT.

Les galeries s'emparent des NFT

Par exemple, en février, Christie's a listé "Everydays: The First 5,000 Days" de Mike Winkelmann. Ce sera la première vente d'art numérique de la célèbre maison de vente aux enchères et la première vente aux enchères à accepter les cryptomonnaies, en particulier l'Ether.

La pièce s'élevait à 3,5 millions de dollars (2,9 millions d'euros) au 5 mars, et la vente aux enchères devrait se terminer le 11 mars.

"Everydays: The First 5,000 Days" de Beeple est mis aux enchères sur le site de Christie's Christies

La réceptivité croissante du monde de l'art en général à l'art numérique — et à l'art NFT — est maintenant remarquée par des personnes qui sont intégrées dans la communauté depuis bien plus longtemps.

"Il y a beaucoup de gens [dans le monde de l'art traditionnel] qui n'auraient jamais travaillé avec nous avant que nous soyons dans l'espace NFT", rappelle Mark Sabb, fondateur du collectif d'artistes Felt Zine, dans une interview à Insider. "Comme des galeristes qui disaient qu'ils ne voudraient jamais travailler avec nous, nous représenter ou communiquer avec nous, et qui [le font maintenant]".

Felt Zine a été fondé il y a une dizaine d'années pour "donner une voix" à l'art qui ne serait probablement pas adopté par les galeries ou les musées traditionnels.

Felt Zine, qui a toujours été profondément intégré dans la scène de l'art numérique, a été initialement approché par des artistes qui voulaient que le collectif entre dans l'espace NFT. Ces artistes ont ensuite commencé à demander à Felt Zine de les représenter et de leur organiser des "expositions d'art crypto".

Aujourd'hui, le collectif constate directement le succès de ce récent boom de l'art NFT : son volume de ventes mensuel a augmenté de 500% depuis la mi-décembre 2020, révèle Mark Sabb à Insider.

Felt Zine reprend également l'idée des galeries d'art traditionnelles et l'applique à la communauté en ligne en créant des galeries et des musées numériques pour présenter le travail de ses artistes. C'est un "nouveau mode d'expérience de cet art", estime Mark Sabb.

Une partie de "Bear Land" de Mark Sabb pour Felt Zine.  Felt Zine

Toutefois, Mark Sabb ne s'attend pas à ce que les galeries disparaissent si elles ne réagissent pas à l'essor de la NFT, en raison des différences inhérentes aux modèles commerciaux. En outre, de nombreux collectionneurs continuent de collectionner des œuvres d'art traditionnelles en plus de l'art NFT. Une tendance qui, selon Mark Sabb, va continuer à se développer.

"Je pense que le fait que les artistes se sentent responsabilisés peut changer la relation qu'ils ont avec certains galeristes, comme la façon dont la diffusion en continu a eu un impact sur l'industrie de la musique, en bien et en mal", estime Mark Sabb. "Mais en fin de compte, nous sommes probablement face à une réalité où nous avons un espace NFT florissant alors que les galeries d'art traditionnelles continuent à vendre de l'art comme elles l'ont toujours fait".

Mark Sabb note également que certains arts sont mieux vus dans une galerie physique, alors que d'autres sont plus appréciés dans un espace de galerie numérique. Mais il demeure méfiant : "Je pense que l'espace NFT peut mener à ce que les galeries contrôlent de plus en plus les artistes qu'elles représentent, si nous ne faisons pas attention", craint Mark Sabb. "Donc, oui, cela peut être libérateur, mais nous devons travailler délibérément dans ce sens."

Version originale : Brittany Chang/Insider

À lire aussi — La chanteuse Grimes a gagné 5,8 M$ en moins de 20 minutes en vendant des œuvres d'art crypto

Découvrir plus d'articles sur :