Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Il y a une erreur courante qu’il ne faut pas faire quand on lance une startup en Afrique, révèle un documentaire

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Il y a une erreur courante qu’il ne faut pas faire quand on lance une startup en Afrique, révèle un documentaire
© YouTube

Portée par l'adaptation croissante du mobile par ses habitants — avec près de 500 millions d'abonnés à un service — l'Afrique attire de plus en plus les investisseurs.

C'est le cas d'Orange et du fonds français Partech Ventures qui disposent de dizaine de millions d'euros pour investir dans des startups du continent dès cette année.

"C'est une bonne nouvelle car les banques locales ne comprennent pas les enjeux du digital: elles ont plus de difficultés à faire confiance aux entrepreneurs", déclare Régis Strazel, réalisateur du documentaire "Afropreneur" sur les entrepreneurs francophones.

Mais la croissance des leurs startups ne pourra dépendre d'un seul apport financier.

Il leur faudra éviter un écueil courant lié à l'expansion géographique hors de leur marché originel.

En effet, quand il s'agit pour une startup africaine de développer rapidement le volume de son activité, les règles en vigueur aux Etats-Unis, par exemple, ne sont pas toujours bonnes à suivre.

Le continent regorge de différences linguistiques, culturelles, législatives et économiques — autant de disparités qui peuvent devenir de réelles barrières à l'entrée.

"C'est une erreur courante: en Afrique, on ne peut pas reproduire tel quel son projet d'un pays à l'autre", témoigne Got'liebe Bataba, ingénieur IT et fondateur du magazine TechOfAfrica, et initiateur du documentaire.

"En Europe, l'accès au marché est simplifié grâce à différents accords. En Afrique, il faut bien cerner son marché qui peut être très petit d'un pays à l'autre, Quand vous sortez une application au Togo, si vous voulez la développer au Cameroun, il faudra peut être faire un tout nouveau projet."

Cette règle vaut pour les entrepreneurs africains comme pour les étrangers.

Le site français d'e-commerce CDiscount vient ainsi d'en faire l'amère expérience: il a fermé sa dernière filiale en Côte-d'Ivoire, après tout juste trois ans de présence en Afrique et malgré un partenariat avec le groupe Bolloré.

Voici la bande-annonce d'"Afropreneur", un film de TechOfAfrica, réalisé par Régis Strazel, bientôt disponible en vidéo à la demande:

Découvrir plus d'articles sur :