Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Le nouveau DG d'une startup de marketing qui travaille avec Danone et McDonald's révèle le facteur clé pour réussir dans le même métier que Salesforce

Le nouveau DG d'une startup de marketing qui travaille avec Danone et McDonald's révèle le facteur clé pour réussir dans le même métier que Salesforce
© Guillaume Decugis, nouveau DG de Linkfluence, et fondateur de Scoop.it, YouTube/TechMeUp

La réussite d'une startup ne se résume pas au nombre de levées de fonds réalisées ou au volume d'argent collecté.

C'est d'autant plus vrai dans le secteur des éditeurs de logiciel SAAS ("software as a service") qui a fait émerger plusieurs pépites françaises ces dernières années.

On citera à la volée PeopleDoc — revendue 300 millions d'euros — , Algolia, Aircall, Dataiku, Doctolib, iAdvize, ou encore Scality.

Mais ces startups ont toutes un point commun pour exister et grandir aux côtés de géants comme Salesforce et Microsoft. Il faut avoir la preuve de revenus récurrents conséquents chaque mois — proche du million d'euros et au-dessus, selon les estimations.

Ce volume de chiffre d'affaires est souvent réalisé à travers des formules d'abonnement payant. Dans le jargon, les investisseurs appellent cela le MRR pour Monthly Recurring Revenue — le revenu récurrent mensuel.

Ce facteur donne un bien meilleur état de la santé d'une entreprise au marché et aux potentiels acquéreurs que l'argent levé. Les clients conquis sont des professionnels prêys à payer pour des services qui améliorent leurs procédures internes (RH) et leur font gagner de l'argent (finance, ventes).

Mais si la martingale semble connue, le modèle est compliqué à dupliquer dans tous les secteurs d'activité et verticales.

Guillaume Decugis ne dit pas autre chose. Fondateur de Musiwave, désormais intégrée à Microsoft, il vient d'être nommé directeur général de Linkfluence, après le rachat par la plateforme marketing de sa startup de curation de contenus Scoop.it.

"Convaincre des entreprises d'utiliser des nouveaux outils peut prendre du temps. Avoir une plateforme SAAS ne suffit pas. Il faut être capable de lui adjoindre des services comme des analystes pour mesurer l'efficacité. C'est comme ça qu'une entreprise peut convaincre des grands groupes."

Linkfluence revendique 500 clients tels que Danone, Pernod Ricard, Infinity ou McDonald's avec certains contrats qui dépasseraient le million de dollars par an.

Le marché du SAAS en France a été évalué à 2 milliards d'euros en 2017 et devrait approcher les 3,5 milliards d'euros en 2021, selon l'étude IDC France "Le Cloud en France".

Business Insider
Découvrir plus d'articles sur :