Comment une femme a-t-elle pu s'introduire dans la propriété de Donald Trump avec un logiciel malveillant ?

Le domaine de Mar-a-Lago du président américain Donald Trump à Palm Beach, en Floride, États-Unis, le 22 mars 2019. REUTERS / Kevin Lamarque / File Photo

Une femme de 32 ans originaire de Chine a été arrêtée samedi 30 mars après s'être introduite dans une propriété de Donald Trump, à Mar-a-Lago en Floride où le président américain passait son week-end. Elle était en possession d'un "logiciel malveillant", selon des documents judiciaires publiés ce mardi. Yujing Zhang a réussi à pénétrer dans le complexe après avoir montré son passeport à des agents de sécurité en prétendant être membre du club et disant qu'elle souhaitait accéder à la piscine.

Elle a profité de la présence d'un homonyme sur la liste des personnes accréditées et de la barrière de la langue pour passer ce premier contrôle de sécurité. Après être entrée, Yujing Zhang a été transportée en voiture de golf jusqu'à la réception du complexe hôtelier puis a confié à un réceptionniste qu'elle était là pour assister une conférence de la Chinese American Association des Nations Unies. Se rendant compte qu'aucun événement de ce type n'était prévu, le réceptionniste a donné l'alerte, selon Associated Press.

Après l'interrogatoire de Yujing Zhang, les agents de sécurité du président ont déclaré qu'elle transportait quatre smartphones, un ordinateur portable, un disque dur externe et une clé USB contenant des "logiciels malveillants". Ils ont également indiqué qu'elle n'avait pas de maillot de bain et qu'elle parlait mieux anglais que ce qu'elle ne laissait croire. Elle n'a pas pu s'approcher de Donald Trump, qui jouait au golf dans une autre partie du club à ce moment-là, elle n'est également pas rentrée dans sa résidence privée.

Le Secret Service, chargé de protéger Donald Trump, a affirmé dans un communiqué diffusé mardi que son rôle n'était pas de "déterminer qui est invité ou accueilli à Mar-a-Lago". "La direction du club détermine quels membres et invités ont l'autorisation d'accéder à la propriété", peut-on lire dans le document. "Cet accès ne permet pas de rencontrer le président ou tout autre personne protégée par le Secret Service. Dans ce cas, des mesures de sécurités supplémentaires sont prises".

Zhang Yujing été inculpée pour fausses déclarations à des agents fédéraux et intrusion sur un site sécurisé. Elle doit passer en première audience la semaine prochaine. 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Donald Trump continue d'utiliser son iPhone même après avoir eu confirmation par des agences de renseignement américaines que la Chine et la Russie l'avaient mis sur écoute

VIDEO: Voici pourquoi les millennials adorent Gucci