Voici une invention qui pourrait bien révolutionner le secteur automobile. A Saint-Etienne-du-Rouvray, en Normandie, l'entreprise Anthos Air Power a mis au point un moteur n'utilisant ni essence ni diesel, mais de l'air comprimé, selon le quotidien Paris Normandie. De quoi faire rouler des voitures en rejetant uniquement de l'air, sans gaz polluants. Dans le détail, cette technologie utilise des panneaux photovoltaïques qui alimentent un générateur, lequel fait fonctionner un compresseur captant l'air ambiant pour le comprimer et le stocker ensuite dans des bonbonnes. 

Ce dispositif produit de l'air très froid, dans une température comprise entre - 75° et -100° Celsius. Cet air froid pourrait par exemple être réutilisé "en circuit fermé pour les camions frigorifiques", soulignent les dirigeants d'Anthos Air Power. De plus, cette technologie présente l'avantage de ne pas avoir à modifier en profondeur les moteurs existants. "La différence avec ce qui a pu être fait auparavant, c'est que nous n'avons pas créé un moteur spécifique pour notre technologie. Nous avons adapté ceux qui existent déjà", explique à Paris Normandie le Québécois Pierre Villeneuve, PDG d'Anthos Air Power.

"Nous changeons le vilebrequin pour passer d'un quatre temps à un deux temps, nous changeons le haut du moteur, il n'y a plus d'allumage, plus de circuit d'eau...", ajoute Pascal Chédeville, directeur du site du Madrillet, à Saint-Etienne-du-Rouvray. Une batterie est néanmoins toujours nécessaire pour démarrer le moteur et permettre aux feux et clignotants de fonctionner. L'ouverture du réservoir doit par ailleurs être remplacée par une buse (tuyau) pour connecter le chargeur d'air comprimé. Et une volumineuse bonbonne d'air comprimé prend la place du réservoir classique.

C'est là la limite de cette nouvelle technologie. "Actuellement, il faudrait un mètre cube d’air comprimé à 400 bars pour faire 100 km à une vitesse comprise entre 50 et 100 km/h", reconnaît Pascal Chédeville. D'où l'idée de commencer d'abord par équiper les transports en commun, offrant de la place pour le réservoir. "Notre ambition est de faire rouler un premier bus à air comprimé dans les trente mois dans l'agglomération de Rouen", précise Pierre Villeneuve. 

Déjà 8 millions d'euros ont été investis dans ce prototype pour rouler sans polluer, dont de l'argent publique provenant de la Région Normandie.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Comment Fiat Chrysler et Tesla contournent la législation européenne sur les émissions de CO2

VIDEO: Voici à quoi ressembleront la livraison et le transport en voiture autonome selon Renault