Kingda Ka sont les plus grandes montagnes russes au monde. Avec leurs 139 mètres, elles font presque la hauteur de la Grande Pyramide de Gizeh. Mais que se passerait-il si quelqu'un construisait un grand huit aussi haut que le Burj Khalifa, le plus haut bâtiment du monde ? Bien que l'ingénierie rende cela possible, il serait dangereux de le faire fonctionner car la résistance intense au vent, les débris volants et les impacts d'oiseaux pourraient blesser ou même tuer des usagers. De plus, les accélérations "G" élevées peuvent causer des évanouissements lorsque le sang quitte la tête et afflue vers le reste de leur corps.

Ci-dessous, une transcription de la vidéo. 

Narrateur : Voici Kingda Ka, les plus grandes montagnes russes au monde. Avec leurs 139 mètres, elles font presque la hauteur de la Grande Pyramide de Gizeh. Et si l'on construisait des montagnes russes encore plus hautes ? Et s'il y avait un grand huit aussi haut que le plus haut bâtiment du monde, le Burj Khalifa ? Eh bien, c'est une bonne chose que ça ne soit pas le cas, car prendre place dans une attraction comme ça pourrait bien être la dernière chose que vous fassiez.

La véritable limite de la hauteur d'un grand huit a moins à voir avec l'ingénierie qu'avec les limites du corps humain, car plus le grand huit est haut, plus vous serez impacté par la gravité. Et sur notre méga-attraction de 800 mètres de haut, les usagers atteindraient une vitesse de pointe de 370 kilomètres à l'heure. En allant aussi vite, le vent seul causerait de sérieux dégâts. À titre de comparaison, voici ce qu'une soufflerie fait à un visage humain.

Matt Calabrese : Votre peau se replierait sur les joues. Vos yeux subiraient beaucoup de dommages s'il y a des débris dans l'air ou quelque chose comme ça. Et vos oreilles commenceraient probablement à claquer, ce qui n'est pas très marrant. 

Narrateur : C'est déjà en partie un problème pour Formula Rossa, le grand huit le plus rapide du monde. Il atteint une vitesse maximale de 240 kilomètres à l'heure, et tous ceux qui montent dedans doivent porter des lunettes pour se protéger les yeux, car à cette vitesse, la poussière et les débris dans l'air se transforment en petits missiles. En parlant de missiles, la poussière et les débris ne seraient pas le seul problème.

Calabrese : La principale chose qui m'inquiète, serait une collision avec un oiseau.

Narrateur : Oui, un impact d'oiseau. C'est rare, mais ça peut arriver.

Matus : Et je me disais, oh mon Dieu, oh mon Dieu.

Narrateur : À basse vitesse, cela peut vous laisser un mauvais bleu ou une contusion douloureuse, comme pour les usagers du Kingda Ka. Mais à 370 kilomètres à l'heure, vous et le pauvre oiseau pourraient probablement mourir dans la collision. Alors oui, vous pourriez simplement porter un casque de moto et des vêtements de protection avant de monter, mais il y a un autre problème qu'aucun équipement de protection ne peut résoudre : l'accélération (“force g”).

C'est la force qui vous fait vous sentir plus lourd que d'habitude, comme lorsque vous êtes dans un looping de montagnes russes. Habituellement, vous êtes soumis à 1G, mais lorsque vous accélérez rapidement, comme lorsque vous êtes dans un looping de montagnes russes, la force g monte en flèche, ce qui fait que le sang se retire rapidement de votre tête et vous donne souvent l'impression d'être étourdi. Pour cette raison, la plupart des montagnes russes ne vous soumettent pas à plus de 5G. Mais il ne s'agit pas de montagnes russes typiques. Si vous faites un looping sur les montagnes russes de Khalifa à plus de 300 kilomètres à l'heure....

Calabrese : Le sang commencera à se retirer de votre tête pour affluer dans le reste de votre corps, ce qui veut dire que vous commencerez à devenir grisâtre, puis peut-être à vous évanouir, et ce n'est pas bon.

Narrateur : Que peuvent donc faire les ingénieurs pour protéger les usagers alors qu'ils continuent à construire des montagnes russes plus hautes et plus rapides ? L'option la plus simple consiste à ralentir le véhicule en ajoutant des freins lors de la première descente. Mais il y a une meilleure façon, plus excitante, de contourner le problème : les loopings. De très gros loopings.

Calabrese : Tout ce que nous avons à faire, c'est manipuler la courbure pour maintenir les forces g que nous voulons. Ainsi, au lieu d'un looping serré que vous verriez sur un grand huit à vitesse réduite, on utilise de grands loopings qui descendent en piqué et une courbure à grand rayon pour vous assurer que vous n'engendrez pas une énorme  force g à cette vitesse. Au fur et à mesure que vous traversez les montagnes russes et que vous perdez de la vitesse en raison de la résistance de l'air et du frottement des roues, votre vitesse diminue, et votre courbure devient plus serrée.

Narrateur : C'est pourquoi beaucoup de montagnes russes commencent par un grand looping, suivi d'une série d'autres plus rapides et plus légers. Donc, en théorie, nos montagnes russes Khalifa sont praticables, à condition que nous ajoutions des loopings assez grands et que nous distribuions de l'équipement pour protéger les yeux. Cela dit, nous ne verrons probablement jamais un grand huit beaucoup plus grand que ceux d'aujourd'hui, car de nos jours, il existe des moyens moins chers et plus efficaces de faire frissonner et de terroriser les amateurs. 

Par exemple, les systèmes de lancement hydrauliques ou magnétiques permettent aux passagers d'atteindre des vitesses extrêmes, sans qu'il ne soit nécessaire de construire une grande descente coûteuse. Donc, la seule raison de construire quelque chose comme des montagnes russes Khalifa est peut-être la vue.

Calabrese : J'adore les montagnes russes avec de belles vues. Et cela compte beaucoup pour l'expérience, d'avoir une vue lors de la montée. Donc, à n'importe quel endroit magnifique, j'adore voir des montagnes russes afin d'avoir une perspective différente sur ces vues.

Produit par Clancy Morgan et Shira Polan

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Comment les aéroports sont conçus pour vous faire dépenser plus