Comment Withings vous permet d'avoir une montre connectée personnalisée en trois jours

Withings

La startup française Withings lance aujourd'hui sa nouvelle montre analogique connectée et personnalisable, Withings Move, qui sera assemblée en France. Il ne sera pas possible d'inclure une photo dans le cadran mais les clients devraient trouver leur bonheur parmi les 5800 combinaisons possibles, à date. Tout se fait depuis le site internet de la marque : choix du cadran, du boîtier, du tracker et du bracelet. Le prix ? 79,95 euros pour le modèle personnalisable contre 69,95 euros pour la version basique pour une autonomie de 18 mois "là où nos rivaux sont sur des périodes plus courtes, de six à huit mois", assure l'entreprise.

Interrogé sur les objectifs de vente, Eric Carreel, son fondateur et nouveau propriétaire après le rachat de l'entreprise à Nokia il y a moins d'un an, nous assure que "le pari sera remporté avec 100.000 modèles écoulés rapidement". Pour convaincre les utilisateurs, Withings mise sur un prix abordable et un délai de livraison relativement court, en trois jours. Pour ce faire, l'entreprise a décidé d'installer au sein de ses bureaux d'Issy-les-Moulineaux, près de Paris, un petit atelier d'assemblage — baptisé "La Manufacture" —, capable de monter 200 montres personnalisées par semaine. Les composants proviennent de Chine, du Japon, d'Inde ou de Suisse.

"L'idée c'est de créer la même chose dans un an, aux Etats-Unis. Avec Withings Move, nous faisons un pas de plus vers la personnalisation de la santé. Avant, la santé, c'était l'hôpital et le cabinet du médecin. Aujourd'hui, elle est partout et Withings est un fournisseur de données médicales pour l'utilisateur mais aussi les aidants", explique Eric Carreel, qui vise clairement le marché des professionnels à terme, avec d'autres dispositifs médicaux.

Tim Cook, l'allié de Withings

Au CES de Las Vegas en janvier 2019, Withings a notamment présenté Move ECG, une montre qui dispose des mêmes fonctionnalités que la Withings Move et peut réaliser des électrocardiogrammes. Elle attend les certifications européenne et américaine pour être commercialisée comme un dispositif médical. Elle sera commercialisée à 129 euros. Elle rejoint sur ce terrain la Apple Watch Serie 4, vendue 429 euros. Mais Eric Carreel ne se présente pas comme un concurrent d'Apple vu les volumes réalisés — Apple a vendu 17 millions d'Apple Watch en 2017. Notons qu'Apple distribue d'ailleurs des produits Withings, à savoir une balance connectée, un thermomètre et un tensiomètre.

"Vous verrez dans le secteur des montres des choses qui ne cessent de lier bien-être et santé", a déclaré Tim Cook lors de l'assemblée annuelle des actionnaires de l'entreprise au début de ce mois. Mais l'intérêt de l'entreprise pour la santé ne se limite pas à l'Apple Watch. Apple a obtenu un brevet en décembre pour une version de ses casques AirPods qui pourrait inclure un capteur biométrique pouvant être utilisé pour détecter le pouls ou le taux d'oxygène dans le sang, a noté Gene Munster, un analyste Apple de longue date.

Et le fabricant d'iPhones pourrait bientôt mettre en place un service d'abonnement destiné aux médecins qui leur permettrait d'accéder aux données de santé collectées par les Apple Watchs et autres appareils portés par leurs patients. 

Toutes ces initiatives marquent l'intention de la marque à la pomme d'envahir le marché de la santé. Et c'est une excellente nouvelle pour Eric Carreel. "Apple fait un travail remarquable sur la santé. Ils ont déjà prouvé que leurs produits avaient des résultats. Le fait qu'Apple explique au monde entier en quoi le dispositif ECG est révolutionnaire nous aide beaucoup. On n'aurait pas eu la force marketing pour le faire".

Sous Nokia, Withings avait accumulé les pertes, de plusieurs dizaines de millions d'euros. Après la fermeture d'un bureau dans la Silicon Valley et la réduction de dépenses marketing, le dirigeant assure que l'entreprise de 220 salariés est de nouveau sur le chemin de l'équilibre financier.

Voici comment Withings fabrique sa nouvelle montre personnalisée, assemblée en France, près de Paris, dans un atelier baptisé "La Manufacture" :

Withings a mis neuf mois pour concevoir et produire Withings Move, une montre analogique connectée qui se veut "accessible" niveau prix (79,95 euros pour le modèle personnalisable, 69,95 euros pour la version basique).  Elle suit automatiquement votre activité — la marche, la course, le sommeil, la natation, intègre un GPS pour définir un parcours et se synchronise avec l'application Health Mate.

Withings Move. Withings.

Après la définition du produit et des fonctionnalités, le studio Elium a travaillé sur le design de la montre. Il a fallu plus d'une dizaines de versions avant d'arriver à celle mise en vente. "On a travaillé sur des codes de la douceur et de la simplicité" explique Frédéric Lintz, l'un des cofondateurs d'Elium.

Différentes versions du design de Withings Move. Thomas Giraudet/Business Insider France

Dans le processus de fabricant, le département d'ingénierie mécanique intervient ensuite pour concevoir les pièces,  selon la forme choisie et la carte électronique embarquée. Il s'agit de fabriquer le fond, le boîtier, le cadran, les aiguilles, le bracelet. Pour ce faire, Withings dispose d'une imprimante 3D pour vérifier les défauts éventuels et la faisabilité du projet, notamment la personnalisation de l'assemblage.

Withings

La phase suivante est l'industrialisation. Il s'agit de définir le processus d'assemblage. Chaque montre subit plusieurs tests. "Cela n'aurait pas été capable il y a quelques années. La technologie nous a permis d'effectuer des tests exigeants sur du volume à des coûts abordables", témoigne Eric Carreel. 

Eric Carreel, cofondateur et PDG de Withings. Withings

Une fois que le projet a été validé, la direction artistique entre en jeu. Il s'agit de définir avec les équipes marketing les codes couleurs de la montre pour donner envie de l'acheter. "On voulait quelque chose de très coloré, très pop", indique Johanna Mangote, directrice artistique.

Withings

L'assemblage est réalisé par trois personnes, capables de monter 200 montres par semaine. Il faut compter 15 minutes, de la réception de la commande sur le logiciel interne au produit fini et assemblé.

Withings

Une fois votre commande passée, c'est dans "La Manufacture" que les cadrans personnalisés sont imprimés. La montre est montée en une dizaine d'étapes : assemblage des composants, réalisation de tests qualité — sur les mouvements des aiguilles, l'étanchéité, la connexion Bluetooth, etc — et intégration du logiciel.

 

"La Manufacture" de Withings où sont assemblées les montres connectées personnalisées. Thomas Giraudet/Business Insider France

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Apple Watch est à présent la montre la plus populaire dans le monde devant Rolex — voilà comment c'est possible

VIDEO: Voici pourquoi vous ne devriez jamais verser d'huile d'olive dans l'eau de cuisson de vos pâtes