Le commissaire européen chargé des Affaires économiques et financières, Pierre Moscovici, le 7 février 2019. REUTERS/Francois Lenoir

La Commission européenne a revu à la baisse, ce jeudi 7 février, sa prévision de croissance du PIB de la France en 2019, à 1,3% contre 1,6% prévu à l'automne dernier. Une correction qui reflète celle de la zone euro dans son ensemble et qui est attribuée aux tensions commerciales et aux incertitudes liées au Brexit.

La prévision pour 2018 est désormais de 1,5% pour 2018 (contre 1,7% à l'automne) et de 1,5% pour 2020 (1,6%).

Outre les facteurs qui affectent toute la zone euro, la Commission cite le mouvement des "Gilets jaunes" comme ayant contribué à la baisse de la croissance à la fin de 2018.

"Les mesures budgétaires, y compris celles adoptées à la fin de 2018 (pour répondre à la crise des "Gilets jaunes", ndlr), de même qu'une inflation plus basse, devraient soutenir le pouvoir d'achat", estime toutefois l'exécutif européen.

Mais la faiblesse de la confiance des ménages pourrait limiter cet effet, sauf si l'impact des mesures se matérialise plus vite que prévu, ajoute la Commission.

'La croissance devrait progressivement rebondir au second semestre' 

Bruxelles a également revu en baisse ses prévisions de croissance pour la zone euro, comme pour l'ensemble de l'Union européenne pour les deux années à venir ainsi que pour 2018. 

L'exécutif communautaire a abaissé son estimation de croissance pour la zone euro en 2018 à 1,9%, contre 2,1% en novembre et s'attend à 1,3% de progression du produit intérieur brut (PIB) en 2019, au lieu de 1,9%. Pour 2020, Bruxelles prévoit une croissance de 1,6% dans la zone euro, contre 1,7% auparavant.

Pour l'ensemble de l'Union à 27, ces prévisions d'hiver donnent une croissance de 1,5% du PIB cette année, contre 2,0% à l'automne, de 1,8% au lieu de 1,9% en 2020 et de 2,1% en 2018 (contre 2,2% estimé en novembre).

Prévisions de croissance de Bruxelles pour les différents Etats membres de l'Union européenne. Commission européenne.

"Après le pic de 2017, la décélération de l'économie de l'UE devrait se poursuivre en 2019 et le taux de croissance s'établir à 1,5%. Ce ralentissement devrait être plus prononcé qu'on ne le prévoyait l'automne dernier, en particulier dans la zone euro, en raison d'incertitudes entourant le commerce mondial et de facteurs nationaux dans les grandes économies de l'UE", a commenté Pierre Moscovici, le commissaire européen aux Affaires économiques et financières, dans un communiqué de la Commission européenne.

"La croissance devrait progressivement rebondir au second semestre de cette année et en 2020", a-t-il ajouté.

Côté inflation, l'exécutif européen revoit aussi ses prévisions à la baisse :

  • En zone euro : de 1,8% à 1,4% pour cette année et de 1,6% à 1,5% pour 2020, contre 1,7% (révisé de 1,8%) en 2018;
  • Dans l'Union à 27 : de 1,9% à 1,6% pour cette année et il maintient à 1,7% sa prévision de hausse des prix pour 2020, contre 1,8% (inchangé) en 2018.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : La Cour des comptes pointe 3 risques liés à l'endettement élevé de la France — et s'inquiète pour l'avenir

VIDEO: Cette invention devrait enfin résoudre ce problème que tout le monde déteste après une partie de beer pong