Concurrence : l'amende colossale que pourrait infliger Bruxelles à Amazon

Concurrence : l'amende colossale que pourrait infliger Bruxelles à Amazon

La Commissaire européenne à la concurrence, Margrethe Vestager. REUTERS/Yves Herman

L'Union européenne (UE) sévit contre Amazon. Ce mercredi 17 juillet, la Commission européenne a annoncé qu'elle ouvrirait une enquête approfondie sur le géant du e-commerce. Des informations sur cette enquête ont émergé pour la première fois mardi. Elle doit déterminer si l’utilisation par Amazon des données provenant de détaillants indépendants, vendant leurs biens sur sa place de marché (marketplace), est contraire aux règles de concurrence de l'UE. Amazon pourrait se voir infliger une amende allant jusqu'à 23 milliards de dollars si l'entreprise enfreignait la loi.

Margrethe Vestager, la commissaire à la concurrence qui dirige l'enquête, a déclaré mercredi qu'elle allait "examiner de très près" le "double rôle" d'Amazon. "Nous devons veiller à ce que les grandes plates-formes en ligne ne profitent pas de leurs avantages par des comportements anticoncurrentiels", a-t-elle dit. "J'ai donc décidé d'examiner de très près les pratiques commerciales d'Amazon et son double rôle de place de marché et de détaillant, afin d'évaluer sa conformité aux règles de concurrence de l'UE."

La principale préoccupation des organismes de réglementation repose dans le fait qu'Amazon domine tellement le marché qu'il est impossible pour les autres d'être concurrentiels.

Jeff Bezos, PDG d'Amazon. Getty

L'équipe de Margrethe Vestager a commencé l'année dernière les travaux préliminaires de l'enquête sur Amazon. Mardi, la Commission européenne a déclaré : "Amazon semble utiliser des informations sensibles sur les vendeurs, leurs produits et leurs transactions sur le marché." "La Commission voudra savoir si et comment l'utilisation par Amazon — en tant que détaillant — des données accumulées sur les vendeurs sur le marché affecte la concurrence", ajoute-t-elle. Plus précisément, elle examinera :

  • Les accords entre Amazon et les détaillants sur le marché, qui permettent à Amazon d'analyser et d'utiliser les données des vendeurs tiers et, en particulier, si l'utilisation de ces données affecte la concurrence ;
  • Comment Amazon sélectionne les détaillants pour sa fonction "Buy Box" — le bouton "ajouter au panier" qui permet aux clients d'ajouter directement un article à leur panier. "Gagner" la Buy Box est la clé pour les vendeurs sur le marché, explique la Commission, car la majorité des transactions se font par ce biais.

Amende potentielle de 23 Mds$ sur la table

Si Amazon est reconnue coupable d'avoir enfreint le droit communautaire de la concurrence, l'entreprise pourrait se voir infliger une amende pouvant aller jusqu'à 10 % de son chiffre d'affaires annuel. Les ventes totales d'Amazon s'élevaient à 233 milliards de dollars l'an dernier, ce qui signifie qu'une amende de 23 milliards de dollars est possible.

Un porte-parole d'Amazon n'a pas répondu immédiatement à la demande de commentaires de Business Insider.

Margrethe Vestager est connue pour faire preuve d'une formidable ténacité lorsqu'il s'agit d'examiner les grandes entreprises de la tech. Depuis qu'elle a pris ses fonctions de commissaire européenne chargée de la concurrence en 2014, elle a pris des mesures contre Apple, Amazon, Facebook et Google, entre autres. En juillet 2018, elle a condamné Google à une amende de 5 milliards de dollars pour pratiques anticoncurrentielles liées à son système d'exploitation Android et en 2017, Amazon a dû payer à l'Europe 250 millions d'euros (280 millions de dollars) de taxes impayées.

A lire aussi —Taxe GAFA : pourquoi Amazon et les géants du net ne la paieront sans doute jamais

L'enquête sur Amazon serait l'une des dernières actions de Margrethe Vestager avant la fin de son mandat de cinq ans, bien qu'elle ait indiqué qu'elle aimerait servir pendant encore cinq ans. L'UE n'est pas la seule à s'intéresser à l'utilisation des données par Amazon. Vox a indiqué que la Federal Trade Commission des États-Unis avait également commencé à interroger certains rivaux d'Amazon sur ses pratiques commerciales, notamment sur la façon dont l'entreprise concurrence ses propres vendeurs tiers.

Mardi, lors d'une audience devant le sous-comité antitrust de la magistrature de la Chambre des représentants, un cadre d'Amazon a fermement nié que sa société utilisait les données de ses marchands tiers pour déterminer les nouveaux produits à créer.

Version originale : Business Insider / Mary Hanbury

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : La Commission européenne rejette le budget 2019 de l'Italie — et c'est une première

VIDEO: Voici à quoi ressemble la nouvelle maison à 23 M$ de Jeff Bezos

  1. Amazon n'en fini pas de découdre avec les histoires, entre le divorce avec ces femmes, ces enceintes connectés alexa et la concurrence, ca va piqué pour Monsieur Bezos!

Laisser un commentaire