Les projets de tarifs douaniers de Donald Trump pourraient se répercuter sur l'emploi aux Etats-Unis. REUTERS/Lawrence Bryant

Donald Trump a créé des remous sur les marchés jeudi 31 mai, après l'annonce d'une entrée en vigueur dès le 1er juin de taxes de 25% sur l'acier et de 10% sur l'aluminium importés d'Europe, du Canada et du Mexique.

La Bourse de Francfort a notamment été impactée, mais pas seulement en raison de ces taxes. Derrière, c'est la crainte d'une taxation des importations des véhicules automobiles qui inquiète.

Une taxe de 25% pourrait frapper le secteur. Et la facture pourrait s'élever à 5 milliards d'euros pour les constructeurs allemands, selon une estimation de l'institut économique Ifo relevée par Le Figaro. "Aucun autre pays que l'Allemagne n'a autant à craindre en valeur absolue", précise l'auteur de l'étude Gabriel Felbermayr. L'automobile représentait un quart des exportations allemandes vers les États-Unis en 2017, soit 29 milliards d'euros au total.

Mais le projet pourrait aussi avoir un fâcheux contrecoup pour les travailleurs américains, avertit Vincent Salimon, le patron de BMW France, dans une interview aux Echos

"BMW est constructeur allemand, mais aussi un petit peu constructeur américain, puisque nous produisons 450.000 voitures à l'année à Spartanburg, en Caroline du sud. (...) 

On exporte deux tiers de cette production. On est le premier exportateur automobile en valeur des Etats-Unis. Donc, en augmentant cette taxe, on peut considérer que le président Trump peut un peu pénaliser son activité économique parce qu'on représente 10.000 emplois directs, 70 000 emplois indirects."

Taxer les constructeurs allemands pourraient donc avoir des répercussions sur leur activité aux Etats-Unis. Ils pourraient d'ailleurs bien se tourner vers d'autres régions du monde. "Ce qui est important pour BMW, c'est d'être le plus flexible possible en termes de production, parce qu'on voit que les taxes vont peut-être augmenter aux Etats-Unis, mais elles vont baisser en Chine. Donc il est important de pouvoir réagir en fonction des décisions locales", estime Vincent Salimon.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Les Etats-Unis déclenchent une guerre commerciale avec l’Europe, le Canada et le Mexique

VIDEO: Ces poupées faites en silicone ressemblent à de vrais bébés — c'est effrayant