Les consommateurs dépensent de plus en plus le dimanche, et les gilets jaunes y sont pour quelque chose

Charriots sur le parking de l'hypermarché Géant Casino de l'Espace Anjou à Angers. Business Insider France/Elisabeth Hu.

Quatre mois après le début du mouvement des "Gilets jaunes", l'impact sur la grande distribution s'amenuise. Certes, les résultats annuels 2018 des différentes enseignes font apparaître des dizaines de millions d'euros de manque à gagner sur la fin de l'année, imputées au mouvement social, mais d'après les derniers calculs du cabinet Nielsen, spécialiste de la grande distribution, les ventes se redressent. 

Dans un communiqué publié jeudi 14 mars 2019, Nielsen dresse un bilan moyen après 16 samedis de blocages d'accès à certains hypermarchés ou supermarchés et estime que le chiffre d'affaires total magasin s'est non seulement maintenu sur l'ensemble de la période mais affiche même une légère progression de 0,5%. Dans le détail, l'alimentaire affiche une hausse de 1,1%, tandis que le non-alimentaire accuse un repli de 2,7%.

Sans surprise, "l'analyse confirme que les samedis ont concentré les plus forts reculs, avec en moyenne sur la période des baisses de 6% pour l'alimentaire", indique Nielsen. Toutefois "les consommateurs ont reporté leurs achats au cours de la semaine, et notamment le dimanche, pour au final maintenir voire augmenter leurs dépenses".

"En revanche sur le non-alimentaire, nous avons observé des reculs encore plus importants le samedi (-12%), sans report cette fois vers les autres jours de la semaine."

L'analyse par niveau de vie des ménages révèle que tous (ménages modestes, moyens inférieurs et supérieurs, aisés) ont augmenté significativement leurs achats le dimanche, afin de compenser les achats non effectués la veille en raison des blocages et difficultés de circulation.

"Les foyers modestes sont ceux qui ont le plus changé leurs habitudes, en augmentant de 27% leurs dépenses le dimanche", note par ailleurs le cabinet de conseil. 

A l'inverse, les foyers aisés n'ont augmenté leurs dépenses que de 10% le dimanche. S'ils ont comme les autres délaissé les hypermarchés le samedi (-7%), mais aussi les discounters (-6%) et les drive (-11%), ils ont principalement préféré reporter leurs achats vers les plus petites surfaces, supermarchés, magasins de proximité ou commerces de centre-ville.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Auchan dans le rouge, Intermarché en forme, l'année 2018 a rebattu les cartes dans la grande distribution

VIDEO: Qui du jus de fruits ou du smoothie est le plus nutritif — voici la réponse