Sauter le pas, créer son entreprise, signer son premier client et recruter son premier employé... la vie d'entrepreneur est semée de moments marquants pour celui ou celle qui les traverse. A tous les stades de développement d'une startup.

Voici les expériences de 15 entrepreneurs français qui partagent des moments-clés de la vie de leur startup. 

Marjolaine Grondin, CEO de Jam — "Le moment où on a cru qu'on avait besoin d'argent et celui où on a eu vraiment besoin d'argent n’ont pas été les mêmes. Le moment où on a cru qu’on avait besoin d'argent c'était pour lancer les prémices du projet. Le moment où on a vraiment eu besoin d'argent et où on a levé de l'argent c'est quand on était dans une phase d'accélération et on savait ce qu'on allait dépenser. C'était pour améliorer ce qu'on faisait déjà avec peu." Découvrir la suite.

Teddy Pellerin, cofondateur de Heetch — "La première offre que nous avons reçue, c'était 200.000 euros avec un industriel. Lors du dernier rendez-vous, on se rend compte qu'ils veulent faire du covoiturage temps réel domicile-travail alors que nous, on veut aider les jeunes à rentrer chez eux le soir. Il y a un problème d'alignement. Je décide de dire non. J'ai fortement douté sur la suite et si on allait trouver quelqu'un d'autre." Voir la suite.

Frédéric Cren, PDG et cofondateur de Inventiva — "On ne choisit pas vraiment le moment où on lève des fonds. On est toujours à la recherche de fonds. Il n'y a pas de moment précis: cela fait partie du job, de mes objectifs annuels, des objectifs des équipes. Il faut tout le temps être en veille pour convaincre les investisseurs." En savoir plus.

Malik Benrejdal, cofondateur et président de I@D — La première levée de fonds du groupe I@D a eu lieu à un moment inattendu. "C'était à l’été 2012. J'avais un associé qui souhaitait réaliser son investissement et sortir du capital. Il était donc nécessaire de pouvoir lever des fonds pour accompagner cette sortie." Découvrir la suite.

Nicolas Chartier, cofondateur de Aramisauto.com — "Le fait d'avoir un partenaire industriel [PSA] qui s'intéresse à la startup, c'est la fierté du travail accompli." Voir la suite.

Eric Léandri, cofondateur de Qwant — "Lorsque j'ai compris que pour pitcher devant les investisseurs, il fallait qu'on soit capable chez Qwant de comprendre comment leur parler, on a décidé de se faire assister. J'ai réappris et je suis retourné devant les investisseurs mais dans d'autres conditions." Voir la suite.

Mamadou Diouf, PDG de Sensdigital — "J'avais organisé une réunion d'information auprès d'investisseurs potentiels et au vu des questions qu'ils ont posées après mon pitch, je me suis dit: 'ils n’ont rien capté, il faut que j'arrête de pitcher'." En savoir plus.

Patrick Asdaghi, CEO et cofondateur de Foodchéri — "Un entrepreneur ne déconnecte jamais mentalement. Il y a deux moments où j'y arrive: quand je fais du sport ou quand je suis dans l'avion." Voir la suite.

Christophe Bourbier, PDG de Limonetik — "Tous les week-ends, je me force à ne regarder ni mes mails, ni mon téléphone. Le vendredi soir, je pense à ma boîte à fond. Le samedi matin, j'y pense encore mais je ne vais pas faire mes mails et cela me permet de décrocher pendant 48 heures. Et pendant les vacances, c'est à dire pendant trois à quatre semaines, je ne touche à rien." Découvrir la suite.

Florian Gravier, président de Flaneurz — "On a eu besoin d'argent parce qu'on avait financé en fonds propres le premier prototype, le brevet. Je pensais qu'on allait passer du premier prototype directement à un produit qu'on allait pouvoir mettre sur le marché. C’est pas le cas pour un produit hardware. On a fait sept versions avant d'arriver à un système commercialisable." En savoir plus.

Florian Gravier. Société Générale

Olivier Mathiot, président de Priceminister-Rakuten — A propos de son premier recrutement, "le plus important était de trouver quelqu'un qui connaissait particulièrement bien le marketing digital alors que je n'y connaissais rien, j'arrivais d'une agence de publicité. Donc j'ai cherché quelqu'un qui serait meilleur que moi, ce qui n'est pas complètement évident dans un processus de recrutement". Découvrir la suite.

Cyril Dupuy, président et créateur téléescope connecté Vaonis — "Maintenant, s'il y a un problème, la pression n'est plus que sur moi. J’ai la vie de certaines personnes entre mes mains et je ne peux pas faire n'importe quoi. Ça a été un beau lot de pressions et d'angoisses." En savoir plus.

Floriane Pelletier, DG et cofondatrice de Louis-Antoinette — "La personne qui m'a marquée, c'est Fany Péchiodat, par sa vision très pragmatique de l'entrepreneuriat qui est de tester vite plutôt que de réfléchir longtemps." Voir la suite.

Fréderic Salles, PDG de Matooma — "Le moment où on s'est dit qu'on allait à l'international, c'est dans l'avion au retour du CES à Las Vegas. Tous les Américains qu'on avait rencontrés nous avaient dit: 'votre produit, c'est amazing'. Et on s'est dit que si c'est 'amazing', il fallait absolument qu'on le propose à l'international." Voir la suite.

Karen Aiach, fondatrice et DG de Lysogène — "Les investisseurs américains ont un vrai déficit en termes de perception de la qualité des startups ou des compagnies européennes, notamment françaises, et une frilosité à investir dans nos sociétés, notamment parce que les marchés boursiers se comportent très différemment de part et d'autre de l'Atlantique." Voir la suite.

Cet article est sponsorisé par Société Générale et  a été réalisé par BI Studios. 

VIDEO: Voici ce que deviendrait la Terre sans sa Lune