WeWork

Après deux ouvertures en 2017 dans le 9ème arrondissement de Paris et dans le Marais, la startup américaine de coworking Wework ouvrira les portes de ses troisième et quatrième lieux parisiens dans le triangle d’or: au printemps, rue du Colisée, et au début de l'été sur les Champs Élysées.

En quelques mois, les deux premiers sites parisiens ont affiché complet, confirmant un succès qui a fait de WeWork la sixième startup la mieux valorisée au monde.

Chez WeWork La Fayette, des entrepreneurs au profil divers expliquent que le choix de travailler dans le coworking est une vraie décision d'affaires.

Renaud Guillerm, managing partner du fonds d'amorçage Side Capital affirme ainsi:

"l'environnement n'a pas d'égal à Paris. Il offre un magnifique cadre de travail et aussi un lieu très agréable pour recevoir. Sa terrasse au dernier étage est très appréciée de mes investisseurs !".

Marc Gonnet, fondateur de Delight, et ses deux associés cherchaient un nouveau lieu pour accueillir une équipe de 10 collaborateurs qui continue de s'agrandir. Il fallait qu'il soit séduisant pour faire venir développeurs, data scientists, et autres jeunes talents, hyper sollicités.

"WeWork est de ce point de vue hyper attractif pour les collaborateurs. Hackathon, organisation d'événements, random lunch, etc… Son potentiel de rencontres est énorme."

Autre point fort pour l'entrepreneur, qui n'en est pas à son premier lieu: 'celui-ci est géré de façon extrêmement professionnelle'.

Plus qu’un lieu physique, "c'est surtout un réseau bouillonnant d’énergie", conclut-il.

Ce professionnalisme attire aussi de nouveaux profils, moins habituels dans les espaces de coworking cooptés par les startups tech.

Jean Rebérat, notaire, y a installé son étude et ses 10 collaborateurs:

"Finis la gestion pratique et administrative des abonnements, câblage, bail, toutes ces problématiques chronophages. Pour une redevance fixe, l'étude occupe un bureau de 120 mètres carrés, a accès aux salles de réunions et autres services, sans coût supplémentaire. Surtout, l'équipe de WeWork a parfaitement compris nos exigences spécifiques, relatives à la confidentialité de notre activité, comme la nécessité pour nous d'avoir un wifi crypté."

Le réseau, levier d'opportunités? L'étude de notaire, dont l'activité est tournée vers les fonds d'investissement, les financements et les transactions immobilières, vient d'accueillir une collaboratrice qui maîtrise les préoccupations patrimoniales et des chefs d'entreprise, pour répondre aux sollicitations croissantes de WeWorkers.

Henriette Bertrand, avocat fiscaliste, est d'abord venue pour rompre son confort, sortir de sa bulle entre confrères:

"J'y ai trouvé un environnement hyper dynamique et stimulant. J'y renforce mes compétences en droit du digital, assiste à des conférences, m’immerge dans l’économie numérique".

Résultat: elle est sollicitée par d’autres membres.

Etre membre de WeWork permet d'avoir accès aux 207 sites, dans 65 villes, sous tous les fuseaux horaires. Pour Marc Gonnet qui développe Delight à l'international, "à Londres, Berlin ou New York, il me suffit de badger et de me plugger pour travailler, sans avoir besoin d’une quelconque adaptation. Je me sens à la maison". Aujourd'hui, ce sont plus 200.000 membres que l'adhésion au réseau permet de rencontrer.

Ce post est sponsorisé par WeWork et a été réalisé par BI Studios. 

VIDEO: Voici tout ce qui ne va pas avec les smartphones Android